Avant de sortir de sa zone de confort!

Bien entendu plusieurs facteurs sur la scène tant mondiale que nationale affectent le devenir actuel et futur des milliers de personnes qui perdent leur emploi et se retrouvent du jour au lendemain dans un tourbillon émotionnel et matériel sans précédent!

Depuis quelques temps, il semblerait que certains articles parlent de cette situation et abondent dans une direction comme d’une autre et chargeant leurs messages (souvent sans vivre ce que ressens une personne qui vient de se faire mettre à pied) et parsèment de « bons conseils » ou  » des choses à faire ou à ne pas faire ».

Je ne doute pas de leur bienveillance, mais souvent j’observe (en silence bien entendu) une certaine déconnexion perceptible chez ces gens-là, une déconnexion  d’avec les réalités de  ce que vivrait une personne nouvellement sans emploi.

running man

Crédits d’image: Objectif-Gagner

Depuis quelques jours, disons une petite semaine, il est étonnant de remarquer la récurrence d’une nouvelle expression à la mode « Sortir de sa zone de confort! ». Franchement cela ressemblerait à quelques nuances près à toutes les « modes tendances » qui inondent nos neurones un peu partout! Je retrace ici un évènement du genre qui a commencé dans une annonce publicitaire à la télévision: « Un café infusé à la perfection!« . Cette perfection s’est transmise comme une sorte de virus aux côtes levées d’ne certaine chaine de restaurant, puis le chocolat, les jus, certains aliments préparés, la charcuterie, etc! La viralité (Oui je sais que je viens d’inventer un mot, un autre mot tendance celui-ci plus utilisé en anglais!) de la perfection, quoi!

Revenons à ce « sortir de notre zone de confort » je suis d’accord que sortir de sa zone de confort est un fait et non plus un must, vu que logiquement perdre son emploi est une inévitable sortie de sa zone de confort. encore faut-il apprendre à la reconnaître, l’assumer si cela est possible, se dégager d’un sentiment culpabilisant incontrôlable car on aura beau nous dire que notre mise à pied n’a rien à voir avec notre performance, nous nous auto-culpabilisons d’une certaine manière, le fameux « pourquoi moi? », puis les réalités qui nous rattrapent (avoir suffisamment de sous pour payer les factures, l’hypothèque,  les frais fixes, la voiture, manger, etc.). Postuler pour l’assurance-emploi est une autre étape qui nous fragilise, la complexité des informations à fournir, la responsabilisation, etc.). On passe à l’étape suivante, celle de commencer des recherches d’emplois, le risque de devoir prendre n’importe quoi pourvu que l’on ait un certain revenu, mais cela c’est sans compter que les recruteurs ne le voient pas de la même manière, puis vient la mise à jour du CV…

Enfin vient le moment que l’on commence à postuler, soumettre une candidature, parfois dans son propre domaine, mais des fois dans des domaines rapprochés. Il faut ben entendu faire vite, les offres d’emplois sont volatiles et fortement prisées. Lorsque l’on postule, vient le moment encore plus éprouvant de l’attente. On se fige, on ne bouge plus de chez soi, on continue de postuler, on continue d’attendre un coup de fil, un appel qui raviverait l’espoir, etc.

Ce scénario peut nous enfoncer encore plus car nous ne la voyons plus cette sorte de notre zone de confort, nous y sommes en plein dedans, nous la subissons, elle nous empêche de lever la tête pour finalement en sortir de cette zone!

Si je partage avec vous ces mots, c’est parce que en premier je n’ai aucune expertise ni formation dans le domaine, mais je vis cette situation depuis un mois. Il m’a fallut une suite d’évènements, d’acceptations, et surtout de recentrer mon état d’esprit sur qui je suis, ce que je suis! L’estime de soi, la perception de la confiance en nos capacités. On ne peut pas oublier nos propres réalisations humaines et professionnelles. Sortir de ma zone de confort fut possible (elle est en cours en ce moment) lorsque je me suis mis à penser non plus de mon état actuel mais de ce que je suis, de qui je suis, ce que je vaux à mes yeux, ce qui a fait que mon ex-employeur avait su apprécier dans mon travail. Car au fond c’est bien ceci qui se reflétera lors d’une prochaine entrevue: ma capacité de vivre et de passer au travers de ce type de situation!

Je ne prétends pas du tout que ce sont des choses faciles, par contre plusieurs petits gestes ont su m’apporter un regain de paix intérieur.

Chaque jour je m’applique à bien faire « ma job »: la mise à jour de mon profil professionnel, communiquer avec des recruteurs, exposer ma démarche, postuler si cela est offert, en d’autres termes je me suis mis à bien faire mon nouvel emploi: chercher des contrats, communiquer, me réseauter, lire les articles du domaine, observer les tendances. Ceci je le fais tous les jours de la semaine de travail (lundi au vendredi) durant 3 heures. Par la suite je m’occupe de a santé intellectuelle, lire certains articles, éventuellement suivre un cours d’appoint. Sortir hors de chez moi, prendre une marche, circuler 1 ou 2 heures en ville, prendre le temps de profiter des choses que je croisais sans regarder avant. M’assoir prendre un café (le prix est toujours abordable!) Prendre le temps d’écouter les personnes, profiter de ces instants non forcés de courir.

en ce qui me concerne, outre ce que je citais plus haut, ce sont mes blogues qui m’apprennent à sortir de mon ancienne zone de confort et me permettent d’entrevoir la nouvelle qui se profile.

Je pense que l’on apprendra pas comment sortir mais comment vivre ce changement. Chacun de nous étant différent découvrira sa propre façon, et pourra raconter son histoire, ce que je partage avec vous au moment qu’il en verra ce qui lui fait du bien.

Vendredi passé, j’ai vécu un avant-midi unique. J’ai u du monde en ville, mais j’ai vu aussi des places que je traversais sans jamais y avoir porté une attention, trop pris par des choses qui n’existent plus dans mon présent aujourd’hui!

Je souhaite à ce qui vivent une situation difficile de découvrir leur nouvelle zone de confort à venir. Nul autre que vous ne saura éprouver la satisfaction de vous mettre sur les rails de cette nouvelle découverte.

Bonne soirée,

Michel – 1er juin, 2014

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s