Ces photos qui disent l’histoire !

00 Scene7


Un portrait n’est pas une ressemblance.
Dès lors qu’une émotion ou qu’un fait est traduit en photo,
il cesse d’être un fait pour devenir une opinion.
L’inexactitude n’existe pas en photographie.
Toutes les photos sont exactes.
Aucune d’elles n’est la vérité.
(Richard Avedon[i])


On dit souvent qu’une photo vaut mille mots, mais alors que dirait-on de 10 photos ? Dix mille mots ? Si le dicton de Confucius est populaire et tend à être vrai, ceci – à mon avis – est une tâche largement simplifiée du fait que l’on élabore toutes sortes d’interprétations possibles une fois la photo prise et publiée.

Mais que dire d’écrire une histoire, sa propre histoire par la photo de sorte que nul besoin d’inventer une explication ou des commentaires ne seraient que superflus en bout de ligne ?

Dans un billet précédent je parlais de cette émotion qui nait entre le photographe, la vue et la fraction de temps qui capte ce langage unique et si particulier.

Se trouver au bon moment dans ses propres émotions, ne pas avoir les mots pour dire, probablement ces mots n’existent pas encore dans notre langue humaine mais plus s’évader dans cette conversation entre la personne (le photographe) et les personnes qui pourront apprécier ou pas cette histoire racontée d’une manière bien différente.

Je parlerai ici d’une touche personnelle, comme tout auteur est reconnu par son style, ses mots et les images qu’il projette dans son œuvre, le photographe lui, « parle » raconte sa propre histoire; à nous de savoir lire ce vocabulaire nouveau.

Aimer ou pas, est un libre choix de la perception faite du premier abord, mais un instant ! Avons-nous bien « lu » ce qu’il nous racontait ?

Notre appréciation est parfois tributaire des perceptions que nous développons au cours de notre parcours mais aussi ces mêmes perceptions se trouvent fortement influencées selon l’état dans lequel nous nous trouvons, plus encore selon les acquis sociaux et collectifs qui nous sont transmis.

Dire qu’une photo est belle ou moche à première vue est pour moi du moins, une attitude fort subjective influencée par les modèles reçus et perçus des critères que certains experts ont su si bien intoxiquer nos échelles de valeurs et d’appréciations. Chaque photo que je vois me parle, et dans ce parler je la comprends ou pas, c’est une question de compréhension du langage entre moi et l’auteur de la photo. SI ce que cette personne me dit est sincère, beau ou honnête alors je sens le message et me prononce en conséquence. Mais dire qu’une photo est mauvaise ou nulle comme certaines personnes qui n’ont pas encore appris de lire une photo ceci est fort injuste. Qu’elle soit mal cadrée, que le personnage soit trop loin, ou que l’arbre bouche les trois-quarts de la vue, c’est spécial en apparence mais tout aussi naturel aux yeux de l’auteur qui aurait voulu dire « Hé, j’étais là, je me suis promené et j’ai tellement aimé cette randonnée que j’ai eu envie de me situer dans ce cadre en union avec l’herbe, les arbres et la terre… » EN voici toute une histoire bien différente que de vois que le personnage est perdu, que le cadrage est tordu ou le manque de luminosité. Est-ce que nous ne devrions pas nous soucier surtout de la perception de l’auteur d’une photo, s’amuser à trouver, découvrir le message. Rien qu’une photo d’un groupe d’amis nous raconte l’occasion, les retrouvailles et les bons moments passés ensemble…

Si nous ne nous donnons pas le temps de lire chaque photo et son histoire je vous assure que vous manquez de mieux connaitre vos semblables. Si l’art se découvre et se cultive, l’histoire elle, n’a nul besoin que de la forme la plus pure d’un art oublié, celui des .motions humaines!

Je vous souhaite bien au-delà des mille mots que vaut une photo, je vous souhaite en fait de faire part de l’histoire racontée par chaque personne qui, au lieu d’écrire un livre, écrivent des photos!

À la prochaine

Michel – 9 novembre, 2015


[i] Richard Avedon (15 mai 1923, New York – 1er octobre 2004, San Antonio Texas) est un photographe de mode et un portraitiste américain. Il a réalisé un travail qui allait du reportage photo à la mode, des orphelins de Danang pendant la guerre du Viet Nam aux portraits de Marilyn Monroe, Brigitte Bardot ou Sophia Loren. Il restera connu pour ses innombrables portraits en noir et blanc. Avedon a su faire de la photographie un art véritable après avoir initialement rencontré le succès avec la photographie de mode.

 

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s