Étalage ou quête de reconnaissance?

Ayant pas mal de temps en ce moment, je profite pour suivre un nouveau cours du type MOOC (Cours universitaire virtuel ouvert à tous) et pour une des rares fois je m’implique quant au volet social et collaboratif de ce cours. Ceci se traduit pour moi à m’inscrire aux forums du cours, aux réseaux sociaux qui hébergent une page sur l’organisation du cours (Facebook, Twitter, etc.).

Cette adhésion et cette participation active me permet aussi de faire connaissance avec une grande partie des personnes inscrites à cette formation. Sur certains réseaux sociaux les organisateurs ont ouvert la page aux discussions libres sur la thématique du cours.

Curieux que je suis, je peux observer aussi l’aspect communautaire et collectif des personnes, et me permet de faire des découvertes pour le moins extraordinaires en ce qui a trait au comportement de ces dernières.

Remarquez que le cours n’a pas encore commencé, nous sommes en semaine « 0 » c’est-à-dire la semaine de prise de connaissance des informations importantes, pour les nouveaux sur comment utiliser les fonctionnalités de la plateforme virtuelle, etc.

Jusqu’ici tout va bien à l’horizon, de plus la vidéo du professeur présentant le cours augure que ce MOOC sera bien et de loin meilleur que beaucoup d’autres.

Depuis ce matin, un fil de discussion attire particulièrement mon attention. Une des animatrices du cours a publié un mot demandant aux participants de s’exprimer librement sur leur première réactions et -si c’est le cas – leur connaissance du sujet. J’avoue que je ne pensais pas que ceci aurait inspiré mon envie de rédiger ce billet, si ce n’était l’explosion tous azimuts d’articles, de références, de schémas, de recommandations, de conseils, mais aussi de CV virtuels, de promotions commerciales, d’articles du genre  » 5 trucs pour réussie telle ou autre chose » (Oui encore les adeptes de la trucomanie maladive).

Il y a même un participant qui met en référence ses (oui ses) CV (Il en a plusieurs) chacun de plusieurs pages de défilement (il y en a un pour lequel et par amusement j’ai compté le nombre de pages : 20 pages et quelques lignes! Ouch! Je ne voudrais pas être recruteur car j’appliquerai la règle des 15 – 20 secondes sur un tel roman-fleuve)

Ceci m’a fait penser combien certaines personnes sont en quête de visibilité, combien cherchent une reconnaissance sur la place publique, probablement une reconnaissance qu’ils ne réussissent pas à obtenir dans leur quotidien. Il y avait même un article qui expliquait les principes du cours que nous allions suivre mais offert par une autre institution! Ah! et la cerise sur le dessert: une personne qui étalait une cartographie mentale (MindMap) de quelque chose d’assez complexe qui m’a fait penser à toutes ces personnes, nouvelles au cours, qui n’ont pas nécessairement autant d’expérience… J’ai publié un commentaire lui demandant par solidarité pour les autres s’il pouvait au moins expliquer ce qu’une carte mentale voulait dire, pourquoi la créer, et à quoi pouvait-elle servir. question de lui faire prendre conscience que son étalage impressionnait tellement cela le rendrait inaccessible ne serait-ce que sur le plan humain et social.

Bing, bang, boum! La réponse ne tardait que le temps de rédaction qu’il lui fallut pour me dire – le ton étant celui d’un expert de très haut niveau ennuyé de devoir expliquer l’évidence même de la quadrature du cercle à un jeune apprentis!

En deux mots, une réponse usant de mots plus complexes qui ne répondaient pas vraiment à la question. Une théorie conceptuelle pour une autre avec un peu moins de mots!

Pour mettre une touche amusante je lui ai proposé la carte mentale du sourire!
(Voir ci-dessous – Désolé mais je ne l’ai qu’en anglais , si mon ami Alain pouvait la traduire, lui est un vrai expert en design de cartes mentales…)

SMiling_Map

Bien entendu la personne n’a pas jugé utile de me répondre, j’espère simplement qu’elle aura compris mon petit clin d’œil!

Besoin de reconnaissance ou étalage de son « trop-savoir » je ne saurai plus discerner l’un de l’autre, seul le temps le dira!

Michel – 5 mai, 2014

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s