La pseudo-morale que l’on nous sert au quotidien!

00 Blogue - Morale


 

La moralité c’est tout simplement l’attitude que nous adoptons avec les personnes envers lesquelles nous ressentons une aversion personnelle.
– Oscar Wilde


 

Depuis l’émergence de l’aspect public des réseaux sociaux, les personnes qui les fréquentent ont découvert la valeur et l’importance des messages partagés. Que ce soit les blogues, les articles, les billets d’opinion sur différents domaines, la citoyenneté digitale ou virtuelle est en plein essor et se développe constamment.

Il ne se passe pas un jour sans que les sites publics ne soient sertis d’une richesse inimaginable de partages, de textes et de photos qui agrémentent notre quotidien. Une chose qui est à noter aussi est ce paradoxe entre les réglementations nécessaires que le système dans lequel nous vivons dans la vraie vie comparés aux réglementations minimales des pratiques et comportements dans la réalité digitale. Ceci aurait pu inspirer nombre de gouvernements et autres modèles politiques.

Il va de soi que les excès sont aussi bien réels de parts et d’autres. Si dans la vraie vie certaines mesures coercitives ou plutôt disciplinaires soient en place, la vie virtuelle semble s’auto-réglementer de par elle-même. L’effet « collectif » est la meilleure réponse face à des débordements qui ne respectent pas les conventions de la fameuse netiquette.

La nature humaine étant unique, fort heureusement, cette dernière n’exclut pas aussi la venue d’une catégorie de personnages qui, derrière leurs messages, nous inondent de slogans et conseils moralisateurs, parfois un peu trop moralisateurs au point que je me pose la question à savoir s’ils comprennent ce qu’ils disent et font.

C’est comme si sans ces personnes et leur communication moralisatrice et parfois culpabilisante nous serions voués aux pires tourments moraux.

Si le message resterait dans les petites mondanités et autres sujets légers, cela n’aurait d’incidence que pour les amateurs du genre. Par contre cette nouvelle acculture (oui, oui cela en est une forme de nous priver de nos propres repères culturels et sociaux… à la longue cela finit par s’installer comme « ce truc qui fonctionne et qui semble aller ») touche presque tous les domaines de notre quotidien, je ne ferai pas la liste il faudrait des pages entières, mais prenez tout sujet d’intérêt que ce soit personnel ou collectif, professionnel ou éducatif, financier, santé… l’on nous sert chaque jour et plusieurs fois par jour une posologie moralisatrice savamment dosée, quoi faire, quoi ne pas faire, et si rarement comment faire, surtout ce comment qui soit fondé sur du vécu.

Jamais autant que dans la culture digitale la syntaxe du négatif ne fut autant utilisée. « Ne pas faire ceci, ne pas faire cela » on nous sert les recettes quotidiennes pour être presque parfaits (si on le devenait nous n’aurions pas le lendemain la suite de ces conseils même si contradictoires par rapport à ceux de la veille).

Les affirmations sont nombreuses, les commentaires à l’impératif deviennent légions, il semble que le manque d’imagination ait succédé à la réflexion et la recherche de solutions pour un mieux-être.

Si les divas de la moralisation ont besoin de s’exprimer sur la place publique, il faudrait aussi que ces opinions et conseils proviennent de faits vécus, c’est là que le bât blesse.

J’avais demandé une fois à l’une de ces personnes qui conseillait les candidats en recherche d’emploi, comment elle avait pu réussir à décrocher l’emploi dont elle parlait. La seule réponse fut cette non-réponse propre à celles et ceux qui disent ces choses pour les dire.

Si ce n’est pas tout le monde qui possède la facilité d’écrire et d’exprimer une opinion publiquement, c’est par contre tout le monde qui est en droit d’être traité avec le respect qui lui est du.

Il y a deux ou trois jours je lisais un article qui conseillait aux lecteurs d’appliquer pas moins de 85 trucs et astuce pour obtenir de bons résultats dans un domaine relié à l’éducation ! Ouf ! 85! Vraiment ?

Inutile de vous dire que je me suis retenu toute la journée pour ne pas répondre en public à l’auteur, lui proposant 85 conseils de ne pas l’écouter…

Il semble que nous soyons entrés dans une culture d’influence des consciences personnelles, une culture qui ferait fi de ce que les gens pensent et savent. Pour que le message passe, on se croit l’obligation d’y mettre un zeste de pseudo-morale pour faire effet!

La liberté d’expression est un droit sacré, le respect d’autrui dans sa faculté de jugement en est un autre qu’il ne faudra pas oublier. Donner un conseil est une bonne chose en soi, pourvu qu’il soit issu d’une expérience vécue, faute de quoi le silence serait bien meilleur.

À la prochaine,

Michel – 25 juillet, 2015

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

8 réflexions sur « La pseudo-morale que l’on nous sert au quotidien! »

  1. Penser par slogans interposés est une maladie qui fait des ravages sur les réseaux sociaux. Je me suis déjà essayée à le signaler avec quelques textes pubiés sur mon blogue. Et puis, j’ai renoncé. Je suis trop occupée à essayer de comprendre comment vieillir dans la dignité.

    J'aime

    1. Laisser faire ces pollueurs virtuels c’est admettre leur nuisance. Les exposer est une bataille de longue haleine voire presque impossible, par contre conscientiser le public et luis offrir ou proposer des moyens d’y voir plus clairement est chose du possible…
      Voici 3 ans que je m’y suis mis, voici trois ans que plus de 40 mille paires d’yeux ont vu et probablement lu mes propos et pensées…!

      J'aime

    1. Malheureusement pour lui le discours politique a viré aux paralogismes (le terme anglais est plus éloquent: fallacies!)
      Mais ne dit-on pas que plus on met de « l’habillage cosmétique » sur des sujets plus on tente de cacher le plus important… Un peu comme un enfant en faute qui nous sort une histoire abracadabrante juste pour cacher un truc des plus petits …
      Ce que je déplore (sans arrêt) est cet institutionnalisation d’une fausse norme, une fausse morale, du moins inexacte pour rester positif.
      Merci d’être venue lire et partager vos réflexions…

      Aimé par 1 personne

  2. Je viens vous visiter de temps à autre et même si je ne commente pas souvent, j’apprécie beaucoup vos billets. Ils me servent à approfondir ma propre réflexion car je crois de moins en moins que nos gouvernances prennent le temps même pour tourner sept fois leur langue avant de déconner. Savent-ils seulement encore comment donner un sens à leur propre vie? Merci !

    Aimé par 1 personne

    1. C’est à moi de vous remercier pour vos visites, vous m’encouragez de continuer ces partages et réflexions.
      Vous touchez du doigt un sujet non seulement d’actualité mais quelque chose qui touche toute la population humaine: la crédibilité, les argumentations qui ont dépassé les limites de l’entendement, etc. Ce qui des fois me désole, c’est de constater que certains spécialistes en devenir adoptent les manières et les habitudes de leurs ainés et si peu la valeur du savoir qu’ils sont supposés transmettre…
      Nous assistons alors à ces gesticulations déglinguées du vouloir bien paraître sans nécessairement comprendre ce que l’on dit!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s