Les enfants des migrants

My beautiful picture

Les enfants de migrants payent le prix de la disgrâce humaine imposée à leurs parents:

  1. Voir et vivre l’humiliation de leurs parents
  2. Vivre le temps d’une courte vie humaine l’opprobre (la honte) indélébile de leur statut de rejetés planétaires!

    ©

Publicités

Cher Papa !


Mon cher papa
Encore une année où l’on célèbre ta fête et celle des milliers de papas.
Tu vois je ne t’oublie pas, une chance que je sois moi aussi papa et grand-papa, je n’ai aucune excuse d’oublier… Ce métier auquel je n’étais pas préparé, je l’ai endossé lorsque notre Loulou est née, puis les autres, mes super-quatre champions. Que j’aurais aimé que tu les rencontres avant ton départ !Oui, les regrets nous les chérissons parfois faute de les effacer, ou de pouvoir changer le cours imprévu de nos histoires humaines.
Aujourd’hui ils sont venus, pas tous, la grande était grippée, mais les trois autres ont fait sentir leur présence, les rires, les inévitables taquineries et les joks (blagues) plates de papa (moi, tu vois je n’ai pas oublié l’extravagance de mes histoires celles que tu racontais avec gestes et le ton de ta voix, il y avait toujours des fous rires lorsque tu parlais en société… Tu sais quoi ? Mes kids, ont ce don de ne plus réagir lorsque je fais l’effort pour leur raconter une blague, leur expression faciale me dit “écoute Michel, on sait que tu essaies de faire de l’humour, on le sait alors calme toi!” Le pire, mon cher papa, c’est que je me calme, je calme toute ambition de les faire pouffer de rire, mais chut ne dis rien, je sais qu’ils m’apprécient, tel que je suis.
Au menu , Il y avait un apéro, un mimosa, je ne sais pas si tu connais, c’est un jus d’orange noyé dans du mousseux, des croissants nature et au zaatar (thym) des chocolatines, des saucisses du bacon ah oui des fraises, tu aurais aimé mais pas de chantilly… le gâteau pour terminer, un tiramisù… Les petites princesses (oui mon cher papa tu es arrière grand-papa six fois ! Une petite tribu finalement) en début d’après-midi je n’en pouvais plus je somnolais à table, mais interdiction d’aller m’étendre on attendait le gâteau.
Ce soir alors que j’essaie de t’écrire un petit mot je réalise quelle joie que de te revoir dans le visage de chacun d’eux !
Bonne fête papa, j’espère que tu aies passé une belle journée avec tes frères et soeurs qui t’ont rejoint. Mes pensées pour toi sont plus vivantes que jamais, je ne te dirai jamais assez que le temps nous fut compté pour que je puisse te dire suffisamment de fois que je t’aime et t’aimerai toujours !
Quelqu’un m’a demandé aujourd’hui si ta fête ce n’était pas le 21 juin, je me suis retenu de lui dire que la fête des papas c’est tous les jours au fond !
Il y a des dates que l’on oublie pas, celle comme aujourd’hui, ton anniversaire de naissance et le souvenir de ton départ, ce sont ces petits trésors qui m’enrichissent bien plus qu’un billet gagnant de loterie !
Michel ©

Noël, mode d’emploi !


Il y a un an jour pour jour ou presque, je partageais avec vous ce billet au sujet de l’histoire de Noël, ses traditions mais aussi ce que pourrait représenter cette commémoration.

Loin de moi l’idée de jouer au rabat-joie, j’aimerai vous parler de Noël, de son esprit, de son sens le plus différent. Alors pour ce faire, j’ai opté de vous raconter une série de petites histoires. Nous aimons tous les histoires racontées. Que de fois lors des années d’enseignement je commençais mon cours par cette expression : “Il était une fois…”. J’avais l’attention de toutes les personnes présentes.
Je pouvais leur faire un exposé en physique quantique, je savais que j’avais l’attention de toute la salle.

Alors voici, il était une fois Noël:
(texte écrit et publié la première fois en décembre 2016)
“Si certaines fêtes de fin d’année, s’identifient à une communauté religieuse en particulier, l’histoire des origines de ces pratiques de plus en plus controversées par des gouvernements qui veulent faire bonne figure en matière de rectitude sociale et changent les mots (mais est-ce que l’esprit change ?) pour ne pas blesser la sensibilité de ces autres communautés.

Pourtant si l’on se donnait la peine de découvrir et lire quelle est l’histoire de ces objets ou pratiques, nous serions bien loin de nous scandaliser, nous choquer et monter aux barricades pour montrer notre attachement aux dévotions souvent superficielles de notre pratique religieuse ou spirituelle.

Oui les bons repas, les mets, les gâteaux, la bûche et les cadeaux sont importants, mais n’oublions pas l’esprit des fêtes. Que le champagne coule à flot, que les mets les plus raffinés soient outrageusement en abondance, tout ceci n’est rien devant l’oubli de l’origine de ces traditions que nous faisons nôtres en oubliant leurs sources.

Nos ancêtres avaient beau être païens, ou animistes, il reste qu’ils donnaient bien plus de valeur aux célébrations d’aujourd’hui devenues, de nos jours, synonymes de bombance démesurée ! On parle du vendredi fou, des cyber-lundis, mais si peu de Noël

Banc de quêteux :(comme on dit au Québec)

Meuble dont le siège et la façade se rabattent par terre et forment une boîte dans laquelle on étend une paillasse qui servira à l’occasion de lit au quêteux de passage ou aux enfants de la maisonnée.

Une petite histoire de quêteux.

Les mendiants de l’époque étaient reconnus pour leur discrétion sur eux-mêmes, leur provenance et leur destination; ils étaient identifiés le plus souvent par un surnom. Ils se présentaient presque toujours dans un accoutrement qui suggérait la misère et la privation. Quelquefois, des rumeurs plus ou moins fondées sur l’un ou l’autre parlaient de fortunes cachées et de dons spéciaux parfois maléfiques. Plus d’un a été reconnu pour sa qualité de conteur d’histoires et de légendes et l’un d’eux était notamment populaire pour sa grande dextérité à réparer les parapluies.

Source : blogue de Michel Prince http://www.michelprince.ca/en/tips-and-tricks/une-petite-histoire-de-queteux.-1120.html

La place du pauvre à Noël (tradition)
Traditionnellement, à Noël la « place du pauvre » ou « part du pauvre » ( ou encore « part à Dieu »), est, comme son nom l’indique, destinée aux pauvres, ou encore au passant, à l’étranger, au visiteur inattendu :Source : Le guichet du savoir http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=2&t=55773

Les légendes de Noël:
Source: Le site Les Passeurs
http://www.lespasseurs.com/Les_Legendes_de_NOEL.htm

Histoire de la Fête de Noël
Les peuples préhistoriques adoraient la lumière et ils avaient construit des temples qui aidaient à comprendre l’arrivée des saisons pour les premiers agriculteurs européens, les hommes du néolithique. Dans le temple mégalithique de New grange en Irlande, la lumière du soleil ne rentre que le jour du solstice d’hiver, le 25 décembre.
De même dans le temple de Stonehenge en Angleterre, le soleil ne se lève dans une pierre percée que le 21 juin, jour du solstice d’été. Les Égyptiens adoraient à cette période, le fils du Dieu Osiris, Aïnou surnommé le soleil renaissant et marqué au front d’une étoile d’or.
Les Celtes faisaient de grands feux aux solstices pour lutter contre les ténèbres.
Ils avaient très peur de ces périodes sombres avec le jour plus court
mais en même temps, ils savaient que le soleil allait réchauffer le sol et les plantes.

La Bûche
Il est dit que la bûche protège la maison du danger. C’est une des traditions païennes répandues en Europe depuis la nuit des temps pour fêter le solstice d’hiver. On allumait des feux de joie, symboles modestes mais significatifs de la nouvelle chaleur du soleil.
Cette traditions païenne est encore vivante dans de nombreuses régions de l’Italie et dans plusieurs pays.
En Ombrie et en Emilie, dans les Marches et dans les Abruzzes, on fait brûler une grosse bûche d’olivier jusqu’aux premiers jours de janvier. A ce moment, les cendres sont répandues dans les champs et les vignes, comme augure de bonnes récoltes.
En Sardaigne, on jeûne devant le feu jusqu’à minuit.
Une belle tradition toscane veut que les portes de la maison restent ouvertes aux hôtes de passage, tant qu’une souche brûle dans l’âtre.

Le Sapin
La coutume de décorer le sapin est née en Égypte. En effet, l’arbre était en réalité une petite pyramide de bois qui imitait les gigantesques pyramides et qui était un symbole culturel.
Un voyageur rapporta cette idée de la terre des pharaons en Europe. Une partie des populations germaniques, scandinaves et russes adoptèrent cette tradition pour célébrer le solstice d’hiver, le retour du soleil et la chaleur dont l’Égypte est le symbole.
Un disque solaire surmontait la pyramide. Plus tard, les arêtes de cette figure géométrique furent garnies de bâtonnets auxquels on mettait le feu. Si le feu atteignait la pyramide,l’année serait non seulement heureuse mais très fructueuse.

Je peux imaginer qu’il y aurait de quoi raconter des histoires aux plus jeunes en cette veille du jour de Noel prochain (les aînés aussi !)”
Michel ©

Le monde est vraiment stone © !


Mon coup de gueule du mercredi !
Dimanche passé je me suis gâté d’écouter pour la je-ne sais-quelle-fois, l’opéra rock Starmania© . La chanson “Le monde est stone” m’a interpelé, parce qu’elle venait à propos avec tout ce qui se passe de nos jours. Entre 1979 et aujourd’hui le monde ne se porte pas mieux !

Les cataclysmes planétaires ont ceci de particulier, que l’on soit à Paris, à Rio ou Mexico, un tremblement de terre restera toujours un tremblement de terre. Ce qui déçoit c’est l’insolente inconscience des médias d’informations qui filtrent et dosent entre une première nouvelle et un fait divers les pertes en vies humaines selon l’audimat, n’oublions pas les internautes des réseaux sociaux.

On a vu des patrons d’entreprises mondiales quitter leur poste parce qu’en désaccord avec leur CA, des premiers ministres aussi… Mais combien de médias ont osé le courage de dénoncer lorsque “cela ne va pas !”…
Tout le monde veut conserver son chèque de paie.

Nous sommes tous responsables d’une manière ou d’une autre. Responsable de ne pas parler, de ne pas dénoncer, de ne pas porter sur la scène publique autre chose que les derniers gadgets que l’on s’est acheté, les derniers meubles ou la dernière robe que l’on affirme être un modèle unique…

Mais pourquoi est-ce que je chiale de bon matin ? Simplement parce que lorsqu’une porte claque trop fort dans une ville, les réseaux sociaux (les membres) s’éveillent, et s’emballent avec leurs cohortes de pleureurs et pleureuses qui se lamentent, si, si, je vous assure que l’on pourrait même percevoir des larmes je vous jure, des fois que l’on accuserait le parti politique au pouvoir d’être responsable des malheurs du monde, question d’évacuer le négatif, mais après, on oubliera, puis on ira au Starbuck’s © du coin ou chez Tim Horton © commander son petit-déjeuner préféré là où la préposée a un si beau sourire pour égayer notre journée…Je chiale aussi parce que les vraies causes sont étouffées prématurément.
Notre monde est aseptisé de tout sentiment humain, comme si déprogrammé, vacciné contre la solidarité sociale et humaine. On s’égare sur un mot dit par une personne publique, on l’accuse de sexisme, de xénophobie, voire de racisme religieux, on ….
Bon ! Je pense que l’image est on ne peut plus claire: notre monde est plus stone que jamais !

Michel ©

L’empathie 2.0


« On peut toujours apprendre ce qu’on ne sait pas,
non ce qu’on croit savoir. »

Gustave Thibon, L’ignorance étoilée. 


On témoigne de l’empathie pour un animal abandonné ou maltraité, alors que l’on semble ignorer le sort de soixante millions de réfugiés à travers le monde (Source: HCR de l’Organisations des Nations Unies).

Pourtant on ne se choque pas de la race ou de la couleur de l’animal en danger, alors que l’on attribue et déverse ressentiments et rejets envers ces personnes réfugiées. Question de couleur, de race ou d’appartenance religieuse, elles paient pour ce qu’elles n’ont pas choisi lors de leur naissance.

Il serait cynique de continuer de décerner des prix Nobel de la paix et autres titres du genre tant qu’il existera une personne qui risque de mourir de faim ou dont la vie serait en danger.

Nous, les humains, oublions parfois (bafouons serait un mot plus juste) les principes humanistes que nous ont inspirés les penseurs de ce monde !

Avoir de l’empathie n’est pas un geste simple tel que de donner un peu de sous en aumône, c’est surtout faire quelque chose immédiatement dans son entourage le plus proche.

Il serait illusoire de penser changer la face du monde, mais un océan est composé d’une myriade de gouttes d’eau, chacune ayant son rôle et son importance.

 

Michel ©

Les nouvelles et les internautes: mode d’emploi


 

 

  • Il ya  ceux qui réagissent, mais ceux qui laissent leurs émotions (sans profondeur) réagir à leur place.
  • Il y a ceux qui osent mais qui se font ramasser par ceux qui ne sont pas d’accord
  • Il y a ceux qui voudraient mais n’osent pas pour ne pas subir le sort des numéros deux !
  • Il ya ceux qui s’en foutent laissant la place aux trois premiers groupes de dessiner l’avenir d’une nation. Mais rassurez-vous ces derniers seront les premiers à hurler que toute solution émanant des autres groupes ne leur convient pas.

 

Ainsi va la vie, on se prend pour un expert en critiquant les agissements d’une personne publique, on critique mais plus est, on lui dit quoi et comment faire.

Sans comprendre le fond d’une situation, on réagit plus qu’on ne le devrait. Faudrait probablement que nos gouvernements instaurent une activité civique: les séances de défouloir, un peu comme le fut à une certaine période de notre histoire le “Speakers’ Corner” ou le coin de l’orateur de Hyde Park au Royaume Uni.(i)
Chacun pourra venir exprimer ses doléances, ses frustrations sachant que du haut de sa petite caisse en bois (Soap Box) il aura son moment de gloire.

Exprimer son opinion n’aura jamais été si désolant au vu de tout ce qui se passe aujourd’hui, il suffit de lire les commentaires des lecteurs, selon la couleur politique du média il va de soi !

Jamais comme de nos jours les personnes se disant posées et ouvertes d’esprit n’auront autant laissé libre-cours à leur vraie nature ! Une nature qu’elles cachaient si bien sous des apparences du fameux politically-correct !

 

Michel ©


(i)  Hyde Park est aussi très connu pour son Speakers’ Corner (« coin de l’orateur »). Ce dernier est situé dans la partie nord-est du parc, près de Marble Arch. Fondé en 1872, c’est un espace de libre expression où tout un chacun peut prendre la parole librement devant l’assistance du moment. (Source: Wikipédia)

Parlons de santé mentale.

00-coffee-lane


  • De quoi souffrez-vous Monsieur ?
  • Je ne souffre pas, par contre je suis autiste, rassurez-vous je ne suis pas contagieux !

C’est une conversation typique que l’on pourrait entendre dans une clinique, un centre hospitalier ou dans son propre salon. Vivre une condition particulière requiert de nos jours une étiquette, un titre, un “tag”.

On se confond en “trentedouze” variantes lexicales pour éviter de dire qu’un tel est dérangé mentalement,, cela ne se dit pas voyons !

Et puis il y a ce besoin pressant de vous guérir de votre “maladie”, heu mais j’ai rien demandé, je veux juste comprendre ce qui se passe. La panoplie des traitements va des antidépresseurs aux séances avec psychologues, de psychiatres éventuellement.

Sur un des réseaux sociaux professionnels auxquels je participe, il est fort courant de voir défiler des articles qui vous prodiguent conseils, recommandations, trucs et astuces pour dépister, comprendre, approfondir, “vivre avec” ou “ne pas vivre avec”, etc. une “maladie”, on est prompt à vous dire ce que c’est et surtout comment faire, ce mode où l’individu est pris pour tel.

Je lisais avec stupeur que certains pays”sortent” les jeunes autistes de l’école, les internent et amènent l’école au lieu de les intégrer à l’école !

Sans ignorer l’existence de vraies maladies en santé mentale, il est déroutant de constater qu’aussitôt que quelqu’un ne “fitte” pas (cadre pas)  on s’empresse de le “classer”, diagnostiquer bien entendu, voyons on est professionnels ou on ne l’est pas. Oui il y a des patients qui souffrent d’affections mentales, ce serait dérisoire de ma part d’ignorer ce volet, mais les autres, les laissés pour compte, ceux que l’on n’arrive pas à diagnostiquer. Prenons les idées reçues sur la dépression, l’autisme des adultes, et bien d’autres situations.

Être différent n’est plus une option viable de nos jours. Répondre aux normes est devenu ce must incontournable faute de quoi il y va de son avancement professionnel, voire social.

J’ai moi-même vécu, et continue de vivre certaines expériences concrètes, tangibles, mesurables, quantifiables. Comment penser selon un schéma différent, aborder une solution de problèmes différemment du modèle enseigné sur les bancs d’écoles. Le système en place se contredit assez souvent. On enseigne aux apprenants que l’atteinte de l’objectif (le résultat) est chose importante, mais on veut aussi que la personne suive obligatoirement un processus de pensée défini d’avance. Si l’un ne va pas sans l’autre, on sanctionne, on examine ou décortique mais on oublie l’énoncé de départ.

Je reviendrai toujours à la source de nos problèmes de ce troisième millénaire: le modèle éducatif qui ne peut plus s’appliquer de manière uniforme à tous. Quelqu’un me disait un jour que l’éducation “à la carte” était chose impossible voire utopique, et pourtant si l’on jalouse tant le modèle d’autres pays (La Finlande par exemple) et bien, les faits sont là !

Vivre en collectivité de nos jours suppose une acceptation de nos différences. Refuser celles-ci implique d’office l’exclusion de celles et de ceux qui ne correspondront pas à cette rythmique imposée.

Si les spécialistes n’osent plus sortir des rangs pour opérer ce changement, il y a de quoi s’inquiéter, car les aiguilles des secondes de l’horloge de notre histoire avancent sans attendre !

Michel ©