Ce compagnon…

Il  nous accompagne, nous fait sourire, parfois nous coulons des larmes par sa faute, mais aussi des larmes de joie, il nous comprend car il ne parle pas pour ne rien dire, on le prend avec nous, souvent au lit, mais aussi en voyage, il ne nous lâche pas, mais il faut dire que l’inverse est vrai.

Nous lui sommes fidèle, parfois plus que pour d’autres choses, nous aimons le toucher, le sentir nous inspirer, il est des fois long, large, porte une chemise souvent dans sa plus petite tenue et pourtant plus pudique que jamais. L’insolence qui le caractérise nous séduit, il nous fait rêver, et nous introduit au plus profond de son intimité.

S’il nous arrive de l’égarer cela nous fait laisser tout pour le trouver, il est de nature orgueilleuse et ne nous dit pas où il se trouve, il nous fait payer notre insouciance de l’avoir égaré.

Bon, je pense que vous avez compris, c’est du livre, de notre livre de chevet ou compagnon de voyage dont il est question.

00 Livres
Crédits d’image: Tri Logik

J’ai souvent abordé le sujet des livres au fil de mes billets, aujourd’hui encore une fois, mais surtout pour garder présente notre responsabilité lorsque nous nous procurons un de ces livres qui nous pousse à l’acheter. Pourquoi au fond celui-ci et non celui-là, pourquoi avoir choisi un tel ouvrage alors que nous avions décidé d’acheter une revue ou un magazine ? Ce sont ces choses que l’on ne s’explique pas dans cette intimité unique entre le bouquin et son nouvel acquéreur.

Lorsque vient le temps de tourner la dernière page, c’est le moment de décider : je le garde, je le donne ou je m’en débarrasse!

Un livre est vivant, vivant de par son auteur qui y a mis une partie de lui-même, nous perpétuons en quelques sortes la vie de cet auteur en lisant ses œuvres, et si l’un de ces livres n’est pas aussi bon que l’on pensait, il faudrait songer à le garder pour se rappeler de ne plus en acheter de pareils!

Ces quelques jours je dois faire un tri, le tri de mes livres, quels moments difficiles, ils sont tous miens, je souhaite les garder sans en perdre aucun, et pourtant il faut que je m’y résigne car n’ayant plus de place (Oh oui il y en a partout… au salon, sur les étagères de la chambre à coucher, dans les tiroirs de ma table de nuit, sur mon bureau. C’est l’occasion de les retrouver, certains les remercier d’être chez moi, d’autres à qui je dis adieu non sans un pincement au cœur, mais ils me donnent l’occasion de retrouver un signet, une feuille, quelques notes, parfois une photo oubliée, des souvenirs des occasions de ce livre, du roman…

Hier je croisais les grands classiques, hein! Vous dites grands classiques, mais pourquoi Michel! Tu lis toujours ces choses ? (Ces choses, écoutez-moi çà !), puis les contemporains, les Molière, Diderot, Ronsard, et les autres, mais aussi les Bobin (mon auteur favori), les Jardin, Prévert, Maalouf, et plein d’autres petits joyaux du cœur et de l’esprit!

Mon premier tri s’est vite fait, j’ai presque tout gardé, c’était peine perdue, il fallait que je réduise le nombre. C’est dur et compliqué! Alors j’ai eu l’idée de proposer à mes enfants de venir choisir les livres qui pourraient les intéresser avant que je ne me résigne d’envoyer le reste à des associations caritatives …

C’est drôle que nous ne puissions pas – du moins ici chez nous – offrir nos livres aux établissements scolaires, je ne sais pour quelles raisons on m’a dit que cela ne pouvait se faire! Comment les œuvres de littérature française pourraient-elles déranger les politiques de la bureaucratie ? Allez savoir pourquoi!

Il n’y a pas longtemps notre ministre de l’éducation, dans le cadre du programme d’austérité, coupait dans la fourniture des livres des bibliothèques d’écoles. Paradoxalement des gens tout comme moi se résignent à « liquider » leurs livres dans des ventes de garage ou à l’envoi à des associations caritatives qui nous les refusent par manque de place ! De bien étranges moments que vit la culture en ces temps où l’efficacité se mesure selon les critères qui ne tiennent plus compte de la richesse du savoir mais beaucoup plus sur les sacro-saints mots de productivité, de technologies modernes, d’efficacité et j’en passe!

Si cette tendance se confirme, je crois que nous deviendront trop rapidement une société dont la culture du savoir serait trop triste pour s’en valoriser!

Je suis pour les livres en papier mais aussi ceux en format électronique, je n’ai nul besoin d’une leçon sur la sauvegarde des arbres, il suffirait de limiter les publications commerciales des plus polluantes qui intoxiquent nos boites à lettre, notre sac de publicité, le nombre de copies des rapports en entreprise ou dans les ministères, suffit le gaspillage des photocopies inutiles de tous les courriels imprimés (Oui, oui, j’ai croisé des personnes qui pour lire leurs courriels les imprimaient! Mais franchement il est où le vrai usage des courriers électroniques ? SI les arbres pouvaient nous parler, je gage qu’ils seraient bien contents de savoir que nous les utilisons pour une vraie cause, celle de perpétuer leur existence dans la transmission de notre culture humaine!

Allons un petit effort ! Le papier est un matériel noble, durable et fiable. Je lisais que les médias électroniques avaient une durée de vie plus courte que ce bon vieux papier, je ne pense pas qu’il faille des études et des rassemblements d’experts pour protéger notre culture au moyen de ce que la mature nous offre comme richesses!

Je vous souhaite de protéger un livre, vous seriez fiers de ce geste pour le jour où les humains auront oublié l’usage de la lecture d’un livre !

 

Michel – 6 novembre, 2014

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s