Les MOOC ouverts? Pas certain…

Depuis ma première participation aux MOOC (Massive Open Online Courses ou Cours ouverts en ligne …) je note, suite à plusieurs observations qui se recoupent, que si un cours est offert dans une langue spécifique il n’est pas dit que l’unicité de la langue facilite les échanges, la compréhension et l’entendement sur les principes et le contenu de ces cours.

Les participants, même si majoritaires du pays d’émission du cours, donc dans la langue choisie à la source, ont aussi pour collègues d’autres personnes localisées dans d’autres régions du monde ayant eux aussi un point commun: la langue utilisée pour ce cours. C’est à partir de ce point que les risques – parfois profonds – de divergence peuvent survenir. Le sens et la compréhension du même terme vus par une personne qui vit en France, au Québec, en Asie, ou en Afrique. En fait, pour cet exemple que je cite, dans les divers pays de la francophonie.

Same_Language

Crédits d’image: ACTIS – Innovation

Si pour certains un terme veut dire quelque chose, à quelques nuances près ce même terme voudra dire presque la même chose mais pourrait ne pas insinuer la même compréhension.

C’est selon moi, un des enjeux que les organisateurs de MOOC, devraient tenir en compte lors de l’offre de ces formations devenues aujourd’hui d’ordre planétaire.

A-t-on une solution?  Beaucoup diront que non et que tout participant qui ne vit pas dans le pays d’origine du MOOC devrait s’adapter et suivre. C’est probablement une réponse prévisible, mais non souhaitée.

Si je parle d’un exemple particulier (le MOOC en langue française), il n’est pas dit que les MOOC en anglais passent plus facilement. Lors d’un de ces derniers qui couvrait les fondements de l’éducation digitale d’aujourd’hui, ce MOOC organisé par l’université Irvine en Californie, avait pas moins de 15000 participants dont la majorité provenait des États Unis, cela a de soi, mais aussi d’Australie, du Royaume Uni, du Canada, et bien d’autres pays où l’anglais est couramment utilisé.

Bien qu’une langue soit commune dans plusieurs pays, il n’end demeure pas moins que les similitudes pourraient s’arrêter là. Quoi faire ? La solution idéale n’existe pas pour le moment, par contre il serait souhaitable par exemple que les organisateurs de ce type de formations, établissent par exemple un lexique au début de chaque cours expliquant le sens des termes qui seraient utilisés dans ce cours. Ceci ne règlerait pas la problématique mais permettrait d’assurer un bon départ pour tous.

Le cours que je suis en ce moment parle de Pensée Design (Design Thinking), sous peu cette problématique de la compréhension des termes sera plus évidente. J’ose souhaiter que pour les prochaines éditions de ce cours les organisateurs pourront profiter du post-mortem de cette première édition contribuant ainsi à l’amélioration de la qualité des MOOC de demain!

Bonne journée

Michel – 9 mai, 2014

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s