Cessons de recycler le passé ! (II)

000 Le passe

Photo : Double Je (Blogue)


Dans la vie, il y a deux catégories d’individus :
ceux qui regardent le monde tel qu’il est
et se demandent pourquoi.
Ceux qui imaginent le monde
tel qu’il devrait être et
qui se disent : pourquoi pas ?
– Georges-Bernard Shaw


Si le fait de recycler les matières de récupération est une activité qui contribue à la revalorisation de notre environnement, il est en d’un type de recyclage qui ne soit pas exactement adapté pour ce même but : le recyclage du passé. Recycler son propre passé, recycler notre propre histoire, recycler notre culture millénaire, est-ce vraiment parler de présent et de durabilité pour les générations futures ?

Si les civilisations antiques s’étaient arrêtées sur leur histoire remplie de gloires et de réalisations je doute que ces mêmes nations seraient ce qu’elles sont aujourd’hui. La fierté de ces nations est aussi un juste retour de l’histoire de l’humanité car non seulement elles ont marqué l’histoire de leur propre peuple, mais au monde entier. La pérennité de cette mémoire se retrouve dans les musées, les œuvres d’art qui embellissent nos villes, les livres d’histoires, les cours en classe.

Être fier de ses origines et porter sur soi cet héritage est en soi une des meilleures raisons de porter de l’avant en notre présent les valeurs qui ont façonné notre mémoire, porter ces valeurs aux générations futures est aussi le gage du futur de notre espèce. Lorsque l’on sort ce passé pour justifier un état de faits, un immobilisme en fait une faillite humaine, culturelle ou politique, il est grand temps de s’arrêter de recycler ce passé que nous risquons d’aliéner aux effets négatifs du présent que nous teintons de ces valeurs passées.

Nos prédécesseurs ne peuvent ni ne doivent être tenus responsables des erreurs de notre présent, que ce soit le citoyen parce qu’il n’a pas osé s’élever contre les dangers qui menacent son pays, les politiciens qui ont dévié de leurs responsabilités, de la conscience collective qui n’a fait que se renfermer derrière sa haie de buissons pensant qu’elle ne verrait plus les tristes vérités!

Il est vraiment triste de voir le passé utilisé pour se couvrir les yeux et ignorer le présent, penser que si on y a survécu ainsi cela ne peut être pire! Le reste du monde quant à lui continue de grandir dans cette identité collective et n’attend plus les personnes qui abandonnent le présent aux autres et restent encore dans l’illusion que le passé et le futur se conjuguent au temps présent!

À la prochaine,

Michel – 4 juin, 2015

 

 

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s