Les préoccupations d’un enseignement en manque d’imagination humaine !

00PPL5


Enseigner, c’est apprendre deux fois.
Joseph Joubert (i)


 

S’il vous arrive de fréquenter certains médias sociaux spécialisés, vous croiseriez plusieurs spécialistes de différents domaines, entre autre dont celui de l’enseignement sous toutes ses disciplines : enseignement du primaire, secondaire, post-secondaire et l’enseignement spécialisé (pour les enfants en difficultés d’apprentissage), enseignement technique et la formation professionnelle ou formation aux adultes).

Sur ces médias et réseaux, on parle beaucoup des nouvelles technologies, on parle beaucoup de l’enseignement réinventé, de la pédagogie dite moderne, en deux mots tout ce qu’il y a de plus louable sur la question de l’enseignement. J’en sais certaines choses pour y avoir activement contribué. La préoccupation est bien présente, les efforts le sont aussi…

Vous vous demanderiez sans doute où je veux en venir ? Je voudrais d’abord mentionner que : les mathématiques, les sciences, les langues et la grammaire sont des matières très importantes je ne saurais dire le contraire, de ce fait mettre l’emphase sur ces dernières est selon moi le cœur de toute fondation lorsque nos petits trésors quittent la maison pour leur premier jour de classe.

Si je me permets ici une parenthèse c’est en guise de rappel : l’enseignement et l’acquisition du savoir ce n’est pas uniquement apprendre et mémoriser ces matières (pour les oublier une fois les classes terminées) mais l’enseignement c’est aussi l’éducation. Je ne m’engage pas dans une rhétorique argumentaire, je me permets de souligner la nuance entre ces deux termes, ils sont à mon avis plus que complémentaires.

La connaissance de notre environnement, les activités citoyennes et communautaires, l’histoire des peuples, la découverte de ces lieux où nous vivons. Il faut reconnaitre que nous sommes témoins de grands bouleversements qui secouent notre planète, nous passons trop de temps sur les bancs, le visage enfoui dans des livres et documents qui nous parlent de choses qu’il nous manque d’apprendre de mettre en pratique dans la vraie vie.

Je ne sais par quel phénomène il aura été décidé d’accélérer la rétention simplifiée d’informations (plutôt que l’apprenance du savoir) afin que les étudiants puissent, comme le veut la formule que l’on nous répète telle une incantation continue, que c’est pour garantir un emploi. Ah ! Créer des emplois ! Pensez-vous ?

Pardonnez mon sarcasme car il n’y eut jamais autant de jeunes chômeurs que jamais dans ce monde qui se dit industrialisé, développé, etc.

Nous les voyons ces jeunes diplômés qui doivent, une fois leurs études complétées, retourner à de petites « jobines » (emplois précaires ou au mieux temporaires) en attendant mieux, ce mieux qui met du temps à venir.

Le summum de désolation, du moins à mon avis, ce sont les spécialistes (certains) qui se penchent (un peu trop) sur les vertus et les bienfaits des nouvelles technologies, s’étalent en promotions soutenues à la limite de l’extase mentale,  alors que les fondements essentiels de notre enseignement passent sous silence. Il semblerait que l’on remplace le modèle du visage enfoui sur les livres et autres références pour les écrans de toutes tailles, les tactiles, les non-tactiles, les réseaux, les nuages, et j’en passe.

Quelle que soit l’occasion d’apprendre il y a toujours une technologie qui est promue pour faire le boulot à notre place. Les facultés de déduction, de compréhension et de synthèse semblent appartenir, selon les promoteurs des nouvelles technologies, à une époque révolue. Tout ce que l’on recherche est l’obtention de la réponse, qu’importe si l’utilisateur a compris ou pas, si la réponse est bonne le reste est passé sous silence.

Que dire de certains cas où l’enfant qui ne « performe pas », qui n’atteint pas les « objectifs définis » et qui ne passe pas le « test » est, malheureusement « tagué » (étiqueté) comme « enfant en difficulté d’apprentissage ». Oui, il y a des cas réels, où l’intervention d’un éducateur spécialisé est nécessaire, voire urgente, mais combien d’enfants sont amalgamés sous ce titre alors qu’une approche un peu différente du modèle actuel aurait réglé le dit problème.

Pas plus tard que ce matin, je lisais plusieurs articles sur ces fameuses recettes faites de conseils, de recommandations et de trucs à suivre pour atteindre certains objectifs ! Ouf pour l’amour de la vie, changeons ce langage aseptisé, qui ne dit pas grand-chose !  De plus ces articles s’attardaient autour des merveilles que l’on attribuait aux fonctionnalités d’une tablette ! Ouf de nouveau !

Dites, pensez-vous que cette fameuse tablette soit au cœur de cette pédagogie ? Ce n’est qu’un simple outil, il est grand temps que cesse l’attribution de certaines vertus intellectuelles propres aux humains en les amalgamant aux systèmes et matériels (Hardware and Software).

Un des articles que je lisais, me faisait l’effet que ces « trucs wow » se trouvaient tels des pochettes surprises dans une boite de céréales.

Les spécialistes ne cessent de trouver des applications dites pédagogiques aux outils alors que les personnes  qui apprennent s’attendent à découvrir le monde qui les entoure ! Voici ce qui nous manque !

Je ne cesserai de dire combien je suis une personne pour la domotique et pour les technologies, depuis bientôt 4 ans je « fonctionne » avec tablette et téléphone intelligent, j’utilise toutes les ressources possibles en matière de techno; par contre avec ou sans ces dernières je laisse à mes facultés de déduction, de compréhension et de synthèse le soin de mettre à profit ces technologies et non l’inverse. Il m’arrive encore d’utiliser les bonnes vieilles méthodes que ce soit d’écrire sur du papier, de lire un livre relié, tout en profitant des avantages du modernisme d’aujourd’hui. Certaines personnes me diraient que les enfants de nos jours n’ont pas la motivation si ce n’est qu’à travers les tablettes ou les tableaux intelligents. Est-ce que l’on s’est jamais posé la question de la raison qui a fait que cela soit ainsi ?

Lorsque j’enseignais les technologies de l’information et des communications (les TIC si vous voulez), ce furent toujours mes élèves qui se trouvaient au cœur du cours donné. Leur apprendre à démystifier ces outils, je me souviens qu’aux premiers temps des fameux ordinateurs personnels (les PC), j’avais une classe de personnes qui appréhendaient ce cours à juste raison dailleurs.

Mes apprenants me faisaient penser à ma première expérience devant un PC, je n’avais aucune idée comment le démarrer, ce qu’il y avait dans ce système, que de fois j’ai effacé le contenu, formaté le disque dur par erreur… Disons que j’ai appris « à la dure »

C’est dans cette classe que je montrais le « cœur de la bête », j’avais fait faire une coupe transversale d’un PC, montrant le châssis et  l’intérieur, défaire une disquette (à l’époque des disques souples) demandé aux participants de toucher quitte à « briser quelque chose », en fin de journée j’avais une classe de personnes soulagées, des personnes qui avaient compris qu’elles auraient toujours le contrôle grâce à leur compréhension.

Mes élèves avaient appris !

Apprendre à apprendre, voici ce qui nous manque!

À la prochaine,

© Michel J. B. – 2015
_________
(i) Joseph Joubert, né à Montignac (Périgord) le 7 mai 1754 et mort à Paris le 4 mai 1824, est un moraliste et essayiste français

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s