À chacun son monde.

2016-23-7--06-30-25


À chacun son monde.


Si vous vous promenez dans la rue ou sur les autoroutes virtuelles vous verrez des terriens qui ne vous regardent plus si ce n’est que pour vous dire “‘scuse !” rapide de vous ^tre entré en plein dedans parce qu’ils étaient chacun dans son monde.

Parler des lieux publics où tout le monde ne regarder plus que l’espace de l’écran qui décide de leur bonheur, de leur joie ou de leur tristesse, n’est plus une appréhension mais une réalité inévitable.

Que dire des réseaux sociaux qui vous scotchent à votre écran les heures d’une journée, un écran que certains mettent en veille d’alerte “au cas où”.

“Tout le monde est occupé” (Christian Bobin – Titre du livre paru en juin 2001). Tout le monde est occupé dans son monde, nul besoin de se le faire dire. Les jeunes, les adultes, mais aussi les papys et mammys, que je croise tôt les matins lorsque je vais au centre commercial. Outre les papotages, c’est chacun devant son écran qui continue de participer à la conversation du café matinal tout en jouant ou lisant les nouvelles.

Tout le monde est dans sa réalité. Non ce n’est pas un jeu de mots, mais un simple constat.

Mon téléphone me prouve chaque fois son intelligence en me connectant par moyen audio et vidéo avec des personnes qui sont loin de chez moi. Je veux dire à des milliers de kilomètres. Mais il l’est beaucoup moins lorsqu’il est question de rencontrer en personne quelqu’un qui me dit “Et pourquoi pas un Skype, un Watsapp ou je ne sais quoi ?” Bof ! est ma réponse silencieuse mais elle se lit clairement sur mon visage !

Notez que je n’ai plus envie par la suite de rencontrer cette personne.

Nous devenons bon gré mal gré des personnes d’influence, puisque les journaux numériques nous incitent de leur fournir l’insolite et l’inhabituel. Certains promettent une récompense d’autres vous citeront au journal, c’est autant de mondes pour autant de futurs globe-trotter qui rêvent de faire la une du jour.

Je me souviens que beaucoup s’insurgeaient à propos de l’éducation à distance sous le prétexte de manque de contacts humains entre les élèves et l’enseignant. Mais dites, ces étudiants, ils font quoi hors des classes ? Chacun dans son monde aussi sevrés qu’un fumeur qui n’a pas eu sa clope depuis plusieurs heures.

À chacun son monde ? Je ne pense pas. Ce serait plutôt dire tout le monde est occupé, parce que nous sommes tous dépendants d’un seul monde, à chacun ses couleurs et saveurs. Il n’en reste pas moins que c’est le même monde qui nous accapare inlassablement.

Michel ©

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s