Raconte-moi une histoire s’il te plaît!

Vous pouvez raconter une histoire qui va s’ancrer dans l’âme de quelqu’un, devenir son sang, son être, sa raison de vivre. Cette histoire va l’émouvoir, le galvaniser, qui sait ce dont il sera capable grâce à elle, grâce à vos paroles

Erin Morgenstern,
Le Cirque des rêves (Traduction de l’anglais)

Je commence mon billet avec une citation tirée du livre merveilleux Le Cirque des Rêves! Je me souviens jeune enfant, j’attendais chaque soir que mes parents, ou l’un d’eux puisse passer dans ma chambre à coucher, sur le bord de mon lit, pour me raconteur une histoire.

J’attendais ce moment, un instant unique auquel j’avais pensé et que j’avais attendu depuis mon réveil. Lorsque le moment venu je me trouvais dans mon lit, je comptais les instants qui mèneraient mon père ou ma mère dans ma chambre avec le livre et sa magie.

Que d’aventures j’ai pu continuer alors que l’histoire finie il me fallait dormir (les petits enfants se couchent tôt pour bien grandir, voici ce que l’on me disait), moi je fermais les yeux mais laissais mon esprit et mon imagination en éveil, voyageant aux pays de l’inimaginable, parcourant les mondes, les planètes, les étoiles. Je me sentais heureux de me voir en héro, et triste de ne pouvoir compléter cette aventure, mes yeux se fermant pour de bon et mon esprit s’abandonnant au sommeil!

Cirque des reves
Crédits d’image : Le Cirque des Rêves (Erin Morgenstern)

Je devais avoir un peu moins de 4 ou 5 ans, alors que je brûlais d’impatience de vouloir « lire » ces histoires tout seul, je demandais à mon papa de donner le livre des histoires. Amusé. Ce dernier me passait un livre de contes. Lorsque j’ouvrais et parcourais les pages, je comprenais les illustrations, je déchiffrais quelques lettres, mais je ne sentais pas la magie de l’histoire, de l’aventure. Les héros étaient silencieux, je ne comprenais pas. C’est alors que mon papa me disait que lorsque je saurai lire je comprendrai mieux le sens des histoires qu’il me racontait.

Peu de temps plus tard je découvrais ma première bande dessinée : Tintin! Je ne sais combien de fois je lisais cet album, c’était les bijoux de la Castafiore, je rigolais rien qu’à voir les expressions des visages, Des mimiques que j’imitais en imaginant les sons, les bruits et tout le reste. Au rythme de mes lectures mes parents voyaient bien évidemment que je ne faisais rien d’autre de mon temps que de rester plongé dans mes lectures. J’en étais arrivé au point que je prenais le journal, les revues, les livres dont je comprenais à peine le titre… tout pour moi devenait évasion, aventure, imaginaire que je rendais réel en fermant les yeux. Mais rien ne m’apportais la sensation de bonheur sans limite que je ressentais lorsque mon papa ou ma maman me racontaient, à leur manière toute particulière, la même histoire.

Je compris le secret de cette magie, bien plus tard, j’ai compris que peu importe l’histoire, elle ne vit que par celui ou celle qui la raconte. Le ton de la voix, l’émotion, les sons, la cadence, au fond c’est un geste d’amour qui se transmet entre le conteur et son audience. Que ce soit dans un coin d’une bibliothèque, devant l’écran de télévision, c’est le conteur qui sait nous faire vivre ces émotions faire vivre chaque mot du texte de l’histoire, nous faire oublier sa présence pour nous plonger dans cette réalité que nous rêvons les yeux bien ouverts!

Je suis toujours fasciné lorsqu’un livre ou un film commencent par ces mots « Il y a bien longtemps dans un pays très lointain, vivait… » Cela suffit à m’emmener dans un nouveau monde, une nouvelle dimension de petit bonheur car je sais que je m’y retrouve sans effort, laissant mon cœur se souvenir qu’il fut un jour cet enfant qui rêvait l’univers!

Michel – 4 octobre, 2014

 

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

8 réflexions sur « Raconte-moi une histoire s’il te plaît! »

  1. « Le ton de la voix, l’émotion, les sons, la cadence, au fond c’est un geste d’amour qui se transmet entre le conteur et son audience. » Un témoignage touchant à garder dans un coin de ma tête pendant que j’écris 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s