Voici pourqoi je me ferai vacciner contre la COVID-19

Voici pourquoi j’accepte de me faire vacciner

(Texte revu et édité le 3 mars 2021)

Bonjour les amis, nous en parlons beaucoup, nous attendons notre tour bien sagement, comme une sorte de rencontre avec le père Noël, pour une photo en guise de bonus et le cadeau surprise que papa ou maman ont acheté.en cachette, la magie est sauve ainsi que l’histoire, merci la vie !

L’attente est fébrile, on ne parle que de cela. Rassurez-vous ce n’est pas l’arrivée d’un nouveau beaujolais dont il est question, mais du vaccin contre la covid-19.

Il ne semble pas que cette nouvelle fasse le bonheur de tout le monde, il y a des gens qui  comme moi, sont réfractaires au vaccin sans nécessairement me situer dans le campe des complotistes. Mais, bémol oblige, je vous assure que ce n’est pas le moindre, du moins pour moi, je me suis senti comme asphyxié lorsque le ministre québécois de la santé provinciale, promouvoir avec une certaine délectation l’importance d’ajouter un “passeport vaccinal”, en d’autres termes les citoyens québécois qui se feraient vacciner auraient droit d’avoir ce passeport pour avoir accès à certains services provinciaux et fédéraux. Bon bref je sentais que je nageais en plein délire populiste. Et bien mauvaise nouvelle pour Monsieur le ministre son scoop est un pétard mouillé, ce n’est même plus un scoop. Si les autorités provinciales, fédérales et celles d’autres pays sont très en faveur du passeport vaccinal. Ce dernier n’est pas un scoop (une nouveauté percutante) en soi. Depuis toujours nos parents ont bien fait les choses ; ils nous ont légué cette pratique aussitôt que naissaient nos enfants dans nos familles, le fameux carnet de vaccinations ou carnet de santé. J’ai gardé le mien qui date des années cinquante. Cependant ce carnet ne servait à rien d’autre que pour prouver les dates et types de nos vaccins, (lors de changement d’école, d’accès à un nouveau médecin de famille lorsque ces derniers existaient encore, etc), Notre pédiatre y ajoutait à l’occasion tout renseignements sur notre état de santé lors de la naissance.
Une certitude par contre: je n’ai jamais eu besoin d’avoir un document attestant mes vaccins pour rentrer dans une salle de spectacles, un cinéma ou autre lieu de rassemblement communautaire. Mon certificat de vaccination n’était pas exigé pour voyager (bien entendu il fallait se conformer aux exigences des autorités sanitaires de chaque pays comme c’est le cas dépuis toujours.

Je pense sincèrement que notre monde a vraiment viré fou depuis le début de la pandémie, les moins complotistes se sont probablement mis à douter de l’état de santé mentale des responsables des autorités sanitaires. Je mesure mes propos avec beaucoup de réserve et de prudence. Nous assistons à un déplacement de la prise de décision des sources désignées légalement, vers le pouvoir populaire, celui de la rue, en laissant circuler une idée aussi irréfléchie. Ce n’est plus ces mêmes autorités qui gardent le pouvoir décisionnel, mais un abandon du pouvoir et des conséquences qui en découlent. Sommes-nous prêts à une telle (més)aventure? Je ne le crois pas! Lors des heures qui ont suivi de telles annonces je n’ai entendu que des commentaires en faveur de ce passeport vaccinal, on prêche par la vertu sans modération dans un monde qui perd la sienne un peu plus chaque jour. Fort heureusement il semble que le mot dordre des autorités soit plus de mettre l’emphase sur la régression de la propagation de ce maudit virus que de parler du passeport vaccinal du Ministre de la santé, fiou il était temps !

Moralité de toute cette histoire: est-ce que je vais me faire vacciner ? Bien sûr que oui ! Bien malgré moi, parce que je ne voudrais pas être interdit de fréquenter un centre commercial, une clinique ou un hôpital, je ne voudrais pas être traité en paria et devoir me cacher chaque fois que je serai confronté à une telle situation qui pourrait provoquer l’hystérie collective.

Je ne crois plus que ce sont les élus qui gouvernent mais plutôt la rue, les gens, l’opinion publique, et maintenant les réseaux sociaux. Il suffira qu’un regroupement endosse le passeport ou toute autre folie sociale pour que cela devienne pratique courante qui pourrait être instaurée dans chaque société civile. 

Je ne suis pas contre les bienfaits de la vaccination en général, mais de grâce par respect pour notre intelligence individuelle et collective, cessez de nous vendre ceci comme la panacée magique sans laquelle notre humanité va disparaître.
Porterons-nous un jour dans un futur proche, une étiquette de couleur indiquant que nous sommes vaccinés ou pas, l’horreur de l’autocratisme social et politique nous n’en avons pas oublié les stigmates profondes des catastrophes humaines provoquées pas le folie des leaders du siècle qui vient à peine de s’écouler !

À la prochaine

Michel © 2021

#Pandémie #Vaccination #Complotiste #Complotisme

Sponsored Post Learn from the experts: Create a successful blog with our brand new courseThe WordPress.com Blog

Are you new to blogging, and do you want step-by-step guidance on how to publish and grow your blog? Learn more about our new Blogging for Beginners course and get 50% off through December 10th.

WordPress.com is excited to announce our newest offering: a course just for beginning bloggers where you’ll learn everything you need to know about blogging from the most trusted experts in the industry. We have helped millions of blogs get up and running, we know what works, and we want you to to know everything we know. This course provides all the fundamental skills and inspiration you need to get your blog started, an interactive community forum, and content updated annually.

Vous voulez recycler, “Z’êtes sérieux ?”

On ne peut innover uniquement avec les choses héritées de notre passé..
(Inspirée de la pensée de Peter Drucker  1909 – 2005)

C’est grâce à mon mentor en gestion des connaissances (KM; Knowledge Management) que j’ai découvert  l’étendue et fait la connaissance avec l’œuvre et l’influence de Peter Drucker dans cette nouvelle mouture du management. Dès les premières lectures de ses pensées, ce fut le coup de foudre. Je me souviens avoir passé des heures à faire des recherches sur ses écrits, sur sa vision des réalités du management. Peter Drucker a inspiré et influencé de manière notable le courant et la pensée KM, (gestion des connaissances), pour lequel j’ai adhéré dès le premier contact, devenant ainsi un adepte et un promoteur inconditionnel.. Je crois beaucoup en l’innovation surtout des habiletés humaines dans une synergie de collaboration entre les employés d’une même équipe de bureau. Ce qui explique aussi la raison d’être de mon article. Si je fais aussi la promotion des principes très en vogue de nos jours: Le Recyclage. On montre souvent des photos de jeunes enfants tout sourires, (accompagnés des parents qui eux aussi sont tout sourires) ces personnes vous disent ou vous inspirent comme quoi elles sont entrain de sauver notre planète. On m’a toujours appris que pour conduire un véhicule il me fallait prendre des cours de conduite et passer un examen. Le recyclage ne déroge pas à cette consigne incontournable aussi. Les fortunes dépensées aujourd’hui font las promotion du mauvais voyage, à mon avis, on recycle en premier ce que nous devrions faire en dernier. Si les messages de promotion du recyclage se veulent universels, ils commencent parfois pour ne pas dire souvent dans la mauvaise direction. Je partage avec vous ce qu’on appelle la règle des 4 R que le site femininbio.com  nous explique par l’entremise de la porte-parole et propriétaire et inspiratrice de l’organisation Zéro Déchet: Tiphaine Guillermou ou Tiff pour les habitués.  Un fait assez étonnant c’est que le recyclage intervient en dernier dans ce processus de permettre à notre planète de mieux respirer contrairement aux conseils en vigueur actuellement Si vous avez un certain intérêt sur la question, je vous recommande vivement le lien intégré sous le nom du site femininbio un peu plus haut.

Aimer ou vouloir recycler n’est pas uniquement une envie de faire ou rien qu’un style de vie, ce n’est pas une culture du “bien paraître” (Show off). Suite à quelques expériences personnelles c’est selon moi, beaucoup plus une attitude et un style de vie on ne peut plus sérieux.

Avant de prendre ma retraite en 2014, j’ai eu le privilège de m’immerger, mon équipe de collaboratrices et moi, dans ce que j’aimais appeler une révolution profonde dans un monde qui n’avait pas changé depuis de très nombreuses années (vraiment très nombreuses). N’était-ce notre motivation, mise à rude épreuve je l’avoue, je crois que notre projet en gestion plus intelligente du système documentaire d’une entreprise en génie civil n’aurait jamais vu le jour.  Que de fois nous fûmes confrontés à cette phrase “Ici c’est comme cela que cela fonctionne!” ) (On sait bien ce que cela voulait dire). Il nous fallait gagner chaque critique, chaque réaction négative selon l’adage disant que notre mandat était qu’il nous fallait gagner une bataille à la fois. Si nous avons appliqué la fameuse règle des 4R sans trop le savoir à l’époque, la logique et le gros bon sens nous démontraient le bien fondé de nos actions. S’ il nous fallait appliquer les principes de cette règle. Il nous fallait aussi montrer à nos collègues de bureau  que le superflu de cette boulimie maladive et inavouée (mais combien pratiquée), du même document en plusieurs dizaines de copies, était aussi toxique pour le bon fonctionnement de notre système documentaire que la quantité de contenants et de bouteilles d’eau en plastique jetés dans nos océans (nous savons qui en paie le prix aujourd’hui).

Je vous confie une petite anecdote à ce sujet. Lors d’une rencontre afin de promouvoir notre projet, j’ai rencontré une responsable très influente de mon organisation. On m’avait prévenu qu’elle avait le pouvoir de décision sur aller de l’avant ou de tout oublier quant au projet. On m’avait donné deux jours pour ce faire (surtout pour réussir). À la fin de la seconde journée, la responsable me dit en souriant “C’est d’accord j’achète ton projet” (I am buying your project), “mais je voudrais un contrôle global sur le volume de l’information” et moi de lui répondre “Oui pas de problème, surtout si cela peut vous éviter des insomnies la nuit”, nous avons bien ri. Notre projet avait gagné une de nos plus fervents fans.

Pour recycler il nous faut ce que j’appellerai “un plan de match”: On Refuse le superflu de nos modes de vie, ensuite on pourrait Réduire ou aller à l’essentiel “du vivre mieux avec moins” (Cela est vrai je vous l’assure). Remplacer ou favoriser l’économie circulaire et, finalement Recycler qui est la dernière étape du processus dit “Zéro déchet” (Inspiré du podcast du site femininbio.com (Tiphaine Guillermou). Cela ne vous coûtera que quelques minutes d’aller voir et entendre ce qu’elle a à dire.

Parler de recycler est une bien bonne chose, mais la mettre en pratique est une autre paire de manches !

 À la prochaine,

Michel © – 2021

#Zerodechet

Afin que nul ne soit oublié

Je dédie cet article aux personnes disparues depuis le 13 avril 1975, qui ne seront plus là pour témoigner.

Le 13 avril 2025 marquera le triste anniversaire du cinquantenaire du  déclenchement de la guerre civile du Liban. Cinquante ans! c’est toute une vie, ce sont des générations entières qui ont perdu leur temps pour survivre et s’en sortir en vie de ces folies meurtrières qui durent encore même si 50 ans après.

Si je suis encore de ce monde en 2025, j’ai la ferme conviction que j’écrirai ces mêmes paroles et soutiendrai ces mêmes pensées: cette sale guerre des esprits n’aura pas cessé.

Chaque fois que j’essaie de faire un come-back  envers lmwa concitoyens au pays, j’en suis non seulement déçu  mais échaudé. Je me sens comme écorché vif par l’attitude désolante de plusieurs de mes concitoyens et compatriotes. En lisant certains commentaires de libanais se les réseaux sociaux populaires, ces gens qui se pensant engagés pour une juste cause alors qu’ils n’usent de ces tribunes que pour se défouler et penser devoir régler leurs comptes avec d’autres, ces personnes s’approprient un langage sectaire et confessionnel, un ton on ne peut plus virulent et vitriolique d’une communauté religieuse  envers les autres. Rt pourtant je ne crois pas qu’ils aient reçu un mandat d’agir de la sorte, malgré l’importance de la libre opinion ils sont autant responsables et imputables  de modérer leur langage. La liberté d’expression n’est pas gratuite, on ne peut s’en servir sans en assumer le coût et la responsabilité de ses propres propos.

Ces gens s’expriment aussi légèrement qu’on pourrait dire que les milliers de victimes et la destruction presque totale de leur pays ne suffisait pas. (Lors de mes derniers voyages j’entendais encore les concitoyens de ma propre communauté religieuse désignant des libanais come s’ils étaient des étrangers ou pire des intrus.

Ils se trompent lourdement s’ils pensent avoir reçu des privilèges ou un droit de cité différents des autres personnes vivant sur le même territoire.

Ces gens me semblet imbus d’une fausse maturité citoyenne; pire encore d’une totale inculture sociétale qui se permettent encore en 2021 (quarante six ans après le début de la guerre civile) ); ces gens-là écrivent encore de nos jours sur les pages des réseaux sociaux des termes bien pire que les discours négationnistes et autres extrêmes politiques. Donner des exemples serait superflu, les curieux sauront bien entendu de quoi et de qui je parle, nul besoin de les citer ouvertement, ce serait leur rendre un trop grand service. Cette fausse élite de salon ne changera jamais, elle n’en a pas les moyens, elle est trop prisonnière de cette fausse compréhension de la description citoyenne ou du vivre ensemble, ces personnes sont mentalement restées en 1975, le pire est qu’elles se sentent trop bien là où elles se trouvent alors que les voyages dans l’espace deviennent de plus en plus fréquents, et sont semblables à un voyage d’agrément exploratoire. 

Le plus grand défi que ces personnes provoquent est l’inévitable exode de la jeunesse, sous des prétextes qui restent à valider, se soulageant ainsi d’une montée du futur leadership qui un jour sera appelé à remplacer cette génération de pseudo élite qui se fourvoie sur le chemin de l’erreur chaque jour encore plus.L’exode de la jeune génération est telle une hémorragie que les urgentologues d’un centre hospitalier, sont impuissants à contrôler. Tant qu’elle persistera, le corps du patient sera en danger de mort et ne quittera jamais les soins intensifs.

Il serait grand temps de passer à autre chose que de rester prisonniers dans la pensée postcoloniale de ceux qui croient encore sans partage, qu’ils peuvent toujours influencer le devenir du pays des Cèdres !
À la prochaine

Mjb © – 2021
Nombre de mots: 623 (2-3 minutes de lecture)

L’éducation privée ou publique

Dans certains pays, il existe un système d'éducation privée. Les parents doivent parfois s'endetter pour payer les frais exorbitants des scolarités. Plus c'est cher, plus on croit que c'est meilleur et plus on fait de sorte d'inscrire ses enfants au privé. Et pourtant si l'éducation et les connaissances n'ont pas de prix, il n'y a aucune raison (du moins selon mo) que les parents doivent trouver coûte que coûte de quoi payer les milliers de dollars pour assurer une place à leurs enfants.

Sans adresser mes critiques à un profil de personnes ou d'organisations religieuses, j’aimerai simplement comprendre comment des personnes qui ont fait le voeu de pauvreté exigent-ils toutes ces sommes colossales qui parfois quand leur enfants terminent leurs classes, leurs  parents auront payé le prix d’un appartement en ville ou une maison de campagne.

Je pense que nous sommes en plein dans une contradiction et une inconsistance flagrantes.

En acceptant une telle situation, les parents deviennent les complices consentants des établissements scolaires privés alors que ces derniers se cachent derrière l'omerta ou loi du silence.

La vraie bonne éducation, ce ne sont pas uniquement  les établissements scolaires qui la font, mais bien plus les enseignants qui la rendent possible. Cela sera toujours ainsi.

À la prochaine.

Mjb © 2021

Les personnes toxiques existent!

J’ai rencontré certaines au cours de mes trente ans de carrière au Canada.

Elles paraissent aimables et disponibles. Elles vous approchent et essaient de vous impliquer dans leur vision des choses, puis vient le moment des pseudo confidences, elles passent ensuite aux potins du travail, pour aborder au cours d’une conversation autour d’un café certaines critiques envers des collègues de travail.

Elles prétendent être amie avec vous mais cela fait partie de leur plan car elles feront la même chose avec un autre collègue en propageant des commérages malveillants à votre sujet à votre sujet. Si vous osez la contrarier alors vous serez certains que vos ennuis ne font que commencer.

Je me suis toujours posé la question sur les motivations des personnes toxiques. sur un plan humain je pense qu’elles ont besoin de soins en santé mentale et psychologique. Sur un plan social c’est une autre histoire. Une fois qu’on les a identifiées il faudrait les exposer au su et au vu de tout le monde, cela fait partie de nos responsabilités sociales. On dirait que ces personnes se trouvent par accident sur nos chemins pour essayer d’empoisonner nos existences.

J’ai rencontré une de ces personnes lors d’un cours passage au sein d’une division de mon dernier emploi. Elle avait réussi à leurrer la directrice en lui faisant croire que je n’avais pas les compétences requises. Le pire c’est que sa directrice a cru et agi en conséquence. Je savais que mon temps était terminé auprès de cet employeur, je me suis senti tellement soulagé quand les déléguées des ressources humaines m’annonçaient la cessation de mon emploi. Jamais une perte d’emploi ne fut heureuse et bénéfique pour moi.
À la prochaine
© 2021

#PersonnesToxiques #Toxiques

La blague du jour!

Elle fait partie du manque de prévoyance de la part d’un premier ministre, d’un adjoint au premier,d’un haut fonctionnaire, d’un chef de cabinet, d’un directeur général, non je ne vous inflige pas le décompte de l’organigramme des échelons gouvernementaux,vous êtes mes lectrices et mes lecteurs, je vous aime bien. Alors la fameuse blague, bon reprenons doucement.

Je n’en revenais simplement pas que notre ministère (je ne sais pas lequel désolé) manquait de seringues pour lancer sa campagne de vaccination.

Je pensais que c’était une blague de mauvais goût,mais non, nous n’avions pas de seringues pour la vaccination,un  point c’est tout. Je vous invite à lire l’article, (en français: https://www.lapresse.ca/covid-19/2021-01-27/vaccination/quebec-cherche-6-4-millions-de-seringues.php ) le journaliste qui l’a rédigé semblait s’amuser comme un fou tellement la situation paraissait loufoque. Et pourtant il n’y a pas si longtemps que cela il a fallu procéder à l’embauche de milliers de personnes au poste de préposé aux bénéficiaires, au plus fort d’une drôle de canicule on s’est rendu compte que certains (pour ne pas dire tous) CHSLD (Centre Hospitalier pour les soins de Longue Durée  manquait de ventilation climatisée, ceux que la covid-19 avait épargnés risquaient de mourir d’asphyxie dans leurs chambres, Un manque de seringues pour vacciner le monde, je pense qu’il faut le faire.

SI tel est le cas je devrais être moi-même premier ministre moi-même ayant toutes les qualifications requises, mais je vous promet qu’il y aura suffisamment de seringues pour tout le monde.

À la prochaine

© 2021  

La Démocratie, la COVID-19, & le vaccin.

A-t-on besoin d’en rajouter? En rajouter sur certains flops des campagnes de vaccination aux populations des régimes politiques du monde dit industrialisé.

On nous parle de millions de doses par pays, mais on ne nous dit rien ou plutôt trois fois rien quant à la vaccination des populations les moins nanties de la planète. Je ne citerai aucun nom de pays au risque de voir mes propos déformés et instrumentalisés politiquement, la mode étant à la paranoïa facile de nos jours hélas.

Assisterons-nous à une ségrégation de plusieurs catégories de futurs vaccinés ? Le risque est grand de le faire.

Vu que cet article reflète mon opinion citoyenne, je ne vous cache pas ma tristesse aussitôt qu’un premier ministre, un président ou un responsable religieux nous disent combien importante est la vaccination et que nous devons nous y soumettre. Toutes ces personnes nous conseillent de nous faire vacciner, mais aucune ne nous dit comment elles vont s’y prendre pour pousser les pays riches à ne pas oublier les moins fortunés qui se chiffrent par millions.

Il n’est plus question de simple charité civique, mais bien plus une de nos responsabilités les plus élémentaires envers les semblables de notre genre: les humains. 

Nul gouvernement qui se respecte,  n’a le droit de priver des États voisins de se protéger contre des risques de mort certaine, faute de quoi tous les bons vœux seraient du domaine de la fiction digne des films hollywoodiens.

Messieurs les dirigeants, mesdames les dirigeantes,  il est grand temps de sortir vos chéquiers La pauvreté ne peut attendre plus longtemps!

© – 2021

#Covid-19 #Vaccin        

Quand il est question d’un choix urgent!


Il y a des gens qui pensent accomplir de grandes choses en accumulant les tâches quotidiennes, ce qu’elles appellent religieusement les tâches de travail.
Combien auront-elles accompli en fin de leur journée ? Je pense qu’il vaudrait mieux leur demander.
Ceci me rappelle une époque (non révolue) durant laquelle je me défonçais sans aucune logique dans la recherche de contrats de travail, de revenus d’argent. Alors que nous prenions un café ensemble, ma fille aînée me dit: « Papato ( sa manière de m’appeler) , qui est-ce qui est le plus important pour toi ? Faire plus d’argent ou passer plus de temps avec nous? » J’ai rarement eu à subir une claque en face, celle-ci résonne encore dans mes oreilles malgré les années passées depuis.
Pensez-vous qu’il me fallait un plan ou un mode d’emploi?
Gagner moins d’argent aura été une des rares contradictions logiques prises en étant en paix avec moi même. Je n’ai eu aucun regret,depuis plus de vingt ans.
Mes enfants passaient et passeront toujours en premier; mes vraies amitiés aussi; surtout celles qui sont appelées à survivre les aléas du temps (pandémie, l’ego ou le fichu caractère de l’une des deux personnes, etc).
Les vrais amis sont ces personnes qui restent malgré tout le reste, les vraies amitiés font fi de la logique qu’ils s’imposent parfois en se faisant le plus grand mal: perdre ces amitiés sur une saute d’humeur dûe au stress
À la prochaine
Michel © -2020

Nos émotions.

– Je comprends ce que tu ressens 
– Ah oui vraiment ? 
– Euh ! Je pense
– Merci ! On se parle prochainement, je dois te quitter je suis désolé.

Ce genre de conversation me fait sourire, parfois amèrement. Il suffit de peu de mots pour comprendre que l’on ne peut se mettre à la place de quelqu’un si l’on n’a pas vécu une situation similaire.

Le temps m’a appris qu’il vaut mieux parfois que je me taise au lieu de déballer de faux semblants d’émotions par simple réflexe de politesse.

Tout n’est pas dans la forme mais dans l’attitude de nos sentiments

Mjb © – 2020

Quel fichu monde !

Je ne suis pas partisan du complotisme, ni ne regarde derrière mon dos lorsque je marche dans la rue. Oui j’ai lu 1984 de George Orwell et Globalia de Jean- Christophe Rufin mais je ne me suis pas caché sous les couvertures en attendant la venue de l’inimaginable: un régime nouveau que l’on pourrait appeler de régime policier.
Je constate des faits, ceux de nos libertés et de notre libre-expression, ces derniers parlent (à mon avis bien entendu), ils parlent d’eux-mêmes. Il y a plus que jamais bien plus de caméras de surveillance dans les lieux publics(oui pour ma sécurité bien entendu), depuis la pandémie, il y aussi les masques, la distanciation sociale qui a atteint toutes les couches sociales et les plages d’âges. Les règles d’hygiène renforcées sans aucune limite, cela frise la paranoïa. Entreprendre un voyage en avion relève de l’exploit, ce sont moins les consignes de sécurité que celles pour s’assurer que l’on n’est pas un vecteur porteur de la covid-19. Les gens ne se voient plus, ne se parlent que via les applications de télécom, les officiels encouragent et recommandent la délation pour notre bien il va de soi, mais aussi pour je ne sais pas pourquoi encore. Les câlins virtuels, les baisers virtuels et les je t’aime virtuels tout est bon pour nous faire oublier progressivement que les contacts humains peuvent être dangereux. En l’espace de quelques mois la face du monde a changé, littéralement changé. Et oui comme pas magie le vaccin est trouvé, on le peaufine, on le teste (oui vraiment ?) On le promet et on est certain que la population sera vaccinée sous peu. A-t-on jamais pensé que de le rendre optionnel ce vaccin va causer de nouveaux problèmes sociaux ? Ceux de différencier les vaccinés des non-vaccinés. Est-ce que nous allons assister à la chasse aux sorcières de ces citoyens qui refusent de se faire piquer, ou bien allons-nous leur dire par exemple: ce restaurant est strictement réservé pour les vaccinés uniquement. Mais pour ce faire, il se trouvera toujours un illuminé d’officiel qui va déclarer tout innocemment « nous ne l’avions pas vu venir »
Non,non je vous assure je ne suis pas sous une influence délétère d’une quelconque drogue. Je suis moi-même un terrien de cette planète bien normal et sain d’esprit qui setrouve sur notre Terre qui n’en peut plus de nous subir.
À la prochaine
Michel (c) – 2020