To “MOOC or not to MOOC” ?

Faculty Ecommons MOOC moment

Crédits d’image: http://facultyecommons.org/free-booklet-mooc-moment/

To “MOOC or not to MOOC”, what is the real question here?

En guise d’entrée en matière il sera nécessaire de faire une petite clarification.

MOOC : Massive Open Online Course ou, les cours disponibles en lignes ouverts de manière massive au public. Je sais je ne traduirai pas le terme de manière littérale, mais bon l’essentiel est que mes lecteurs comprennent, n’est-ce pas cela l’essentiel?

Alors « MOOC ou pas MOOC » ce titre provient d’un blog, un blog qui a fait couler quantité d’encre virtuelle jusqu’ici et ne souhaitant pas me faire attribuer de plagiat, je rends à César ce qui est à César, en fait  je rends le crédit au Professeur Dominique Boullier (professeur de sociologie à Sciences Po, coordinateur scientifique du MediaLab et directeur exécutif du projet d’innovation pédagogique Forccast en France)

Ceci étant, de retour à mon billet, qui ne traitera pas du même thème que le Professeur Boullier, bien qu’il soit dans mes intentions je souhaite ici parler de ce qui au fond compte le plus. Qu’en est-il de la place de l’être humain dans tout cet océan de mots, de théories, de constats, etc.?

Pour commencer, deux autres points :

–          Je ne critique point le Professeur Boullier quant au contenu de son billet, bien au contraire je suis en accord sur certains points avec lui et partage certains de ses points de vue.

–          Si j’ai voulu écrire et partager ce billet c’est surtout pour remercier une personne qui m’a connecté sur ce blog et avec qui nous partageons plusieurs regards communs quant aux enjeux du monde de l’éducation de la formation mettant au cœur de toute solution la personne, l’être humain, l’apprenant. Je ne mentionnerai point son nom par respect pour sa vie privée, mais je sais qu’elle se reconnaitra dans ces lignes.

La raison principale de ce billet est en fait causée par les réactions aux propos du Professeur Boullier, ses réactions défensives parfois (je le comprends j’aurai agi de la sorte), de ce triste éloignement des idées, des réponses et des critiques de l’essentiel : la personne qui suivrait une formation.

Combien d’énergie, de temps, de réflexions et parfois de mesquineries sont passées, diffusant des termes contraires aux fondements essentiels de la formation. Pédagogie combien l’on t’a oubliée sur cette tribune composée de tant de pédagogues (terme grec qui voulait dire la personne qui accompagnait les enfants sur le chemin de l’école), mais aussi l’éducation (mot provenant du latin signifiant « élever, amener quelqu’un à son plein développement »

Que de belles paroles mais noyées dans un océan de termes qui une fois dénués de l’essentiel, l’être humain, devenaient « déblatérage » (Excusez le mot, mais il sonne agréablement à mes oreilles exprimant mon ahurissement) de lire combien pour la majorité des commentateurs l’important était les statistiques, le ROI (Return On Investment – Retour sur l’investissement), les technologies, les théories, les dialectiques grandiloquentes et pédantes ah oui j’oubliais : les sous, qui paie pour qui et quoi, , bref tout sauf l’essentiel.

Je ne dis pas que les considérations autres (techniques, financières etc.) ne sont pas importantes, mais entre gens du métier qui se prennent pour experts de la connaissance, qui prônent l’élévation de la personne vers un enrichissement intellectuel et par le fait même assurant un meilleur-être aux individus, je trouve que cela avait de quoi inquiéter!

Le monde change, les habitudes s’ajustent, les attentes et les souhaits vont de pair avec les changements, l’esprit s’ouvre, le Web (une autre technologie louable selon moi) a ouvert les frontières du savoir, l’on parle de plus en plus des effets de nos modes de vie, le courant nous est montré tant par les jeunes que les moins jeunes : la soif du savoir et la contribution au partage pour le bien social.

Je ne ferai pas un discours philosophique sur le bonheur, c’est un souhait concret et voulu. Chaque individu à sa propre mesure. Mettre l’humain à sa juste place et au bon endroit : au cœur de nos préoccupations en tant que pédagogues, éducateurs, spécialistes du savoir, notre culture ne se veut-elle pas celle du bien social pour en arriver à une forme de bonheur?

Changer les choses est possible, mais pas selon les formules qui ont prouvé leur inutilité. Changer les choses est chose possible en mettant un peu de cette culture du savoir dans nos domaines professionnels.

On dit souvent que la sagesse est le propre du vécu, oui cela est vrai sauf qu’il existe une sagesse émergente chez les plus jeunes qui ne se perdent pas dans les labyrinthes des théories vides de substance. Les jeunes l’ont prouvé de par le monde, ils savent, ils apprennent d’eux-mêmes de plus en plus, mais aussi ils agissent avec une certaine sagesse que beaucoup de « sages » ne savent plus voir : le partage sans attendre en retour.

Les exemples sont bien là, le paradoxe de la connaissance devenant une denrée monnayable  pour certains ira en confrontation le jour où les jeunes générations se prendront en main et assureront leur autonomie du savoir sans aucun autre recours…

Un cri du cœur,, un coup de gueule, oui peut-être, mais une motivation nouvelle à faire changer les choses peu à peu dans notre quotidien

Michel 21 juillet 2013

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

1 réflexion sur « To “MOOC or not to MOOC” ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s