Comprendre (et admettre aussi) nos petites différences.

Conversation22


Une des plus grandes erreurs est de
croire nécessairement faux
ce qu’on ne comprend pas
– Gandhi


Au cours des cinq dernières années de ma vie, plusieurs personnes me faisaient savoir qu’elles étaient mal à l’aise, lorsqu’au cours de nos conversations,  que je regarde leur bouche et lèvres au lieu des yeux.

J’avoue que cela ne m’était jamais passé par la tête surtout que n’étant pas mal intentionné, je ne m’étais jamais rendu compte. Si des fois je haussais le son de la télé, d’autres fois je me contentais de suivre les dialogues en « lisant » le mouvement des lèvres des acteurs. Cela était pour moi une sorte de petits défis que j’essayais – pour m’amuser – de gagner.

Bien entendu ceci m’aura valu les commentaires à peine voilés de mes interlocuteurs, mon étonnement ne semblait pas les convaincre bien entendu, pensant que je leur jouais un tour.

Lors d’une visite chez un ORL, pour une question d’examen de routine, ce dernier me dit « Je vous félicite car vous avez développé une manière toute naturelle de vous en sortir en lisant le mouvement des lèvres de vos interlocuteurs ». Face à ma surprise, il m’annonçait une perte d’audition de mes deux oreilles. J’avais alors saisi.

De toute cette fresque amusante et cocasse en apparence, je pourrais dire combien l’apparence qu’elle soit gestuelle ou non-verbale influence notre jugement. On prend pour personnelle une attitude que nous ne saisissons pas, on se sent visé voire jugé sans raison apparente, pourtant il eut été plus simple au lieu des « voyons donc » choqués, de poser la question tout simplement. Laquelle ? Pas besoin d’un mode d’emploi, juste demander à votre interlocuteur la raison de cet agissement.

Un incident vécu il y a quelques temps, nous étions plusieurs à attendre l’ascenseur, certains descendaient d’autres montaient, parmi nous il y avait un non-voyant, avec sa canne distinctive, arrive une cabine d’ascenseur, une personne s’adressant à l’autre lui dit « Tu viens, on monte ! » La personne non-voyante lui dit d’un ton fort poli, « Cette cabine descend Monsieur! »

Regard étonné, la grimace faciale en disait long sur la pensée de la personne voulant dire « mais comment toi qui ne vois pas est-ce que tu sais si la cabine monte ou descend ? » Sourire du non-voyant, et ceci « Voyez-vous Monsieur, lorsque cela sonne une fois cela veut dire que la cabine monte, deux fois elle descend »

Cet incident aussi anodin soit-il, avait fait ma journée, cela valait tous les discours possibles. Ma r/action fut un « Yesss! » plus que joyeux pour le grand étonnement des personnes présentes.

À la prochaine,

Michel ©

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s