Et si c’était…?

Voici une annonce classée bien différente de celles auxquelles vous avez été habitués. « Êtes-vous l’employeur idéal que je recherche ? »

Oui vous avez bien lu! C’est une annonce d’offre de sélection de l’employeur idéal. Et si nous inversions les règles du marché de l’emploi ? Ne serait-ce que pour le « fun » de l’expérience vécue. Je suis convaincu que les deux parties en tireraient le plus grand bénéfice. Alors voyons ce que pourrait dire une telle annonce :

Je suis à la recherche de l’employeur idéal. Je possède une expertise qui sera fort utile à celui-ci ce qui le rendra fier de me voir joindre les rangs de son entreprise. Seriez-vous le candidat choisi ? Le profil de l’employeur recherché serait le suivant :

  • De longues années d’expérience prouvée dans sa loyauté envers son personnel au même titre que ses actionnaires
  • Une culture d’entreprise qui croit fermement que chaque employé représente une valeur sure pour le succès et la rentabilité responsable de son entreprise
  • L’employeur idéal devra avoir plusieurs années d’expérience dans le domaine de l’amélioration et de la formation continue de son personnel (des preuves certifiées pourraient être exigées)

Parmi les autres prérequis :

  • L’employeur devra avoir su promouvoir le bien de son personnel, en matière d’équité salariale, en transparence des communications internes, et son intégrité
  • Consulter son personnel lors des décisions qui impliquent le devenir de l’ensemble de ses employés et de l’entreprise
  • Le candidat idéal aura su favoriser la culture et le partage du savoir
  • Il devra aussi avoir su réaliser et réussir un programme de reconnaissance de ses employés
  • Etc.

Je sais que plusieurs penseront que je rigole ou fait de l’humour gratuit, mais je vous assure je suis sérieux, je pense que l’exercice en vaudrait la peine et serait – à mon avis – des plus profitables pour tout le monde.

Emplois
Crédits d’image : id-Carrières

Ayant eu l’occasion de passer plusieurs entrevues d’emplois, je remarquais le comportement des candidats en face de moi mais aussi des représentantes des RH de mon employeur. Ce furent des occasions d’apprentissage de part et d’autre.

Il nous arrive d’adopter des habitudes redondantes que nous oublions souvent de changer. De ce fait nous appliquons des approches similaires pour toutes les personnalités des candidats rencontrés, une sorte de « One size fits all ».

Je me plaisais de poser la question suivante au candidat, en fin d’entrevue : « Quels seraient vos critères de sélection de cet employeur plutôt qu’un autre? ». J’observais la surprise sur les visages des personnes présentes, mais tout de suite je mentionnais que la question ne faisait pas partie de l’entrevue, mais que c’était par simple curiosité personnelle.

Je trouve que le processus d’embauche est très calqué et fort inspiré de notre modèle en éducation, le mode descendant, une autorité qui détient le savoir (éducation, professeur) ou le pouvoir qui détient la source de revenus (employeur) et de l’autre côté le demandeur (étudiant, chercheur d’emploi). SI cet équilibre a fonctionné ainsi depuis de nombreuses années, il n’est pas dit que cette formule produit les mêmes résultats. Les conditions ont changé de parts et d’autres. L’on parle de mondialisation, d’offres de services mondiales, on parle de l’aspect presque immédiat du temps de réponse, de décision, mais on intègre aussi la personne dans ce modèle de pensée en oubliant que la personne, est humaine avant de performer, de produire, de ne pas regarder les heures mises au travail, de se laisser envahir dans sa vie privée par les technologies qui nous font porter notre bureau dans notre poche, voire sous notre oreiller !

Il faut espérer que le modèle de notre éducation actuelle puisse s’adapter aux réalités des besoins d’aujourd’hui le plus rapidement possible, cela laisserait présager le changement du modèle d’embauche actuel qui ne tient compte que du tangible des résultats que l’on s’attend d’un candidat. Cette estimation étant encore et toujours basées sur des données statistiques, des calculs sur un chiffrier électronique et si peu sur le candidat en tant que personne.

Au-delà de la mécanique des théories mises en application, partant d’un point de vue personnel, je trouve que tout est une question d’éducation à la source. Plus nous évoluons dans l’usage de nouvelles technologies plus nous avons tendance à compliquer nos vies, les alourdissant de processus et de procédures des plus complexes. Aurions-nous tellement à craindre du bienfait des solutions simples ?

Michel – 19 octobre, 2014

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s