Les mots que l’on souhaite, et les souhaits que l’on dit.

MTL05_Reverse


Chaque sentiment a son
langage qui lui convient,
se servir d’un autre,
c’est d
éguiser sa pensée.

Pierre Choderlos de Laclos ;
Les liaisons dangereuses (1782)


Il vous arrive certainement au cours d’une journée ou d’une semaine, des fois au cours d’une année de dire ces mots : «  Je te souhaite le bonheur »; « Je te souhaite une belle journée » etc.

Ces souhaits seraient similaires si l’on changeait la tournure et disait « Bonne journée » ou « Bonne fête » à la différence que l’émotion du souhait est humaine et ne peut être le fruit d’un quelconque algorithme impersonnel qui n’use que de la logique du « vrai – faux » ou le code binaire  pour exprimer un quelconque message aux humains de la part d’une machine !

Ceci dit, nous observons sur certains forums et réseaux sociaux des profusions de souhaits qui usent des mots qui dévalent les lignes de l’écran au cours d’une journée virtuelle à l’intention de la personne (humaine) dont c’est la fête ou un évènement particulier.

N’oublions pas les cartes de souhaits virtuelles, les bouquets virtuels, les boites de chocolat et tant d’autres gâteries virtuelles. Il n’y a aucun doute que c’est l’intention qui compte, comme diraient certains, faute de mieux c’est bien ainsi.

J’ai mon petit rituel matinal sur un des réseaux sociaux, qui consiste à souhaiter l’anniversaire de mes amies et amis virtuels. Des jours une ou deux personnes, mais d’autres plus de 20 parfois 30 (ah popularité oblige), c’est une tentation que de copier et coller le même message pour tous. Mais alors, qu’est-ce qui me distinguerait de l’automatisme des nouvelles technologies ? Pas grand-chose j’avoue. Ne voulant pas en rester là, je cherche parfois un petit mot, une pensée qui fasse différence entre l’une ou l’autre des personnes amies, je pense que j’aimerai bien moi aussi recevoir un mot « différent » des classiques qui raccourcissent chaque peu de temps, je remarquais que certaines personnes n’ont plus le temps d’écrire une « Happy Birthday » par exemple et se contentent d’un cryptique « Happy b-day »

Si l’on pense au temps où l’on allait dans une papeterie, une librairie et que nous prenions le temps de choisir une carte selon la perception que l’on se faisait de la personne à fêter, le choix des couleurs, du message, une fois achetée on rentrait chez soi, prenait notre stylo et composait une message personnalisé, cacheter l’enveloppe et l’affranchir pour la poster ou simplement la glisser sur le bureau de la personne. Vous me direz que ces temps sont révolus, je serais d’accord, tant et pour autant que d’utiliser la « nouvelle » manière de faire ne nous dénue pas de ces émotions qu’il n’est pas toujours aisé d’acheminer  via le code binaire !

Notre rythme de vie est en changement continuel, on s’y fait, chacun selon ses capacités, il est vrai que tout se traite plus rapidement, dans certains cas nous y avons trouvé satisfaction et plaisir. Je parle de tout ce qui fut paperasse administrative, requêtes, etc. Nous sommes bien loin du formulaire qui nécessitait trois autres pour pouvoir soumettre ce dernier. Nous utilisons si peu les billets de banque, nous nous déplaçons encore moins qu’avant, les achats en ligne nous offrent autant d’occasions de nous confiner dans une paresse sans cesse réinventée aux bons soins des experts en mises en marché, surtout ceux qui nous servent partout ce « magasinez dans le confort de votre chez vous ! »

Je regardais aujourd’hui une promotion d’achat d’une maison en ligne (bien entendu la visite serait de mise, mais considérée par le promoteur comme dernière étape), tout y était : le calcul de la mensualité selon plusieurs scénarios et mises de fonds, les assurances, les taxes municipales, scolaires et autres, pour me dire que je pouvais acquérir un superbe condominium pour 1000 dollars par mois (heu sur les 25 prochaines années de ma vie)

Tout ceci est super, bien beau voire très cool. Entre vœux et souhaits, communications digitalisées nous avons non plus l’embarras du choix, mais une certaine obligation de nous adapter. Serait-ce le cas avec ce qu’aucune machine ni technologie ne sont capables de créer : une émotion humaine ?

Allons-nous rivaliser avec  les automatismes des technologies qui essaient par tous les moyens de nous remplacer ? Si les intentions sont fort louables, il leur manque cet essentiel, celui qui nous différencie du reste des choses : notre profonde humanité !

Il est souhaitable qu’elle ne s’en aille pas, nous pourrions l’oublier en continuant de tout faire dans le confort de notre chez nous.

À la prochaine !

Michel J.B. – © 2016

 

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s