Communications, RH et Technologies !

00 Technologie et humains


La chose la plus importante en communication,
c’est d’entendre ce qui n’est pas dit!
– Peter Drucker.


 

Étant un convaincu de l’utilité des nouvelles technologies je me suis affairé  depuis leur émergence à leur trouver l’aspect utilitaire, celui dont les fonctionnalités s’adaptaient le mieux aux besoins des personnes. Je tiens à cette précision, aller dans l’autre sens serait contraire au principe disant que : les personnes d’abord, mais surtout au cœur de toute solution.

Ceci étant dit, je partagerai avec vous cette aventure qui eut lieu pas plus tard qu’hier (18 juillet).

J’ai reçu une notification de la part d’un ancien collègue de travail, je lui avais offert de me citer comme référence d’emploi pour un éventuel poste. Cette dernière m’informait que j’allais être contacté par un employeur potentiel afin de vérifier les références.

Rien d’anormal jusqu’ici, surtout que ce n’est pas la première fois que je propose ce coup de main à d’anciens collègues.

Ce matin je reçois un courriel (mail), de l’employeur dont me parlait ce collègue me demandant de bien vouloir prendre note que … etc… le texte usuel dans de telles circonstances. Je m’attendais à un appel, mais ce fut un courriel, je m’attendais à un rendez-vous verbal mais il était virtuel!

Cela m’amusait du point de vue du processus, mais cet amusement s’effaçait rapidement pour faire place à une certaine réflexion : encore un pas en avant vers la déshumanisation des relations entre les personnes! Bien entendu je pouvais toujours signaler aux demandeurs que je voulais parler de vive-voix avec quelqu’un de l’équipe des Ressources Humaines (RH), mais cette option était la dernière d’une liste de trois possibilités. Nous savons qu’un dernier choix est souvent offert comme choix obligé ou comme j’aime les nommer un choix de pure rhétorique mais aussi que le premier choix est celui que privilégie le demandeur.

Je n’ai pas voulu trop tarder et j’ai décidé d’aller pour la version virtuelle ou digitale. Un formulaire extrêmement bien fait, bien pensé et surtout construit de sorte à couvrir toutes les questions qui se poseraient dans de telles circonstances.

Les zones de texte où je pouvais ajouter du texte devenaient presque inutiles si l’on se limitait de répondre selon les choix proposé, le OUI – NON – Beaucoup – Moyen etc…

Certains me diront que cela sauve du temps et des sous, d’autres penseront que cela est d’une manière identique pour tous les candidats s’assurant ainsi d’une sorte d »équité pour toutes et tous. Je veux bien, si on le veut on y trouverait toute une liste d’avantages sauf un! L’aspect humain, personnel, le fameux « feeling » de la personne des RH pour déterminer le non-verbal, la fameuse perception qui des fois fait toute une différence… hélas rien de tout ceci.

J’ai par le passé répondu à plusieurs appels pour des références et presque toutes les fois ce fut bien au-delà du simple appel. La personne des RH me disant que cela l’avait aidé de mieux comprendre un détail sur une activité citée par le candidat, la mise en contexte ne pouvait se résumer à un champ de texte à remplir.

Cela ne me dérangerait pas que je sois perçu comme un type vieux-jeu, mais je reste convaincu que l’aspect humain, est incontournable. Si l’on favorise ce genre de méthodologie, que dire alors des erreurs d’interprétation, les erreurs d’analyses, les erreurs de recommandations.

Je ne limite pas ma réflexion au simple processus de prise de références, mais les entrevues ethnographiques, les sessions de rétention du savoir et des connaissances (Elicitation), les post-mortem ou fermetures de projets, les sessions de discussions et réflexion (Brain Storming); la liste pourrait être interminable et s’appliquer à une multitude de domaines : la santé, les études, les évaluations, etc.

Je ne les nie pas aux technologies, je suis une personne convaincue de l’usage de ces dernières, étant personnellement un grand fan de la domotique intelligente, mais … je veux toujours pouvoir intervenir et faire un choix humain et non basé sur un algorithme de probabilités mathématiques exponentielles ou un traitement binaire de certaines concaténations de données.

Les technologies sont là pour rester cela ne fait aucun doute, le langage humain issu d’émotion et de réflexion sont là pour exister et rester.

Je trouve que nous sommes au bon moment de découvrir de nouveau nos vraies valeurs, les plus précieuses, celles qu’aucun esprit de génie ne saura créer de manière artificielle.

Un soupçon d’humanité, s’il vous plait, quelqu’un ?

À la prochaine,

Michel – 19 juillet, 2015


(L’image provient du site Atlantico.fr)

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s