La magie des histoires racontées !

Snowman


L’usage de des mises en récit (storytelling) dans le monde de l’éducation ou de la formation professionnelle semble gagner la faveur des apprenants, enfants ou adultes sont Presque toujours attires par les mots magiques : “Il était une fois… »

De mémoire de jeune écolier je me souviens que même les matières que nous considérions les plus compliquées à comprendre devenaient un ravissement lorsque nos professeurs nous racontaient une histoire. Celle d’un mathématicien et les circonstances de son énoncé, un physicien et les circonstances de sa découverte. Je sais que pour ces cours la rétention et surtout la compréhension de la matière étaient totales. Nos parents n’en revenaient pas de cet engouement dont nous témoignions pour ces matières en question. Que de fois je racontais l’histoire d’Euler[i] ou de Lavoisier[ii] à mon papa, qui je crois devait se demander si j’allais bien.

Je me souviens que nous nous sentions parfaitement pris et engages quant à suivre la leçon au point que nous étions déçus lorsque la cloche sonnait la fin du cours. Bien entendu ce n’étaient pas tous les profs qui usaient de cette approche.

Avec un certain recul et bien des années d’enseignement plus tard, je réalise que les cours qui réussissaient le plus auprès des apprenants, étaient ceux où il y avait une histoire.

Au cours de 2014, je suivais une formation du type MOOC[iii], intitulée: l’avenir des mises en récit, (The future of storytelling) auprès de l’université de Potsdam (Allemagne). Nous étions plusieurs milliers d’étudiants à travers le monde, notre professeure eut l’idée (géniale soit dit en passant) de nous demander en guise de premier travail de partager, dans une narration de deux pages tout au plus, notre propre version d’un conte qui nous aurait marqué le plus.

Trouver un tel conte, ne fut pas si long, car la première pensée que j’ai eu fut l’histoire offerte aussi en dessin animé un conte de noël de Raymond Briggs : Le bonhomme de neige.

C’est en 1979 que j’ai eu l’occasion de lire pour la première fois ce conte. Je me souviens que je n’ai pu me détacher de cette lecture qu’une fois l’histoire terminée, j’étais captivé, séduit, emporté par les images que cette histoire mettait dans mon esprit et dans mes émotions.

Je me suis senti totalement transporté au cœur de cette histoire, ressentant si fortes en moi les émotions du bonhomme de neige et celles du petit enfant, Bill. La tendresse qui s’était créée entre eux. Lire des émotions, une découverte pour moi. Ce fut comme un retour du temps de mon enfance au temps de noël, la magie de la fête, les rêves, lorsque mes parents nous racontaient ces histoires si particulières, lorsque nous souhaitions que l’histoire continue indéfiniment pour ne pas avoir à nous mettre au lit.

Je ne cache pas mes émotions à la lecture de ce conte, j’avoue n’avoir pas pu retenir certaines larmes alors que l’on me disait que les garçons (les hommes) ne pleuraient pas ! Ce souvenir fut ravivé lorsqu’en 1984, nous regardions ma fille ainée et moi un dessin animé sur un conte de noël, plus précisément l’histoire du bonhomme de neige et du petit Bill de Raymond Briggs[iv], ce conte qui quelques années plus tôt.

Ma fille me disait combine cette histoire l’attristait surtout d’imaginer que le bonhomme de neige allait disparaitre lorsque Bill avait voulu le mettre à l’abri du froid dans sa maison. Elle me disait son appréhension quant à ce qui allait se passer. C »était autant plus difficile pour moi, connaissant la fin, je ne pouvais esquiver les questions dont nous savions les réponses tous les deux.

Nous avons continué le film jusqu’à la dernière scène, au moment où elle éclatait en pleurs, triste de voir ce qui était advenu du bonhomme de neige.

C’est à se demander des fois pourquoi ces contes prévus pour enfants ont des dénouements tristes et marquants. Nos enfants ont tout le temps de comprendre les réalités de la vie qui parfois sont cruelles de vérité. De nos jours certains adultes favorisent la logique et le rationnel chez les enfants, empêchant ainsi toute idée d’imaginaire, peu importe la fiction, nous les humains avons besoin de cet imaginaire pour mieux nous découvrir et laisser foisonner idées et rêves. Je ne me fonde pas sur des données scientifiques mais de mémoire la plupart des grandes inventions le furent grâce à cet imaginaire sans frontière de ces inventeurs. La liberté d’esprit!

J’ai essayé de consoler ma fille en lui disant combien moi aussi je fus ému et que je n’ai pas pu arrêter mes larmes lorsque j’avais lu ce conte pour la première fois.

Les mises en récit de nos jours, sont utilisées dans plusieurs domaines, notamment les spots publicitaires, l’introduction de certains films, et plusieurs autres domaines. Ce n’est plus seulement une question de contes pour tout petit, mais de permettre aussi aux adultes de s’évader et d’imaginer les scènes.

J’ai souvent utilisé cette méthode d’enseignement auprès des adultes, que ce soit en classe ou en formation professionnelle de la main-d’œuvre technique et industrielle.

Malgré le scepticisme de certains collègues au départ de tels projets d’enseignement, force était qu’ils reconnaissent au final que non seulement le taux de réussite aux tests était plus élevé que la moyenne, mais surtout que la compréhension (et la rétention) était bien plus tangible que les cours dits de formats conventionnels.

Croire aux contes et histoires racontées serait au fond le propre du genre humain, que d’histoire de nos origines furent à la source de légendes transmises de génération en génération. Certaines tribus qui n’avaient pas la connaissance de l’écriture ou du récit ont simplement usés des tatouages corporels pour perpétuer la mémoire de leurs origines.

N’ayons pas peur de l’histoire racontée, elle est autant nécessaire que la raison et la logique, au fond je lui trouve cet aspect complémentaire, l’aspect humains qui manque tant de nos jours.

À la prochaine,

© Michel J.B. – 2015

Illustration : Le bonhomme de neige – (Raymond Briggs – 1978)

[i] Leonhard Euler, né le 15 avril 1707 à Bâle (Suisse) et mort à 76 ans le 18 septembre 1783 à Saint-Pétersbourg (Empire russe)1, est un mathématicien et physicien suisse. Euler fit d’importantes découvertes dans des domaines aussi variés que le calcul infinitésimal et la théorie des graphes. Il introduisit également une grande partie de la terminologie et de la notation des mathématiques modernes, en particulier pour l’analyse mathématique, comme la notion de fonction mathématique. Il est aussi connu pour ses travaux en mécanique, en dynamique des fluides, en optique et en astronomie.

[ii] Antoine Laurent Lavoisier, né le 26 août 1743 à Paris et guillotiné le 8 mai 1794 à Paris, est un chimiste, philosophe et économiste français, souvent présenté comme le père de la chimie moderne, qui se développera à partir des bases et des notions qu’il a établies, de la méthode scientifique, expérimentale et mathématique, qu’il a inaugurée dans un domaine qui, au contraire de la mécanique, semblait devoir y échapper, et d’une nouvelle exigence de précision offerte par les instruments qu’il a mis au point.

[iii] MOOC: Massive Online Open Course ou Formation à large diffusion via Internet

[iv] Raymond Redvers Briggs (né le 18 janvier 1934) est un illustrateur, dessinateur et écrivain anglais. Il est surtout connu pour son œuvre Le Bonhomme de neige, adaptée en un dessin animé (1982) qui est diffusé chaque année durant le temps des Fêtes par la télévision britannique1.

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s