Ces Chers Profs !

 00 Les profsImage: Enseignons.be (Les éditions Plantyn)


J’aurais voulu être professeur de vie.
J’aurais appris aux enfants, aux adultes aussi,
tout ce qui n’est pas dit dans les livres. ..
Je leur aurais appris les choses délicates de la vie. ..
Qu’un amour entretenu ne s’use pas,
que la seule liberté qui vaille d’être vécue est la liberté d’être,
qu’il est important de prendre le temps
de regarder un nuage, de suivre le vol d’un oiseau,
de se laisser surprendre par l’infime des choses de la vie.
Qu’il est important d’apprendre à s’aimer, à se respecter, à se définir.
Qu’il est encore plus important de ne pas se laisser enfermer d
ans les jugements, de résister aux rumeurs,
aux idées toutes faites, aux modes.
J’aurais essayé de leur apprendre à remettre en cause
leurs croyances quand elles sont devenues des certitudes,
pour laisser plus de place à l’imprévisible de la vie.
N’oublie pas l’éternité – Jacques Salomé


On parle souvent des mots d’enfants, parents et grands-parents sont si fiers de nous faire part des perles de leurs petits trésors chéris. Cela va de soi bien entendu, moi y compris qui ne cesse de sourire chaque fois que je me rappelle ce que mon petit-fils appelle le « système solaire » ou bien lors d’un repas de pâtes à la sauce qu’il trouvait brûlant, très chaud ou trop chaud, ayant finalement terminé son plat, il se lève de table et me dit d’un calme absolu mais un sourire digne de celui qui a vaincu le mont Everest« Papi, J’ai survécu! » et oui, le petit bout d’homme avait survécu les spaghettis trop chauds et sa faim de petit loup…!

Mais saviez-vous que les professeurs ont, eux aussi, leurs petits moments où ils laissent agréablement exprimer leurs pensées les plus amusantes mais surtout celles qui disent leur état d’âme. Ils nous rassurent et nous rappellent que ce sont des humains tout comme nous, même si pour leurs élèves ils sont mis dans la catégorie des « super héros ». Lorsque l’on est jeune écolier, on ne peut imaginer que notre prof puisse avoir des moments de faiblesse, de tristesse ou simplement de fatigue. Je me souviens étant jeune je disais à mes parents ne pas comprendre que ma professeure de français pouvait tomber malade. Mon papa qui m’écoutait me répond avec un sourire, « mais oui, un professeur peu tomber malade! » et moi de lui répondre « Mais les professeurs c’est comme les papas et les mamans, ils ne tombent pas malade! »… Cela vous dit ce que mes parents ont appris de m’avoir pour fils ainé…!

Lors de mes dernières discussions sur un réseau personnel d’apprentissage (PLN : Personal Learning Network), j’eus l’occasion de croiser et d’échanger avec plusieurs personnes dans le monde de l’éducation. En fait ces contacts m’ont appris quelque chose que j’avais oublié : si ces personnes ont un rôle important et critique dans l’éducation et le bien-être des écoliers, il n’en demeure pas moins qu’elles sont aussi humaines que leurs élèves, que les parents, ces personnes font face à des difficultés comme tout le monde.

Je partage avec vous deux commentaires, qui m’ont rappelé ma réaction alors que jeune écolier je trouvais impensable que ma prof puisse être malade.

J’ai adapté en français les propos de ces deux personnes. « Si j’étais ma propre élève, je crois que je serai devenue complètement folle de mon comportement! » Cette institutrice relatait un évènement au cours duquel elle suivait une formation en informatique, combien elle se sentait démotivée et déconcentrée, ce qui la rendait complètement inattentive aux explications du formateur, d’où son comportement ! Elle avouait ses limites et surtout comprenait combien ses élèves pouvaient sombrer dans l’ennui et la fatigue durant ses propres cours.

Une autre à qui je demandais comment elle avait passé sa journée de travail à l’école (elle enseigne au tous petits en classes préscolaires), elle me disait « Je rentre tus les jours avec l’impression d’avoir été une astronaute, un coureuse de marathon ou une dompteuse de dauphins, mais quand je pense aux câlins et sourires qu’ils m’offrent, j’oublie tout le reste! » La dernière fois que nous nous sommes parlé elle me disait avoir eu l’impression d’être une « artiste-peintre ».

Je réalise combien ces personnes sont humaines, autant que le sont leurs élèves autant que le sont les parents. Si nous les regardons comme des super-héros, elles ne sont pas moins humaines avec leur fatigue et leurs limites.

Ces personnes ne seront probablement jamais des millionnaires dans leurs comptes en banque, mais ont une richesse que bien des entreprises n’atteindront jamais! La satisfaction du bonheur de ces choses qui ne peuvent se calculer ni se mesurer en chiffres : la tendresse humaine que leur témoignent ces jeunes enfants par un sourire ou un geste tellement naturel!

Et vous, comment avez-vous vécu votre journée de travail ?

Michel – 13 mars, 2015

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s