Nos petits bobos et ceux des autres !

00 Hiver04


Pourquoi attendre que l’instant soit souvenir pour l’apprécier.
Angélique Planchette

Il m’arrive des jours de me lever du lit avec une humeur qui manque de soleil et de ciel bleu, de me plaindre d’un mal de dos ou d’un manque d’énergie surtout lors du changement des saisons, celle du froid en particulier, je me morfonds de ces inconvénients qui viennent malgré la sagesse de l’âge.
Je sortais ce matin pour faire mes emplettes, habillé de cette humeur, me plaignant (en silence il va de soi car aucun autre témoin que les arbres tous nus) de ces bobos d’un mardi matin. Je traversais le parc pour saluer mes petits copains les rares écureuils, je dépasse un monsieur qui se déplaçait avec l’aide d’une marchette. Probablement du même âge que moi, je lui laisse le passage, il me salue d’un petit sourire reconnaissant et me dit « C’est un grand jour pour moi ! ».
Je souris poliment, et fais mine de continuer mon chemin, mais interpelé de savoir ce que voulait dire « un grand jour pour lui » je lui demande « Et, pourquoi donc est-ce un grand jour pour vous ? ». Il me regarde et dans un sourire me dit « Jeune homme, c’est le premier jour de sortie pour moi, après une longue convalescence de trois mois au cours de laquelle je ne pouvais pas sortir faire ma marche quotidienne, heureusement que le médecin m’a autorisé et que mon fils m’a cherché cette marchette pour m’aider ! »
De me faire traiter de jeune homme m’a fait du bien et sourire, j’oubliais aussi une grand partie de mes bobos ! Ah !
Je vous assure que je ne savais quoi lui dire, sauf des mots de circonstances, mais en mon for intérieur je me sentais vraiment penaud. Mal à l’aise de mes plaintes sur mes bobos, je n’avais pas valorisé et apprécié le fait que je « gambadais » dans mes running, alors que lui se trainait péniblement mais des deux il était assurément le plus heureux.
Je pense que cette leçon m’a appris non simplement d’être reconnaissant que je pouvais me déplacer à ma guise, aller pratiquement où je voulais et faire même des projets de voyages, de sortie et j’en passe de ces activités que j’aime tant, mais j’étais aussi reconnaissant de voir que des personnes qui souffrent bien plus que moi n’abandonnent pas leur désir de vivre, de sortir et d’apprécier les choses les plus simples de la vie.
J’avoue que j’ai été faire ce matin mes emplettes autrement.
À la prochaine,
© Michel J. B. – 2015
Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s