Et si nous changions ensemble, la face du monde ?

00 Thinkers


Celui qui est maître de l’éducation
peut changer la face du monde.
— Leibniz


On me demande souvent ce qui me motive d’écrire des blogues, des articles d’opinions et quelques articles de fond sur les réseaux sociaux ou auprès d’institutions spécialisées en gestion du savoir (Knowledge Management). D’autant plus que l’on me pose l’inévitable question mais que fais-tu dans le monde de l’éducation ?

Loin de moi l’idée de faire preuve d’orgueil, ces questions me font toujours sourire, me poussant à vouloir dire tout simplement : Comment vous n’avez pas encore compris que je souhaite changer la face du monde ?

Rassurez-vous je n’ai pas cette ambition bien que j’en ai la prétention partielle de faire une certaine part dans cette merveilleuse histoire qu’est la nôtre, nous les humains.

Faire sa part, c’est aussi contribuer à changer la face du monde aussi, chacun de nous à sa propre mesure dans son propre domaine et selon ses propres convictions qui serviraient le bien commun.

Mais on pourrait aussi me dire voyons tout ceci est illusoire, il y a des gens qui le font pourtant ! Oui d’accord, mais je ne peux imaginer que nous fassions tout ce chemin au long de notre existence pour n’être que des numéros d’assurance sociale ou de carte d’assurance maladie. Chaque personne est une richesse en tant que telle, une richesse pour les autres.

Nous vivons en collectivité sociale et humaine, appelons-la comme nous voulons, nous nous fréquentons, côtoyons et créons des liens (des relations) qui au fil des jours nous enrichissent. Sauf bien entendu si l’on a un désir de vivre seul, isolé et décidons de nous fermer à tout contact humain !

Notre histoire, nous apprendrait tant de choses importantes et essentielles, malheureusement nous la lisons trop bien sur les bancs d’écoles, sans toutefois en tirer profit. Nous n’apprenons pas tellement de ses enseignements. Je ne pense pas aux grands qui ont marqué l’histoire mais de ces travailleurs de l’ombre qui, eux, ont contribué à la reconnaissance que nous faisons encore aujourd’hui de notre passé qui est fort jeune. L’histoire de notre histoire est captive de quelques pays qui nous la dispensent au compte-goutte dans les musées. Mais qu’en est-il de celles et ceux qui l’ont écrite dans le quotidien de leurs tâches ? Ces personnes n’ont aucun musée qui parle d’eux. Avez-vous remarqué combien l’on se préoccupe de soutenir les faits d’armes et de guerres au lieu de prodiguer publiquement l’histoire de celles et ceux qui ont apporté à l’humanité les fondements du bien humain et social.

Chaque personne qui a contribué à planter un champ, construire un édifice, créé des groupes sociaux, fait grandir des familles, ces gens qui continuent au quotidien à assurer que notre café du matin soit prêt avec le sourire et le beigne ou le sandwich, le camelot de journaux, ceux-là sont entrain de contribuer à changer la face du monde.

Je ne crois pas qu’il sera jamais assez de revenir sur le sujet de l’éducation. L’éducation étant le plus grand ennemi de l’ignorance et de l’obscurantisme des esprits. Plus le monde accèdera aux richesses du savoir, moins il se sentira dépendant de ceux qui l’ont mais qui ne le partagent pas. Plusieurs personnes se sont illustrées, parfois au prix de leur vie, à promouvoir l’importance de la distribution des richesses et des bienfaits de l’éducation.

Ce matin je lisais un article dans le quotidien La Presse qui parait à Montréal avec pour titre : La réforme pédagogique est un échec conclut une étude ! Ouf ! C’est triste mais grave aussi. L’article ne faisant que relater les faits sans nécessairement dire ce qui devrait suivre. Je pense qu’il est grand temps de laisser les enseignants libres de faire leur métier et ne plus les ralentir dans des tâches purement bureaucratiques pour ne citer que celles-ci. L’on pourra alors cesser de se plaindre au sujet de l’éducation!

Nous nous inventons des préoccupations bien précises et avons le réflexe de l’excuse, sans même y penser, de dire souvent je n’ai pas le temps.

Alors pourquoi est-ce que je blogue ? Mais tout comme vous pour changer la face du monde moi aussi. Je prends la parole pour ceux qui n’ont pas la possibilité de dire tout haut ce qu’il en est, pour ceux qui, malgré l’énorme savoir qui existe dans notre monde, n’ont pas la moindre idée de ce que serait leur vie s’ils y avaient accès.

Le savoir qui me permet cette liberté d’écrire, je le rends à celles et ceux qui n’ont pas encore su que l’aventure humaine est bien plus belle que ce que nous observons aujourd’hui !

À la prochaine…

Michel – 4 février, 2015


La photo qui illustre ce billet représente 4 personnages célèbres qui, chacun à sa manière, ont parlé de l’importance de l’éducation et du savoir, source de la liberté de pensée des personnes.

Benjamin Franklin – Arthur Schopenhauer – Peter Drucker et Isaac Asimov


 


Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s