Les fameuses garanties prolongées!

Bonjour à vous,

Mon billet d’aujourd’hui parle d’une certaine réalité que nous affrontons chaque fois que nous achetons un article électronique, un frigo, une laveuse (lessiveuse), des meubles, de la literie, et j’en passe…

garantie

Crédits d’image: Garantie prolongée : souvent inutile

C’est, je dirai, presque la phrase instantanée que vous vous faites dire en arrivant à la caisse. Le ton sérieux, voire cérémonieux, le ou la caissière vous annonce que pour un montant minimal vous pouvez prolonger la couverture de la garantie de votre achat qui (C’est ici que cela devient amusant et souvent ridicule) n’est couvert que pour un an seulement par le manufacturier. Ensuite l’argument hameçonneur rapidement pour vous éviter de penser à la phrase précédente, ainsi de suite, vous vous sentez (inconsciemment) entrainé vers une situation émotive qui vous mènera 75% des fois de dire « et puis oui, pourquoi pas ce ne sont que quelques dollars de plus… »

Hier fut une autre occasion de vivre ce type de situation. Ayant acheté un article de 20 dollars (15 euros environ), je passe à la caisse, le caissier commence à traiter ma commande et aussi naturellement que cela soit prévisible et attendu, il me sort son discours que pour aussi peu que 5 dollars, je pourrais avoir une garantie prolongée. Ahhhhhh ! je n’en reviens pas! Pour 20 dollars on me demande 25% du montant pour soit disant me protéger contre un quelconque bris de l’objet que j’achetais!

Je fus tenté de lui répondre longuement, mais j’optais plutôt pour une réponse typique du client qui en a marre de se faire offrir des choses juste pour payer plus d’argent! Je voulais lui expliquer que si son produit n’était pas de bonne qualité pour durer au moins un an, alors pourquoi me le vendre? De plus on oublie souvent, que les lois du commerce ici au Québec protègent le consommateur, etc.

Bon je payais et sortais vraiment tanné de ce genre de comportement, surtout que les préposés de cette chaine de magasins ne sont pas sur commissions mais de vrais salariés!

Si je conclus sur la morale de cet incident, je pense que le constat que je puisse faire c’est ce manque de vérité envers le consommateur. Utiliser des arguments, voire des pressions, pour inquiéter l’acheteur et l’insécuriser mentalement et émotivement quant à l’assurance de la durabilité du produit qu’il achète, c’est simplement un manque de maturité humaine au nom d’un mercantilisme et d’une certaine cupidité. Tenir le consommateur en otage, malgré les lois qui sont mises en place pour protéger ce dernier. Informer le consommateur est un signe de maturité responsable et de fidélisation.

Lorsque je suis sorti du magasin, je me suis promis d’être encore plus sur mes gardes et prudent pour le prochain achat. Cela me mettra surement en situation de méfiance au lieu du contraire…

Je vous parlais de confiance il y a quelques jours, ce fut hier une autre histoire dans ce sens…

Bon dimanche,

Michel – 2 mars 2014

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s