Cessons de banaliser les choses de notre existence !

00 serinity1L’image provient du blogue de Robert Finkelstein


Pour modifier sa vision du monde,
il est plus efficace de commencer par modifier sa façon d’agir.
(Paul Watzlawick)


 

Une nouvelle retentissante a plus de chances d’attirer des foules et de ce fait d’augmenter l’audience d’un journal ou d’une émission qu’une nouvelle positive qui manque de sensationnalisme.

On parle des guerres permanentes en dosant savamment les nouvelles qui ravivent l’intérêt, mais si l’on trouve une cure et qu’au journal on n’a pas suffisamment de victimes à montrer, cette bonne nouvelle a de la chance de passer aux bulletins de grande écoute, ce que les gens des médias appellent les « Prime »

Une avancée de la recherche sur les maladies graves, gagne ses 5 minutes de gloire, une entrevue ou deux, les pronostics de la mise en marché, puis l’on retourne sur les guerres et les actes de violence! Mais parler de la vie d’un criminel ou d’un terroriste, alors là on ne cesse pas de décortiquer sa vie, ses antécédents, les entrevues avec le petit copain du voisin qui le regardait faire ses premiers pas, on s’étale sur les circonstances, on amène expert après expert…! C’est comme si l’on maitrisait dans l’art de la communication l’habileté de ne parler que de notre ignorance des choses qui feraient la différence!

Le négatif se trouve ainsi tellement banalisé. Il fut un temps au cours duquel on « ménageait » l’opinion publique, mais depuis quelques 20 ans l’on a « ajusté » la situation : la banalisation du négatif! Mais aussi on aime bien faire les choses, alors avant toute émission, chaque capsule vidéo on s’évertue de mettre un avertissement, pourquoi le met-on ? Parce que c’est la loi ! Ah oui ? Et si la loi permettrait de ne pas mettre l’avertissement vous ne le feriez pas ? Drôles de temps mais drôles de valeurs que l’on nous sert dans nos plats chaque moment.

Les gens de médias parleront des contraintes imposées par leurs employeurs, les politiciens vous diront que ce sont les intérêts supérieurs économiques ou autres, l’opinion publique me dira « mais pourquoi est-ce que tu t’en préoccupe ce fut toujours ainsi! » Nous banalisons notre abandon, nous contribuons à l’instauration de la banalisation mondialisante et globalisante!

On descend dans la rue pour exprimer son mécontentement quand on touche à nos poches, nos vacances et autres petits conforts matériels, on est absent ou toujours occupés à mille choses quand il faut descendre protéger les causes qui n’ont jusqu’ici trouvé aucun espoir de solutions!

Faudrait-il que cela touche nos poches pour que les lois et leurs applications règlent une fois pour toute la juste cause des droits de la femme, que l’on cesse d’exploiter les enfants ou que l’on appauvrisse avec une telle effronterie des pays voire un continent en entier ?

J’attendais toujours le moment de la « bonne nouvelle » sur une chaine de télévision. Mais j’aimais aussi en parler avec mes collègues de travail! Sourires gênés je comprenais par la suite que pendant cette bonne nouvelle ils allaient remplir de nouveau le bol de mais soufflé (popcorn) ou de croustilles (chips)… Alors blâmer les médias ? Plus vraiment si le citoyen moyen y trouve l’occasion de prendre une pause de devant l’écran! Banalisation du comportement humain face aux choses positives.

L’on fond presque en larmes quand un site historique est menacé de destruction, on ameute l’opinion, on signe pétition sur pétition, en prime, on traite de barbares les auteurs de ces actes, alors que l’on est incapable de descendre de lever le petit doigt lorsqu’il est plus que temps de dire aux pouvoirs que la pauvreté et l’injustice, les meurtres collectifs et la guerre cela suffit!

De combien de degrés notre sens des valeurs va-t-il changé de cap ? Plusieurs j’imagine! Toujours est-il que descendre dans les rues pour exprimer son ras le bol doit se faire à des heures qui conviennent certaines personnes! Je ne rigole pas, mais la raison première qu’une personne a invoqué de n’être pas descendue dans la rue au rassemblement pour une marche, fut « Je n’ai pas participé à cette manifestation, parce que 14h30 est un moment chaud de la journée cela m’indispose! » Wow! Un parasol peut-être avec un porteur d’éventail ?

Faire changer les choses demandes un peu plus que le confort rassurant de l’écran de nos outils intelligents1

Je ne suis pas là pour chialer ou gémir devant les injustices (il y a assez pour le faire à ma place), aussi je ne suis pas aussi pour l’usage des moyens négatifs pour signifier mon désaccord.

Malheureusement ici encore, nous ne regardons pas ce que des gens d’exception on fait au cours de leur vie : adopter un comportement digne d’intérêt selon leur intégrité et leurs convictions! Gandhi, Mère Térésa et plein d’autres ont chacun agit selon leurs convictions : l’humanisme concret dans le quotidien! Ces personnes n’ont rien fait de magique mais ont provoqué que la magie s’opère dans la partie du monde où elles vivaient.

Je ne changerai pas la face du monde, mais j’y contribuerai à le faire selon mes convictions humaines.

Dire non à une injustice nécessite parfois (pour ne pas dire souvent) un geste simple. Couper la télé pour une journée fera réfléchir les analystes des résultats d’audiomètres sur les raisons de cette baisse d’audience. Vous remarquerez que les sondages s’activent quand une baisse d’intérêt se fait sentir sur les plans économiques ou d’intérêts.

Vous pourriez en faire l’expérience lorsque vous changez de fournisseur d’un service après de longues années, ce dernier « se réveille » finalement et essaie de vous convaincre de changer d’avis. Plus vous dites non, plus on s’essaie de vous séduire par ces petits plus. Cela peut durer jusqu’à un an (mon ex fournisseur s’est souvenu de moi quand je l’ai quitté).

Prendre pour acquis que nous sommes satisfaits dans les choses de notre vie collective, aide la banalisation envers tout, c’est alors que le moindre petit bobo prend des proportions gigantesques, le trafic routier durant les vacances, la météo, les prix de location des forfaits vacances, dans mon coin du monde c’est le barbecue, le modèle dernier cri qui est juré certifié promis Vert mais qui coûte deux ou trois fois le prix d’un modèle moins vert! Mais saviez quoi ? La guerre et les meurtres ne cessent pas, ne prennent pas de vacances, les femmes continuent d’être maltraitées, les enfants exploités…! Banalisons les choses pour ne pas nous casser la tête, les maux de tête cela nous ferait prendre trop de comprimés!

Penser à des moyens positifs pour envoyer un signal aux médias, aux politiciens aux entreprises. Signifier son désaccord n’a pas besoin de s’affilier à un parti politique, une organisation syndicale ou autre… Au risque de passer pour simpliste dans un monde qui fait de tout pour ne plus l’être, je nous dirai qu’il est temps de nous réapproprier notre liberté de jugement humain! Acheter ou ne pas consommer n’est pas liberté car souvent l’on ne fait que reporter le moment d’achat que l’on fera inévitablement!

La pensée juste et humaine peut et devrait aussi éduquer et faire apprendre. Nous sommes en constante évolution dans notre histoire. Ceux qui nous ont précédés ont œuvré en sachant que nous, aujourd’hui, continuerions ce Donner au suivant,

Une évolution qui pour rendre justice aux penseurs, philosophes, humanistes et visionnaires qui ont su voir d’avance l’aboutissement de ce qu’ils ont œuvré pour,  toute leur vie.

Saurions-nous mériter ce legs et préparer l’héritage que nous préparons à nos futurs adultes dans 20 ans ? Je souhaite que notre réponse soit, quant à elle, dans la bonne direction!

À la prochaine

Michel, 22 juin, 2015

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s