Trafic dans les allées, une journée d’épicerie!

Tu rentres au marché faire ton épicerie. Tu prends ton chariot comme tout le monde. Il est 10h30, c’est l’affluence, le trafic est à son apogée. Trafic? Oui, celui des chariots dans les allées. Il y a toutes sortes de conducteurs de ces derniers, des hommes tous seuls, des femmes toutes seules, des couples pas tous seuls, les enfants qui grimpent, d’autres qui descendent, les mains qui happent au passage une friandise, c’est le « non! » du parent, ce sont les pleurs du petit, c’est la scène, un chariot duquel sortent des hurlements de fin du monde, c’est la file des chariots qui attendent derrière pour passer, ceux de devant essaient de contourner, le parent décide juste à cet instant d’appliquer les rudiments de pédagogie parentale et raisonne son enfant sans même donner de l’attention de ce qui se passe autour, la cause on la sait bien, mais qu’importe, le petit aura son explication dans le « calme », les pleurs redoublent, l’enfant se jette par terre, menace de s’étouffer, les gens des autres chariots commencent à regarder les deux protagonistes : le parent, l’enfant! Allez-vous finir votre scène?

Comme aux jours de grands trafics routiers on prend son mal en patience non sans jurer en silence de ne plus venir aux heures d’affluence, ah si on pouvait inventer un GPS pour chariot d’épicerie! (heu un GPS pour enfants capricieux ou parents soucieux d’éduquer leurs enfants en public au détriment d’un minimum de savoir-vivre!)

Voici qu’un gérant arrive, essaie (fait semblant d’essayer, car il aura tout vu sur les caméras de surveillance) , le parent se sent gêné d’être interpelé, d’être au centre d’un incident qui pourrait être évité. Le parent est inflexible, pense que le gérant n’a rien à f…. dans cette affaire, le gérant prend sa radio et demande des instructions, un chuintement inaudible lui répond, deux gardes arrivent, on parle au parent, le petit s’est finalement calmé il lorgne une autre friandise ah! On raisonne le parent lui demande de pousser son chariot de côté, refus, discussion, ton de voix, puis regard autour de lui, voit les visages qui lui disent tout haut dans ce silence leur envie d’éduquer le parent mais surtout de les laisser passer pour en finir!

Le match est terminé, parent 0 – enfant 0 – clients « furieux »…

Ensuite il faut aller prendre un numéro et attendre son tour pour avoir du poisson ou quelques tranches de sa charcuterie préférée. Le parent de tantôt arrive, on s’éloigne de lui comme on fuirait un sac de poubelles… La vie continue dans un autre rayon, sur une autre allée.

Bon une chance que ceci n’arrive pas souvent, mais par contre ce qui suit j’aimerai que vous me disiez si cela ne vous arrive pas souvent (du moins si vous faites votre épicerie vous-même).

EPicerie_15_juin

Ne voulant pas m’engager dans les allées, je préfère des fois, stationner mon chariot dans une place où cela ne dérange pas vraiment, genre la pile des saces de patates! On ne peut rien voir à l’intérieur, l’emballage étant une double épaisseur de gros papier, le prix est affiché en grand de sorte que tout le monde le voit! Tu veux un sac, tu vas, en ramasse un et le dépose dans ton panier! Fin de l’histoire! Et bien non! Non! Je vous assure qu’il y a des gens qui vivent autrement ! Vraiment autrement! J’étais en train de ranger mon chariot juste contre cette pile de sacs, vient une cliente qui me regarde, et me demande si les pommes de terre sont fraiches! Hein! Je lui dis que je ne sais pas, et que cela m’étonnerait de pouvoir dire si les patates sont friches ou pas! Elle me regarde, regarde mon chariot, l’air gêné se faufile entre mon chariot, moi et la pile de sacs, en prend un, puis un autre puis un suivant, mais bonté divine ils sont tous pareils les sacs!

Je me suis amusé à observer son cirque pendant quelques minutes, puis tanné de la voir je me suis éloigné en laissant mon panier, elle le poussait, mettait le sien, et s’en allait ! J’explosais de rire! Ah que le monde m’inspire des fois… Je n’en revenais pas! Je la suivais et lui dit « Bravo et merci Madame, vous venez de m’inspirer pour mon prochain billet de mon blogue! » Peu importe où je mettrai mon chariot j’avais été témoins d’un comportement humain des plus croquant et amusant!

C’était hier samedi, une journée pluvieuse qu’une histoire de chariot d’épicerie a su ensoleiller … du moins pour moi!

Bonne fête des pères.

Michel – 15 juin, 2014

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s