Les plaisirs de l’écriture.

0000Plaisirs_Écriture


Écrire c’est une façon de parler
sans être interrompu
Jules Renard


Lorsque vient l’inspiration d’écrire c’est comme un jour de fête dans mes pensées et mes émotions. Que ce soit un traité, une thèse ou un écrit personnel, il y a bien entendu la rigueur mais le souci du beau.

Je me souviens avoir depuis toujours, aimé écrire. En classe les cours de rédaction écrite étaient pour moi l’occasion de montrer au professeur que j’aimais l’écriture. De mon bagage de mots d’un ado de 12 ou 13 ans je composais des phrases, alignais des mots, remplissais paragraphes et pages pour « en mettre plein la vue » à Monsieur Antoine (prof de français) mais aussi à papa et maman !

Quelle n’était ma déception lorsque ma copie revenait avec un beau 4 sur 10 et la note de Monsieur Antoine « Trop long ! Trop de bavardage ! » J’en ai piqué des crises de déception, de pleurs et de frustrations. Je vouais le professeur à toutes sortes d’incantations magiques pour lui faire changer d’avis et me donner la meilleure note en classe. Mon orgueil d’adolescent me retenait d’aller lui demander la raison de ce « Trop long ! Trop de bavardage ! »

Au cours des classes suivantes, je passais bien mes compositions de français, mais sentais toujours ce quelque chose qui ne poussait pas mes enseignants à l’effet « wow ».

En 1990 je me suis promu « rédacteur technique », une étape qui correspondait aussi avec mon entrée dans le monde de l’enseignement pour adultes.

J’eus mon premier mandat dans la création d’un manuel d’utilisateur en technologies de l’information. Je me souviens avoir planché et travaillé avec rage et passion durant toute une fin de semaine (week-end) pour aller présenter, non sans fierté, mon travail au client.

Fier de mes mots, de mes tournures et de mon style recherché, je m’attendais non seulement à des éloges mais à une profusion de commandes.

Le réveil fut, je l’avoue, douloureux et pénible. En guise de réponse le client, avec toute sa bienveillance, me dit : « C’est un roman, je ne souhaitais qu’un guide simple et pratique ! Tu imagines les utilisateurs vont devoir consulter un dictionnaire au tournant de chacune de tes phrases! ». Et vlan !

En fait, lorsque j’écrivais je ne me relisais pas vraiment, trop plein de mes mots, de mes raisonnements, de mes idées que je souhaitais faire passer au lecteur. On s’entend que je manquais l’essentiel, je mis du temps pour comprendre cet essentiel.

Les années d’écriture qui ont suivi furent autant d’occasions particulières de ne plus me soucier d’aligner mes plus beaux mots, mes phrases les plus riches et grandiloquentes mais créer un lien, un point de contact avec mes lecteurs. Que ce soient les fameux guides que j’appris (finalement) à rédiger, que les documents de conférences que je donnais, ou les tentatives de proses, de poésies et aujourd’hui sur les blogues que j’anime depuis bientôt trois ans.

La langue française est riche et permet des choix de mots aussi beaux que la palette des couleurs de la nature, elle est aussi la source de toutes les tentations possibles qui nous sont offertes et non permises de noyer cette beauté dans un excès de couleurs verbales. Imaginez un peu une toile remarquable que je retoucherai de nuances de bleu jusqu’à asphyxier la composition originale. On dirait un barbot !

Si j’aime créer mes propres mots, dans certains de mes articles, vous l’aurez deviné c’est pour le plaisir de vous taquiner un peu, sans méchanceté je vous l’assure. Mais aussi l’usage de mes propres expressions est un petit clin d’œil à certaines personnes qui se lancent dans le roman, les articles, les blogues et les billets… Écrire, est un privilège qui vous est concédé, un tel privilège suppose aussi la prise en considération de vos lecteurs. Si ces derniers se verront obligés de consulter lexiques et dictionnaires que pensez-vous qu’il pourrait se passer ?

Plusieurs scénarios, mais vous en connaissez au moins un: le premier, refermer le livre, retirer le marque-page et le ranger dans la bibliothèque sur la dernière étagère du bas. Ces personnes éviteront de vous croiser pour ne pas dévoiler leur pensée quant à votre œuvre…

Écrire, est pour moi une relation d’amour entre le lecteur et moi. Dans de telles situations quoi de plus beau que de lui dire dans des mots simples combien il est important pour moi. Combien c’est grâce à lui que je peux continuer de partager mon histoire et celles de mon quotidien.

Il m’a fallu un certain recul lorsque sur les bancs d’école je lisais les grands classiques, le style imagé, les phrases complexes, les idées dans les idées, tout ceci je ne le comprenais qu’avec grande difficulté et trop d’efforts pour en apprécier la valeur du beau. Le temps et la découverte de ce beau auront permis que je puisse, bien plus tard, en apprécier les richesses inestimables.

Certains auteurs, romanciers, essayistes ou autres, semblent avoir adopté ce style et cette influence souhaitée. L’art du grand, du beau du gigantesque. Mais est-ce qu’ils sont certains que le lecteur les comprendrait ?

Lorsque je lis un livre de « trop de mots » il m’arrive pour le fun, de comparer celui-ci à un traité de physique quantique. Je ne vous dirais pas lequel est à mes yeux moins compliqué, vous aurez deviné !

Si les critiques littéraires doivent mieux connaitre les auteurs avant de faire la revue d’un livre, il en est de même pour les auteurs d’apprendre à mieux connaitre leurs lecteurs. C’est une relation en harmonie entre ces trois acteurs qui s’aligne pour le plus grand bien de la pensée humaine.

À la prochaine

© Michel J.B. – 2015

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s