Aujourd’hui le monde !


Le monde du partage devra remplacer le partage du monde
Claude Lelouch


Bonjour le monde, Il aura suffit quelques petites minutes en ce lundi matin, premier jour de la semaine pour constater à travers cette fenêtre ouverte sur les humains, cette fenêtre que sont les quotidiens virtuels, les chaînes de nouvelles, les émissions sociales pour faire un constat à saveur fade et morose.
Un gouvernement qui se questionne quant au manque à gagner du commerce virtuel, des mouvements sociaux et civiques qui lancent une initiative en faveur des femmes mais qui,disons-le honnêtement reprennent les mêmes mots que ceux utilisés dans la colonne des faits divers d’un quotidien, bref on nous assaille de nouvelles alarmantes et alarmistes sur des faits qui pourraient ne jamais arriver mais dont le message est construit de sorte que cela est une réalité. Les mouvements civiques sont en panne sèche d’innovation et de motivation. Le discours est on ne peut plus plate dans cet ennui qui me donne l’envie de zapper, changer de chaîne vite vite. Que de fois, en silence (oui je chiale moins à haute voix) je prie tous les saints (ceux qui restent et ceux qui n’ont pas encore pris leur retraite) pour dire à la personne qui expose un fil de nouvelles: “Mais tais-toi pour l’amour de la vie, va revoir tes cours de langue (française) et rappelle-toi comment faire une phrase que l’on puisse comprendre !”
Nous passons aux urnes et élisons des gens qui nous promettent monts et merveilles, mais à peine ils passent à l’action on n’est plus d’accord ! On se plaint on maugrée, on chiale (pour le dire en bon français).
J’aime prendre le pouls du monde sur les réseaux sociaux, FB © et Cie… Ces tribunes qui parlent de notre monde qui parlent et parlent de l’animal de compagnie que l’on quitte, ou des ego-portraits ces galeries dignes des marchés aux esclaves du temps de l’antiquité, se faufilent en filigrane des causes que beaucoup ignorent et ne pensent même pas prendre quelques secondes pour s’intéresser aux sans-abris, aux réfugiés, aux victimes. Il faut absolument trouver un exutoire (ou plusieurs) pour “couvrir sans se découvrir” publiquement.
Les nouvelles politiques, économiques sont devenues soporifiques on zappe plusieurs minutes pour trouver une émission qui ait du sens. Mais oui pour quelque chose de meilleur encore faut-il payer un supplément.
J’avais hâte ce matin de refermer ma double fenêtre sur ce monde qui s’ennuie à mourir, prendre un livre et oublier ne serait-ce que quelques heures que demain matin il me faudra tout le courage possible pour rouvrir cette même fenêtre question d’aérer la pièce.
Michel ©

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s