De la culture de « découverte » à celle de consommation !

00Const2


Je pense qu’un des aspects les plus tristes
de notre temps est la destruction
dans la mentalité des hommes de
tout ce qui avait un lien conscient avec le beau.
La culture de masse, destinée à des consommateurs,
dans notre civilisation tout en prothèses,
rend nos esprits infirmes.
Elle nous empêche de nous tourner
vers les questions fondamentales
de l’existence et de nous assumer
en tant qu’êtres spirituels.
___
Andreï Tarkovski,


Mon dernier article sur l’art d’écrire m’a valu quelques messages et commentaires, certains publics et d’autres privés. Un réel engouement pour l’art de l’écriture, mais aussi les personnes parlaient de passion, quel sensation rassurante.

Ce qui a attiré mon attention est ce commentaire quai omniprésent quant à la valeur de la culture de nos jours. Surtout en matière du savoir écrit, de la valeur et la profondeur de la raison d’être de la recherche et la découverte du savoir.

Si l’enseignement (l’éducation) fut pour longtemps la recherche et la découverte du savoir, il semble que de nos jours cette discipline perd de son mordant pour une orientation de moindre qualité où toute idée de rhétorique de dialectique d’approfondissement mais surtout de l’effort mis pour cette découverte soit considéré comme inutile ou pire comme une perte de temps.

Je suis entièrement d’accord avec la pensée d’Andrei Tarkovski lorsqu’il fait mention de de l’influence abrutissante de la culture des masses, je reste par contre moins catégorique de pointer du doigt ces nouvelles technologies de toutes sortes. Par contre je serai plus critique à l’égard de ceux qui en font la promotion, la diffusion et l’imposition des définitions bien subjectives de ces pseudo-valeurs que l’on nous vend sans ménagements dans les messages publicitaires. Si valeur il y a, c’est auprès des personnes qu’il faudrait s’adresser, ces mêmes personnes  qui trouveraient un moyen pour faciliter leur réflexion, leur faculté de  déduction et leur cheminement vers un meilleur savoir et non l’inverse.

L’interprétation que l’on fait de l’usage de ces nouvelles technologies a comme occulté la manière d’acquérir le savoir, la raison, la réflexion et l’expérimentation. Tout ceci est aujourd’hui réduit, élagué, succinct, court, rapide, réduit. À défaut de cela vous passeriez pour une personne qui « philosophe » qui est « conceptuelle » ou quasiment une personne qui « rêve en couleur ». Si si, je vous assure si j’en parle c’est que je me suis mérité ces « titres » par certains de anciens collègues de bureau.

Si l’idée qu’ils me mettent mal à l’aise ou me critiquent n’était pas leur but, je prenais conscience que l’objectif (ouf un mot lourd de par son sens tellement aseptisé de signification) que ces personnes visaient était une solution pratique, concrète du genre point a, b, c etc. Mais une solution à moindre coûts, une solution entretien minimal! (Lorsque je vais me faire couper les cheveux je demande à ma coiffeuse une coupe « entretien presque zéro »)
Ce qui est désolant dans cette manière de penser c’est ce manque de vision à moyen terme (au moins) pour la course au budget respecté du court terme.

Est-ce que notre culture se transformerait en une production effrénée de recettes qui expliquent comment appliquer un processus, une sorte de « guide d’utilisateur? » Alors que si l’on comprend tout le fonctionnement d’un projet ou d’un travail, l’on aurait évité les pleurs et les grincements de dents quand le diagramme accroche sur un grain de sable et que personne ne soit au courant des détails pour résoudre rapidement une situation critique.
Mais alors lorsque survient un problème suite à une lacune non prévue, on fait quoi ? À part chercher le responsable et s’accuser durant d’interminables réunions, on admet qu’il faut dans bien des cas revenir à la case départ.

Il est très important de nos jours les nouvelles technologies soient intégrées au modèle de l’enseignement, ce n’est point un secret d’état que de dire que les diplômés doivent accéder aux outils qui seront partie intégrante de leur quotidien professionnel, nul doute là-dessus. Mais prôner des valeurs dites « éducatives » aux technologies permettez-moi d’en douter profondément. Comme l’art d’écrire est une affaire d’humains qui transmettent la passion de lire aux autres personnes, l’adaptation des technologies aux vrais besoins des personnes est un incontournable au risque de ne produire que de simples exécutants d’une mécanique bien rôdée qui d’un point donné à un autre assure le résultat avec un « sans faute » presque garanti. Quant à la compréhension de la personne, il semble que ceci ne soit plus la priorité première tant en éducation qu’en plusieurs autres disciplines et réalités du quotidien.

Un exemple que j’aime ramener dans mon argumentaire simplifié : si mon téléphone portable comporte une caméra des plus performantes pour ce genre d’outils, il ne sera jamais dit que cette même caméra produira des photos avec pour effet un wow certain, oui l’outil me permet toutes sortes de manipulations techniques en imagerie digitale, il n’en demeure pas moins que c’est moi l’utilisateur (un humain) qui décide le filtre, la trame et les nuances que je souhaite donner à l’image que mes yeux ont pu voir ! Je pense qu’il en va de même pour notre modèle d’enseignement : perpétuer la passion du savoir, sa recherche et son appropriation. Cessons d’être des exécutants de recettes définies d’avance qui ne prévoient rien en cas de problème!

N’accusons pas les technologies mais rappelons à ceux qui les conçoivent et en font une promotion soutenue, que ce sont les personnes qui restent au cœur de toute solution !

À la prochaine

© Michel J.B. – 2015

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s