Notre responsabilité digitale.

0000Sunset007


Avez-vous remarqué lorsqu’un média d’informations propage une nouvelle qui ne s’avère pas exacte, qu’il est difficile pour ce même média d’informer clairement et surtout de corriger cette situation ?

La presse écrite est encore plus « discrète » en glissant un court entrefilet au bas d’une page en faisant la mention à peine visible.

Admettre s’être trompé est tellement difficile surtout en public.

Mais que dire des internautes et habitués des réseaux sociaux qui se prennent tous pour des « webtrotters » (Finis les beaux jours des globetrotters !)  et parcourent sites et portails à l’affut de potins et autres nouvelles croustillantes, viennent les diffuser tout en ajoutant une couche de glaçage pour s’approprier une partie de ce moment  de gloire. Très souvent leurs informations proviennent de sites dont l’authenticité des sources n’est pas prouvée, voire connus pour leurs canulars.

Lorsque la vérité éclate, ces personnes disparaissent, on ne les voit plus, elles se font discrètes le temps qu’on les oublie. Cela semble en soi pas mal amusant dans la plupart des cas. Mais là où cela ne va plus, c’est lorsque l’on propage des nouvelles racistes, sectaires, haineuses avec la fausse prétention de ce « Une amie me l’a dit et je lui fait confiance » ou « Cette source m’a toujours donné des nouvelles vérifiées » on sucre le gâteau pour faire crédible, on passe sa petite idée « défouloir » et on continue comme si de rien n’était.

Être sur le virtuel n’est pas synonyme de « tout est permis », on s’imagine qu’éteindre son écran va occulter le problème, finalement on se dit « demain on aura oublié, et puis ce n’est que du virtuel! ». Faux sur toute la ligne !

Je retrouve encore des textes que je publiais il y a vingt ans sur des forums dédiés au savoir et à l’éducation, bien que ces sites ne soient plus en opérations depuis longtemps.  Comme je retrouve aussi certains commentaires écrits que je n’écrirai plus de la même manière aujourd’hui.

N’en déplaise aux amateurs de rhétorique, nous sommes autant responsables dans la vie du monde réel que comme e-citoyen du monde digital. Nous avons les mêmes droits mais aussi les mêmes obligations et les mêmes responsabilités.

Si pour beaucoup, le monde virtuel est une occupation sociale et amusante, il est aussi un espace où la plupart des entreprises ont une présence bien affirmée, pensons à nos achats, banques, et formalités officielles, soins de santé, etc.

Si certaines nations ne sont pas encore rendues à ce niveau, cela n’élimine pas le fait que le monde, lui, continuer de rouler et d’avancer.  Il serait plus que grand temps de se faire à la réalité digitale, ne serait-elle pas un meilleur moyen de nous apprendre qu’au fond nous faisons partie d’une même réalité sans distinction de race, de couleur, ou de religion ?

Notre responsabilité digitale pourrait être le garant d’un monde meilleur, plus humain et bien plus réel qu’il ne l’est aujourd’hui ! Un paradoxe des plus intéressant !

(À suivre…)

Michel ©

 

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s