Ces mots qui nous entourent!

00 Les mots1
Illustration: Maddy Facchin (Blogue)


Les mots qui vont surgir
savent de nous des choses
que nous ignorons d’eux
– René Char


 

Indifférence :
– État, sentiment de quelqu’un qui ne se sent pas concerné, touché par quelque chose, ou qui n’accorde aucune attention, aucun intérêt à quelqu’un, à quelque chose
– État d’esprit de quelqu’un qui ne se sent pas concerné par un problème. – Absence d’amour chez quelqu’un qui ne répond pas au sentiment qu’il inspire
Apathie :
– Indolence ou indifférence de quelqu’un poussée jusqu’à l’insensibilité complète ; nonchalance, inertie.
Sympathie :
– Penchant naturel, spontané et chaleureux de quelqu’un vers une autre personne.
– Participation à la joie, à la peine d’autrui.
– Bienveillance, disposition favorable envers quelque chose.
Empathie :
– Faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent.
Source Larousse : http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais

Nous nous exprimons dans notre belle langue française si riche et si raffinée, grâce à cette dernière nous communiquons tant nos idées que nos émotions, mais aussi nos opinions et certains de nos jugements ou de nos appréciations. On dit parfois qu’un simple mot peut blesser alors qu’un autre peut faire plaisir. Nous sommes riches de nos mots mais du sens qui leur est donné, car un mot est une arme redoutable capable de blesser ou de guérir.

Les mots nous permettent d’exprimer ce que dans notre fort intérieur nous ressentons, et si par hasard ce n’est pas le bon mot, il est trop tard, le mot est né.

Si l’on lit un journal, une revue d’actualités ou que l’on écoute certaines émissions de télévision, les mots qui se disent nous permettent de nous faire une idée sur une situation donnée.

Pourquoi avoir commencé mon billet avec des extraits du Larousse© ? Parce que j’aimerai partager avec vous un constat que je croyais issu de ma propre perception personnelle. Nous entendons et lisons de plus en plus des mots empreints d’une consonance négative, du moins qui manquent de déférence (de gentillesse pour faire plus simple). Que ce soit un discours politique, une discussion sur l’analyse d’un évènement, voire même d’une conversation bien anodine dans la rue ou dans un café. Certains mots reviennent bien souvent, on parle de ces mots d’indifférence (le je m’enfoutisme) ou d’apathie chronique (j’suis plus capable!), rarement l’on entend les mots qui inspirent le contraire.

Avons-nous vraiment bradé notre richesse linguistique pour ceci ? J’ose espérer le contraire. Ce que je vous propose donc, c’est un petit jeu très simple, que vous pourriez faire vous-même.

Inscrivez sur une feuille de papier ces quatre mots en colonne, indifférence, apathie, sympathie et empathie, si vous voulez corser le jeu, ajoutez le mot compassion. Un matin en quittant pour le bureau, ayez cette liste avec vous. Vous mettrez une coche (un petit « x ») devant chaque mot qui représenterait votre sentiment du moment envers une personne, un incident, ou une information que vous rencontreriez au cours de la journée. Essayez de jouer le plus honnêtement qui soit, vous êtes le seul à en évaluer le résultat. En rentrant chez vous faites le décompte, cela vous dira un peu comment vous avez passé votre journée, mais aussi quelle fut votre perception des gens que vous avez croisés au cours de cette dernière.

Chose étonnante, c’est la récurrence de certains mots dans notre quotidien collectif. À cet égard j’ai trouvé sur internet ces quelques chiffres qui en disent long sur certaines expressions de notre langage en ce 21ème siècle!

Fréquence d’utilisation de chacun des mots, en millions d’occurrences sur une durée déterminée : (Source : http://www.lexique.org/listes/liste_mots.php)

  • Indifférence :   25.77
  • Sympathie :     17.48
  • Empathie :       0.10
  • Apathie :          1.55 J’ai ajouté le terme Compassion pour donner l’occasion d’un résultat équilibré
  • Compassion :  4.26

Le constat est édifiant : la sympathie, l’empathie et la compassion n’arrivent pas à dépasser, toutes les trois réunies, la fréquence de l’indifférence et de l’apathie ! Je ne vous imposerai pas les détails d’une interprétation des chiffres, vous conviendriez que cela se passe de commentaires.

Ce n’était qu’une simple observation au cours de mes randonnées dans le monde dans lequel je vis.

En attendant, avez-vous fait ce petit jeu que je vous proposais ?

À la prochaine,

Michel – 12 février, 2015

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s