L’absence flagrante d’humanité !

Shades and Sun2


Vous savez qu’on peut être hanté
par le remords toute sa vie,
non pas pour avoir choisi l’erreur,
dont au moins on peut se repentir,
mais pour s’être trouvé dans
l’impossibilité de se prouver à soi-même
qu’on n’aurait pas choisi l’erreur

Umberto Eco (1932 – 2016)


Il m’arrive des fois de trouver le titre de mon article qu’à la rédaction du dernier mot de ce dernier. Ceci me contrarie un peu vu que cela occupe mes pensées tout le long de la rédaction. Mais rassurez-vous il y en aura un titre inspiré par le fil de cette promenade que je fais avec vous.

Lorsque je trouvais la citation de Umberto Eco, je savais qu’elle inspirerait cet article, celle que je cherchais pour me lancer dans ces lignes qui suivront.

Si je regarde la mappemonde je me rends compte que rares sont les pays qui n’aient pas agressés d’autres pays, et ces autres pays qui en paient jusqu’aujourd’hui le prix, Combien d’ethnies qui se sont alloués des droits sur d’autres, causant génocide sur génocide au nom de tant de fausses raisons. Qu’ils sont rares ces pays qui n’ont pas influencé le cours de l’histoire d’autres pays.

Lorsqu’un peuple suit cette vague, c’est le pays entier qui s’autodétruit, on se bat pour des croyances, on s’entretue pour des divergences que l’on amplifie pour justifier ses propres gestes, on se hait à cause d’une origine ethnique; on pourrait continuer ad vitam aeternam, tous les pays ont eu leurs lots de déboires et de responsabilités tout au long de leur propre histoire.

Combien de chefs et dirigeants ont eu la décence et le courage d’avouer leurs erreurs et fait amende honorable en demandant pardon à leur peuple et aux autres,  pour de tels agissements. Le repentir et le pardon ne sont point des états d’âmes, ce sont des gestes concrets qui démontrent courage et maturité humaine.

Dans une société qui se veut moderne, mais qui infantilise l’attitude humaine, on a remplacé les personnes par des statistiques, des matricules ou des numéros. On ne traite plus que par ces données, cela pèsera moins lourd sur la conscience lorsqu’il faudra « rationaliser ou restructurer ».

Lorsque la culture de l’inculture est prise en exemple par tout un peuple qui y trouve son compte de facilités alors que l’inspiration à promouvoir tarde à naitre, que peut-on espérer sinon une stagnation débilitante de tout un devenir. Que dire alors des générations futures, sinon qu’elles feront pareil et perpétueront ce modèle ou au pire s’expatrieront pour de meilleurs lieux de vie.

Enraciner l’exclusion, favoriser la haine sous de multiples excuses, alimenter la négation et la culture du refus de l’autre. Penser qu’il est inconcevable d’avoir une part de responsabilité dans un conflit qui traine depuis des générations, quoi de mieux que mettre en vente à rabais sa propre identité, son histoire et son pays !

Monsieur Eco je ne sais point où vous êtes en ce moment, mais combien aviez-vous raison lorsque vous nous avez laissé cette réflexion en héritage.

À la prochaine

Michel ©

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s