Les contrastes flagrants, où l’urbanisme déshumanisé !

000 Buildings00998


Les habitations font la ville, mais les citoyens font la cité.
Jean-Jacques Rousseau


Je dédie cet article à mon fils
ainsi qu’à tous ceux et celles
qui partagent sa passion
pour l’urbanisme !


 

Les urbanistes ces artistes de nos lieux de vie, sont souvent trop mal écoutés et bien trop mal compris. Quoiqu’en disent les spécialistes en génie, les planificateurs, les gens de finances et des administrations, si les urbanistes sont des rêveurs, il est un fait certain on ne les laisse pas rêver suffisamment.

Quelle que soit la ville, son histoire et son âge dans celle de ses habitants, il restera toujours ce besoin de la rendre plus belle, plus attirante, mais aussi suivre les besoins incessants d’expansion.

Cet état des faits, verra surgir sur l’avant-scène certains acteurs, mais certains intrus qui se seront faufilés bien entendu de manière anonyme on s’entend.

Les acteurs : les citoyens (c’est leur ville après tout), les autorités municipales, et les designers de villes (les urbanistes). Oui j’aime nommer les urbanistes ainsi, ce droit leur revient le plus naturellement du monde. Chaque ville au monde possède son charme et ce je ne sais quoi qu’on pourrait la reconnaître parmi les millions des villes du monde,

Si l’on dit que derrière chaque grand homme se trouve une femme, derrière chaque grande ville se trouve son urbaniste.

Je suis un citadin dans l’âme, bien que j’aimerai à cette étape de ma vie, me trouver dans la nature, dans un endroit retiré où je pourrais vaquer aux passions de l’écriture, de la photo et de la lecture. Il n’en reste pas moins que je ne sais et ne peux me passer de Mes villes.

Mes villes, Montréal, Beyrouth, Paris, Athènes, Londres  et bien d’autres pour y avoir séjourné plus d’une fois.

J’ai vécu le mois de février dans sa totalité dans une de mes villes; Beyrouth. Un mois à me promener dans ces rues, ruelles et quartiers qui ne se trouvent sur aucun dépliant, prospectus touristique ou guide de voyages, j’ai délaissé les endroits que tout le monde recommandait ou pensait que je voulais voir et revoir, en quelques sortes, j’ai opté pour un retour auprès des gens, des lieux de leur vie, des personnes dans leur cadre de vie quotidienne.

Si ce fut Beyrouth qui suscitât cet article, cela aurait été Montréal ou une autre ville. Mes observations et réflexions sont autant vraies pour l’une que toutes les autres. Chaque ville du monde ayant ses propres acteurs (et intrus).

Parlant d’intrus, je citerai certains promoteurs qui ne comprennent pas toujours que la promotion de projets résidentiels ou commerciaux c’est l’affaire de tous, tous voulant dire les acteurs, ce n’est surtout pas juste une question d’être en règle avec les lois et les réglementations de la ville, mais une question de respect! C’est souvent ce point qui les met dans l’une ou l’autre des catégories : acteurs ou intrus.

Je ne vous cacherai pas ma grande surprise lorsque je voyais de vieux bâtiments historiques, entourés d’un « manteau » de toiles de jute de couleur foncée, masquant parfaitement les vestiges et leur état, un panneau de petit format, sur lequel étaient inscrits ces mots destinant l’édifice à une fin certaine dans le but d’être remplacé par un de ces amas de poutres métalliques et de verre pour soi-disant promouvoir la vie économique de la ville. Je ne suis pas un nostalgique du passé, mais je tiens plus que jamais è mon histoire, l’histoire d’un peuple, la pérennité de la mémoire d’une culture. Je me suis retrouvé sans me rendre compte dans ces « coulisses » bien cachées et bien masquées de tout un espace de ma ville, bien enrobé de jute, bien signalé de panneaux avec le même texte.

 Je me suis attardé devant un de ces immeubles, voulant prendre en photo cette scène mais remarquait le panneau interdisant les photos, bon cela tombait trop d’à-propos : on annonce la destruction, on interdit les photos et tout le monde profitera d’un building de fer et de verre et hop vive la ville moderne.

Un monsieur s’est approché, voyant que je n’étais pas un citadin, car qui voudrait visiter des ruines à venir ? Me demande l’objet de ma visite, je tente de détendre l’atmosphère, explique mon retour, mon désir de retrouver ces places, raviver ces souvenirs et pourquoi pas mettre tout ceci dans un livre que je publierai peut-être un jour.

Sourire complaisant de la personne, qui me dit d’un ton trop sûr de lui « Revenez dans deux ou trois ans, vous aurez de quoi raconter et photographier des choses qui en valent vraiment la peine ! »

La seule question que je lui posait ayant compris que j’avais à faire avec un de ces « intrus », « Mais alors, est-ce que l’urbanisme est prévu de la sorte ? Faire disparaître ces pans de l’histoire d’une ville ? » Autre sourire condescendant, explications sans aucune substance, je continuais mon chemin avec ce serrement au cœur. On efface la mémoire des personnes, et l’on la remplace par des matières sans âmes, parce que non intégrées dans l’âme d’une ville, une ville sans âme est vide de ces citoyens, le fameux  « down-town » de mon Beyrouth est hélas, devenu sans âme !

À la prochaine,

Michel J.B. – © 2016

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s