Il est grand temps de prêcher par l’exemple !

die große Ankündigung


Il n’existe pas d’autre voie vers la solidarité humaine,
que la recherche et le respect de la dignité individuelle!
Pierre Leconte du Nouy


 

Je ne sais pas si vous ressentez la même exaspération chaque fois qu’une personne dite « spécialiste ou experte » se permet de dire, haut et fort, quoi faire pour chaque chose dans notre cheminement professionnel, nos choix de carrière, nos choix de vie, et bien d’autres domaines.

On dirait que la maitrise de l’écriture chez ces personnes se limite à l’usage du verbe conjugué à l’impératif excluant bien entendu tout le reste.

Vous me diriez de les ignorer comme font beaucoup, peut-être est-ce la solution la plus facile, je pourrais en convenir si le phénomène n’était pas devenu omniprésent à tous les niveaux de communications avec les personnes. Comme si au fond, l’on voudrait nous faire accepter que c’est ainsi que les choses se font !

Les règles de bienséance, ne sont pas révolues, si de nos jours on adopte un style vestimentaire décontracté au bureau, s l’on se parle sur un ton un peu plus familier ou si l’on ne se trouve pas trop à cheval sur certaines attitudes, il n’en reste pas moins que le respect des autres est en soi une réalité humaine qui ne se rattache pas à une mode, un temps ou une époque. C’est la base sociale de toute relation entre les humains. Lorsque je parle de respect c’est de celui de l’intelligence des personnes à qui l’on s’adresse.

Je trouve désolante la manière dont sont traités les citoyens de la part d’un système social, politique ou économique qui tend, chacun séparément, à considérer ces personnes inaptes à comprendre ou pire incapables de prise de décision sans ce tutorat qui parfois est hautain et non moins condescendant. Cette attitude paternaliste qui se veut « rassurante » qui nous est servie chaque jours « dans le confort de notre chez nous » (Pour utiliser cette phrase qui n’a aucun sens que l’on se fait dire dans plusieurs publicités et annonces commerciales).

S’il fut un temps que la grande majorité de l’humanité n’avait pas accès au savoir ou aux études, les choses ont bien changé de nos jours, malheureusement le comportement d’antan semble s’accrocher avec la force du désespoir lorsqu’il est question du respect envers les personnes.

Ce qui est encore plus désolant c’est que cette manière de faire, englobe tous les domaines, la politique locale ou mondiale, l’économie, les informations, le monde de la consommation, et bien entendu les spécialistes et experts qui eux s’en délectent comme d’un rare nectar!

Nous sommes indirectement complices de cet état des faits en ne dénonçant pas ces pratiques que j’appellerai inappropriées. Laisser faire pour ne pas s’impliquer est un abandon de notre droit au respect ainsi qu’à la considération du rôle de chaque individu dans ce « bien-être » que tous nous souhaitons.

Aucune activité de notre quotidien n’y échappe : la politique (juste d’écouter sur quel ton nos politiciens s’adressent à nous quand il est question de nous communiquer une nouvelle qui ne plairait pas à la majorité). Le monde du travail quant à lui nous sert des messages de respect, d’éthique et pourtant on ne parle que si peu des mises à pieds massives quand les prévisions de profits ne seront pas celles promises aux actionnaires.

L’éducation, quant à elle souffre du fait que ce sont des experts en budgets, finances et autres qui tiennent et prennent les décisions alors que les vrais acteurs ne sont sollicités qu’à titre consultatif!

Que dire de l’information, on me dira qu’elle est contrôlée par une autorité responsable de l’éthique, fort probablement, bien que des fois le manque de rigueur pousse les experts de l’information à dépasser la mince ligne entre l’information et l’interprétation!

Sortir du moule ou des rangs est de nos jours interprété comme un acte « non-conforme », cela dérange le système, on a vite fait de nous remettre dans les rangs faute de quoi..!

Il est plus que jamais nécessaire de cesser de nous dire quoi faire mais plus que tout nous montrer par l’exemple comment ces demandes sont faisables. Prêcher par l’exemple n’aura jamais été aussi urgent! Et si l’on laisse faire comme cela est plus simple, alors ne nous plaignons plus car au fond nous méritons ceux qui nous traitent de la sorte !

À la prochaine,

Michel – 1er juin, 2015


Illustration provenant du site de:
Conseils commerciaux et marketing – Armony Développement

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

2 réflexions sur « Il est grand temps de prêcher par l’exemple ! »

  1. Tout cela me renvoie à un même message, c’est une histoire de manipulation, de contrôle, de pouvoir, le tout autour de la communication. Si seulement les gens pouvaient s’en tenir au contenu. Mais non, je crois vraiment qu’ils entendent seulement le tout ensemble, sans analyser de façon systémique tout chose, en faisant la part de l’important, la part de la forme, la part du non dit, etc. Je suis d’accord, il faut arrêter de nous prendre pour des demeurés. Les cours de communication nous apprennent à distinguer, analyser. Paradoxalement, il nous apprennent aussi à juger l’autre sur le tout. Dans cette ambiance de courbettes (f)utiles qui font notre quotidien, aurions-nous tendance à oublier, qu’il y a d’autres moyens d’être et d’autres critères de jugement. Pourquoi les gens troquent si facilement nos plus belles richesses humaines contre des relations inter-personnelles aseptisées et malsaines ?

    J'aime

    1. Serait-ce parce que le ou les systèmes se sont affairés à « éduquer » les personnes à prendre ce modèle comme le seul qui soit valable ?
      ‘influence des personnes d’autorités morales, temporelles ou spirituelles est une responsabilité saine et dangereuse en même temps lorsque la balance penche du côté de l’influence unidirectionnelle sur la faculté de prise de décision d’une personne.
      L’influence est une chose bonne si à travers elle on réussi à trouver des réponses mais lorsqu’elle nous « indique » quoi et comment faire, elle atteint son niveau le plus pervers !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s