Les causes orphelines

On parle souvent, de nos jours, des maladies rares ou maladies orphelines. En d’autres termes des patients atteints de maladies considérées commes rares mais pour lesquelles la recherche médicale et scientifique ne consacre aucun budget vu le nombre restreint de patients.
Tout comme ces cas laissés sur les bancs arrières d’une salle de conférence, il existe aussi – ceci n’est pas un secret d’état – les causes que j’aime nommer”Causes orphelines”
Parlons un peu de la cause des aînées, ces personnes qui, ont travaillé durant de longues et de nombreuses années, tant à s’occuper de leur famille, de leurs enfants, dela maison, de la préparation quotidienne des repas. Les membres d’une famille prennent pour acquis une maison bien ordonnée, propre, un repas savoureux qui mijote dans une casserole lorsque l’on rentre du travail ou de l’école. On prend pour acquis que tout ceci nous est donné le plus naturellement du monde. Mais on oublie aussi que derrière ces situations il y a des gens. LOrsque ces gens oubliés se fatiguent et vieillissent, ne sont plus capables d’assurer leur contribution elles deviennent”gênantes ou de trop” pour certains. LOrsque les parents et amis s’en mêlent on commence à “suggérer” un centre pour personnes âgées. Je n’ai rien contre ce fait, mais si la vie est un cycle qui continue ne serait-ce pas plus human d’en discuter et de savoir s’y prendre surtout avec la personne concernée ? Voilà tout le noeud du problème.
Chaque personne est un cas particulier, chaque enfant vit ou aura vécu des conditions particulières, mais l’idée au fond n’est pas de se débarrasser de quelqu’un mais de lui assurer une certaine dignité humaine en fin de vie, non ?
Très souvent il m’arrive d’observer les gens, leurs gestes, leur physique. Avez-vous jamais remarqué les mains de ces personnes, l’élégance et la finesse au-delà des rides de ces mains toutes ratatinées, une alliance a survécu vents et marais, au fond c’est tout ce qui leur reste, cette dignité d’avoir porté un signe humain, social, familial sociétal durant plusieurs années et plusieurs décennies.
Que dire de ces parents que “l’on oublie dans leur chez-eux” on passe les voir quand on a le temps, ou lorsque le match de foot ou de hockey ne tombe pas durant cette journée ou cette soirée. On oublie dans la jungle des téléphones intelligents de les appeler, et dire que cet engin fut créé pour se parler…
Elles sont nombreuses ces personnes laissées pour compte, des personnes qui dérangent parce que nous n’avons plus une petite once de patience pour laisser passer leur humeur parfois énervante. Nous oublions qu’au-delà des risques d’arriver encore vivants à leur âge que notre tour viendra bien un jour, alors ? Alors on fait quoi ?
Laisserons-nous ces causes orphelines s’immiscer dans notre modèle social ? Je prie la vie que vous me diriez autre chose qu’un simple silence poli en guise de réponse !

Michel ©

Publicités

Auteur : Michel J. Boustani

Auteur 25 ans d'expérience dans le domaine de la communication et de l'enseignement. Conception pédagogique - Gestion stratégique du savoir - Facilitateur d'atelier en pensée design et grand amateur de mises en récit et blogues. _____ Author - Web author 25 Years in the field of Communication. Specialist in Instructional Design - Strategic Design Thinking and Knowledge Management Implementation. Actively involved in Storytelling and Social Networks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.