À force d’analyser nos émotions !

Cover Blog EMotions


Nous appellerons émotion,
une chute brusque de la conscience dans le magique.
– Jean-Paul Sartre
(Esquisse d’une théorie des émotions)


 

À force d’analyser nos émotions l’on risque de perdre leur sens le plus vrai, le plus naturel. On abandonne notre ressenti profond en mettant sur nos faces le masque du rationnel, du réfléchi. Je n’ai rien contre le second, mais je déplore l’exclusion, dans ces temps modernes, du second.

Que de fois j’entends dire d’une personne qui exprime ses émotions, qu’elle est émotive sous-entendant une certaine note péjorative, au pire injustement négative. User de clarté, de jugement selon une logique rationnelle est un fait validé et prouvé, par contre, il y manque, à mon avis une certaine dimension. Cette dimension que nous appelons aujourd’hui empathie, que j’aime appeler compassion est cette dimension qui manque à tant de décisions construites sur des principes bidimensionnels calqués sur la rigueur des processus, des procédés, souvent dénués de rapprochement avec les humains.

Les réalités de notre quotidien sont une combinaison de rationnel et d’humaniciel (j’aime l’expression que je tire du terme anglais « humanware » en complément de logiciel et matériel (software and hardware). La tentation de « fonctionner dans cette dualité d’action nous éloigne de nos semblables, qui pour certains experts et spécialistes, deviennent des données statistiques (le fameux Data ou Big Data) dont on use comme les chiffres sur la feuille de calcul d’un tableur électronique. Nous savons que trop bien, hélas, quel impact ceci a et quelle tournure ceci prendra quand d’un clic de souris on supprime, on déplace, on change, pour ensuite sauvegarder en une nouvelle réalité sans aucune conscience des conséquences sur les personnes.

Je n’aurai de cesse de promouvoir les avantages des nouvelles technologies, mais je m’opposerai sans aucune hésitation quant à l’amalgame que l’on pourrait faire de ces dernières aux personnes.

Plus je me promène dans les coulisses des réseaux sociaux, plus je constate une recrudescence de verbes et termes où il est question de rationnel, fonctionnel, les verbes d’actions, les fameuses recettes, les listes, certains spécialistes essaient de nos jours d’intégrer des termes propres aux humains dans la pensée logique et technologique : le bonheur, le repos, les vacances, le confort de son chez soi, les slogans du type « la vie vous appartient! » (Ah oui! Pensez-vous que je vous attendais pour savoir qu’elle m’appartient ?) Je ne me choque pas contre les personnes, mais à leur ignorance profonde de l’alignement des mots dont elles font usage.

Le trop de mots me fait souvent sourire et penser aux choux farcis, ou aux sushi, plus on en met et on enroule plus en on croit en donner aux consommateurs. Je sais l’exemple pourrait paraitre trivial, surtout que ces deux mets figurent parmi mes préférés.

Je me souviens au cours des dernières années passées dans le domaine de ma profession, mes collègues et moi travaillions au développement de contenus de cours, appelons ce domaine la conception pédagogique pour des programmes de formation en ligne. Que de fois nous devenions actifs tels une ruche d’abeille, technique, contenu, plan de cours, attentes du client et l’incontournable budget… Que de fois il nous fallait revenir au point de départ : les personnes à qui s’adressait ce programme…

Mettre une émotion dans un contenu suppose un style d’écriture qui le rende possible, par contre susciter une émotion via une leçon ou un cours, requiert d’être soi-même capable d’émotions mais d’avoir surtout le courage de les exprimer!

Dans un monde qui se meut en mode virtuel, les mots sont emplis de sens, mais restent froids puisque le média aura beau être sophistiqué et d’avant-garde, il sera incapable de transmettre un sentiment (nous ne parlons pas des petits symboles que l’on utilise pour exprimer un sourire ou une tristesse…)

L’on en est devenu tellement accro que les personnes au lieu d’exprimer naturellement leurs propres émotions, se font un devoir de se donner un air tendance et finissent par s’exprimer dans une même place via leurs portables intelligents!

Ne m’accusez pas de sensiblerie, juste reconnaissons que le manque est si flagrant que l’on a presque oublié de pointer du doigt sa provenance!

Oser ses émotions, le saviez-vous, que cela fait partie de la nature humaine ? Mais on ne vous a pas dit que les exprimer – malgré tout – était autant et aussi le propre des personnes ? Libre à vous de vous sevrer d’émotions pour toutes sortes de raisons, mais n’empêchez pas celles et ceux qui ont envie de les exprimer sans se faire regarder comme manquant de caractère.

Si l’on vous traite de personne émotive, prenez-le pour un compliment, un tantinet jaloux de la part de ceux ou celles qui vous le diront. Je me souviens qu’étant petit les amis de la famille me disaient souvent qu’un garçon ne pleure pas, alors je répondais « même lorsque j’ai mal ? » cherchant du regard mes parents pour un signe d’acquiescement de leur part. J’allais me blottir dans les bras de ma maman et lui disait que ce n’était pas juste que les petits garçons ne devaient pas pleurer.

Pourquoi masquer notre naturel sous des couches de mots qui ne veulent presque rien dire. Je les lis ces commentaires ou articles qui foisonnent de termes qu’un seul dictionnaire aurait du mal à contenir et expliquer, alors qu’une simple phrase aurait suffi.

Oser ses propres émotions est un signe humain, de grâce cessons de l’enterrer sous des idées reçues que c’est un signe de faiblesse ou un geste du siècle passé!

À la prochaine,

Michel – 24 juillet, 2015

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s