Éducation: nous avons un problème !


L’objectif des écoles ne doit pas être de former des« citoyens productifs »pour remplir des cubicules d’entreprise; il devrait être d’inspirer à chaque enfant de trouver une « vocation » qui va changer le monde. 
Clark Aldrich


Lorsqu’il est question d’éducation on accuse le manque de fonds, on critique les politiques ministérielles,  les profs, les syndicats, les commissions scolaires, et si cela ne va pas on se retourne vers les écoliers… On vend des théories sous la forme de tableaux “intelligents” on inverse les classes, on sort dehors pour bouger, mais si cela ne fonctionne pas alors c’est le parti au pouvoir qui est responsable de tout échec ou carence dans le domaine.

Le plus délirant c’est d’envoyer un reporter en Finlande pour nous dire combien le système éducatif de ce pays est (presque) le meilleur du monde occidental. Ce que ce reporter n’a pas, et n’aura probablement jamais, c’est le contexte socio démographique, politique des petits finlandais, de leurs parents, de la finalité de cette “éducation” qui fait tant d’envieux et de jaloux. Si cette formule inspire  plusieurs , elle ne peut être dupliquée, clonée ou imitée sauf si bien entendu l’on décide de changer de modèle politique, social et bien d’autre arguments que je n’ai pas l’intention de déballer dans ce billet.

N’est pas professeur qui le veut en Finlande, c’est l’un des emplois les plus ardus à obtenir. Donc les finlandophones attachez vos tuques !

Certains parents se saignent pour envoyer leurs trésors dans les meilleures écoles et universités de la planète.  L’histoire pourrait ainsi continuer encore et encore.
Dans tout cet état de choses on oublie l’essentiel: l’écolier, l’apprenant, l’étudiant ! On les oublie car on prend pour acquis qu’ils “sont là pour obtenir un diplôme et surtout un bon emploi !” Mais finalement  est-ce d’un emploi dont il est question?

Je ne prendrai pas à la légère de vous répondre que tel est le cas. Ce serait vous inviter dans le processus de la marchandisation de celle-ci.

Je décevrai plus d’une personne qui croirait à cette théorie. Une théorie que je trouve parfois (souvent) saugrenue !

Sans aborder une discussion philosophique ou conceptuelle, la formule est faussée dès le départ. Aller à l’université ne me donnerait accès que très rarement à un bon emploi, un emploi gratifiant accompagné d’un “bon salaire”. À moins de vire dans un pays où les libertés d’expression et de choix ne sont que des utopies.

Certains finissants sont tristes de ne pas être embauchés comme cadres ou directeurs en devenir. Je sais ceci de par mon vécu alors que je contribuais aux entrevues d’embauche… Le non-verbal de certains candidats en disait long sur leur déception…

Après plusieurs années d’enseignement, je pense que notre modèle tel qu’il est fait, ne pourra plus durer longtemps.  Le système essaie de nous apprendre trop tôt ce dont nous aurons besoin plus tard.

On semble mélanger par je ne sais quel phénomène la vie universitaire d’avec la formation professionnelle, une confusion profonde d’idées, comme si l’une remplacerait l’autre … À mon avis, ce type d’erreurs est la cause des inévitables victimes, celles-ci sont nombreuses et se comptent par milliers: les étudiants !

Vous me diriez, alors “il est où le problème ?”
Je pense que la réponse et la solution sont simplissimes: observez ce qui se passe sur les bancs des facultés !

Il y a deux ans environ, j’assistais à la présentation de fin de cycle des étudiants en urbanisme de mon fils. Content et fier de voir le projet de fiston, je croisais aussi certains de ses collègues de projet. C’est le commentaire de l’un d’eux qui me glaçait: “nous savons aujourd’hui, que nous n’allons jamais avoir d’emploi dans notre domaine, tout ce temps perdu pour pas grand chose !”. Et d’ajouter “Si nous avions su nous n’aurions pas suivi ce programme !” Paf et re-paf l’orientation estudiantine ! J’avais dans la bouche un arrière-goût aigre-doux ! Fiston n’a jamais pu trouver un emploi dans son domaine, aujourd’hui, il est dans les assurances !!!

Michel ©

Publicités

L’empathie 2.0


« On peut toujours apprendre ce qu’on ne sait pas,
non ce qu’on croit savoir. »

Gustave Thibon, L’ignorance étoilée. 


On témoigne de l’empathie pour un animal abandonné ou maltraité, alors que l’on semble ignorer le sort de soixante millions de réfugiés à travers le monde (Source: HCR de l’Organisations des Nations Unies).

Pourtant on ne se choque pas de la race ou de la couleur de l’animal en danger, alors que l’on attribue et déverse ressentiments et rejets envers ces personnes réfugiées. Question de couleur, de race ou d’appartenance religieuse, elles paient pour ce qu’elles n’ont pas choisi lors de leur naissance.

Il serait cynique de continuer de décerner des prix Nobel de la paix et autres titres du genre tant qu’il existera une personne qui risque de mourir de faim ou dont la vie serait en danger.

Nous, les humains, oublions parfois (bafouons serait un mot plus juste) les principes humanistes que nous ont inspirés les penseurs de ce monde !

Avoir de l’empathie n’est pas un geste simple tel que de donner un peu de sous en aumône, c’est surtout faire quelque chose immédiatement dans son entourage le plus proche.

Il serait illusoire de penser changer la face du monde, mais un océan est composé d’une myriade de gouttes d’eau, chacune ayant son rôle et son importance.

 

Michel ©

Les nouvelles et les internautes: mode d’emploi


 

 

  • Il ya  ceux qui réagissent, mais ceux qui laissent leurs émotions (sans profondeur) réagir à leur place.
  • Il y a ceux qui osent mais qui se font ramasser par ceux qui ne sont pas d’accord
  • Il y a ceux qui voudraient mais n’osent pas pour ne pas subir le sort des numéros deux !
  • Il ya ceux qui s’en foutent laissant la place aux trois premiers groupes de dessiner l’avenir d’une nation. Mais rassurez-vous ces derniers seront les premiers à hurler que toute solution émanant des autres groupes ne leur convient pas.

 

Ainsi va la vie, on se prend pour un expert en critiquant les agissements d’une personne publique, on critique mais plus est, on lui dit quoi et comment faire.

Sans comprendre le fond d’une situation, on réagit plus qu’on ne le devrait. Faudrait probablement que nos gouvernements instaurent une activité civique: les séances de défouloir, un peu comme le fut à une certaine période de notre histoire le “Speakers’ Corner” ou le coin de l’orateur de Hyde Park au Royaume Uni.(i)
Chacun pourra venir exprimer ses doléances, ses frustrations sachant que du haut de sa petite caisse en bois (Soap Box) il aura son moment de gloire.

Exprimer son opinion n’aura jamais été si désolant au vu de tout ce qui se passe aujourd’hui, il suffit de lire les commentaires des lecteurs, selon la couleur politique du média il va de soi !

Jamais comme de nos jours les personnes se disant posées et ouvertes d’esprit n’auront autant laissé libre-cours à leur vraie nature ! Une nature qu’elles cachaient si bien sous des apparences du fameux politically-correct !

 

Michel ©


(i)  Hyde Park est aussi très connu pour son Speakers’ Corner (« coin de l’orateur »). Ce dernier est situé dans la partie nord-est du parc, près de Marble Arch. Fondé en 1872, c’est un espace de libre expression où tout un chacun peut prendre la parole librement devant l’assistance du moment. (Source: Wikipédia)

Les V.I.P.


Les V.I.P (Very Important Persons)
Certaines personnes estiment, souvent à tort, que leur notoriété publique leur donne le droit d’un billet VIP en tout temps, en toute circonstance en dépit des obligations et des responsabilités qui leur incombent.
Elles ont souvent cette attitude arrogante et détachée de ne jamais s ‘en faire pour ce qui se passe autour d’elles, se croyant à l’abri de toute responsabilité envers le droit public mais aussi envers celle de leur popularité.
Elles ne sont pas nécessairement politiciennes, ou chefs d’entreprises, mais aussi dans les domaines des arts, de la science, du sport, et plus…
Elles oublient qu’il se trouvera toujours quelqu’un qui ira éplucher leur vie et sortira quelque chose, un simple détail qui pourrait entacher l’image qu’on se fait d’elles.
Il est fort heureux que dans un régime d’état de droit, un jour ou l’autre, ces “oublis” feront inévitablement surface ! En fait ce jour serait la date de péremtpion de leur abonnement V.I.P.
Michel ©

Les vraies causes.

00-people3


 

Si nous mettions autant d’ardeur à défendre de vraies causes au lieu de glorifier les dirigeants, qui nous oublient, une fois rentrés chez eux, nous vivrions dans un bien meilleur monde.

Par ces temps troubles de notre histoire, nous oublions notre passé. Nous n’apprenons pas des leçons ou des enseignements, nous laissons à nos émotions éphémères le soin de gérer nos actes. C’est alors que les passions se déchaînent. Qui n’est pas de notre avis devient un opposant que nous nous appliquons à détruire simplement pour imposer notre vision. Une vision qui n’est pas nécessairement la nôtre, mais celle d’un politicien opportuniste en manque de pouvoir. Plus royaliste que le roi, nous le sommes !

Le populisme est devenu le standard par lequel les politiciens se plaisent pour enflammer de fausses passions.

Le manque de raisonnement souffre de l’endormissement des foules par l’entremise d’illusions prouvées servies au quotidien grâce aux médias. On s’assure que vous soyez suffisamment endettés pour que vous soyez pris dans ce tourbillon d’anxiété, celui de payer vos factures indéfiniment.

AInsi va la vie, une succession de cycles au cours desquels vous êtes sollicités sans répit, pour acheter, prendre une pause et acheter encore plus. Entre les épisodes des scènes bouffonnes, se faufilent les agissements de nos dirigeants.

Il est triste de constater, peu importe la société dans laquelle nous vivons, que notre dénuement humain n’a pas changé depuis l’histoire des temps. Ce ne sont que les moyens qui se sont plutôt améliorés.

 

Michel ©

Vivre le rejet !

00Man3


Je suis reconnaissant à tous ceux qui m’ont dit NON.
C’est à cause d’eux que je suis moi-même.
Albert Einstein


Peut-on être reconnaissant envers les personnes qui, sans crier gare, nous rejettent ?

J’avoue que la réflexion d’Einstein m’apparaît être tout un défi.

Il m’est arrivé au cours de mon existence de vivre de tels moments, sans nécessairement les  comprendre. Mais y avait-il quelque chose à comprendre ?

Sur le vif, j’avoue que cela m’avait blessé, surtout quand cela arrivait à l’improviste, sans que je puisse voir venir ce geste de la part de gens que je croyais suffisamment sincères.

Si certains se sentiront blessés, ou d’autres insultés, il y aura toujours cette question restée sans réponse en soi: : Pourquoi ?

Je ne pense pas que le rejet est dû à notre mode de vie actuel, les technologies n’y seraient pas en cause, le rejet se vit depuis que les personnes vivent ensemble, ou du moins essaient de vivre ensemble.

Un étranger qui se pointe dans une communauté, une personne qui n’est pas de la même race ou qui n’a pas les mêmes croyances religieuses, politiques voire simplement humaines.

Le rejet est, du moins pour moi, plus une attitude égocentrique qu’une conséquence de cause à effet. La peur de s’impliquer, la crainte de devoir donner une part de soi, de son temps, de sa disponibilité.

Un peu comme ceux qui devant leur poste de télé le soir, approuvent les bonnes causes humaines, s’indignent de l’injustice prévalant de nos jours, mais qui remettent leurs masques le jour et ignorent un mendiant qui semble vraiment avoir faim, ou la personne âgée que l’on laisse debout alors qu’on pourrait lui céder sa place dans le métro, avouons que les exemples ne manquent pas, ces derniers parlent d’une manière ou d’une autre de rejet.

J’aimerai bien vous croire cher Monsieur Einstein et faire cet acte de foi en vos mots, remercier celles et ceux qui m’ont dit NON !

À suivre …

Michel ©

 

Pourquoi écrire ?

AA Web.png


Le plaisir est une herbe folle qui pousse entre les pierres. Le bonheur est un lac très calme qui brille sous le soleil. La joie est une tempête qui tombe du ciel pour nous élever vers lui. Le plaisir est un instant qui passe, il nous excite. Le bonheur est un état qui s’efforce de durer, il nous apaise. La joie est une grâce venue d’ailleurs, Elle éclaire. Elle nous transporte. Elle nous ravit au-dessus de nous mêmes.
Jean D’Ormesson (Guide des égarés)

“Pourquoi écrire ?”, c’est la question que je me pose lorsque l’envie d’écrire se trouve au rendez-vous. Serait-ce pour amuser, entretenir mes lecteurs en leur apportant un certain répit, ou leur dire ces choses qu’ils n’ont plus le temps de voir ? J’avoue n’avoir pas trouvé de réponse claire jusqu’ici.
Il y a moins d’une semaine, j’ai commencé la lecture d’un de mes cadeaux de Noël, merci les kids : “Guide des égarés” de Jean D’ormesson.
Je suis tombé sous le charme de ce court essai (125 pages) dans lequel l’auteur m’a emmené au fil de ses courtes conversations vers ces rivages et ces questions que chaque âge de nos vies se fait un plaisir de nous faire poser. J’ai aimé partager avec vous la citation que j’ai choisie en début d’article qui illustre en grande partie, cette réponse, du moins la mienne.
Que de livres sont publiés, certains avec un bandeau rouge, d’autres avec le label “Coup de coeur”, selon l’éditeur qui en fait la promotion à grande échelle, mais il y a aussi les anonymes, les inconnus.
Tous sont pareils; ils s’adressent au public, peu importe l’auteur et sa notoriété. Peut-on dire alors qu’aucun livre n’a besoin de rester dans l’ombre ?
Pourquoi écrire ?
Montrer notre connaissance linguistique, parfois épater la galerie en usant de termes riches, beaux mais combien complexes des fois ?
Parler de thèmes si chers aux yeux du public selon son propre regard. Nous leur parlons de plaisir, or ce dernier semble être devenu la question la plus commercialisée de nos jours : le sexe. On emprunte aux fondements d’un héritage religieux, moral ou philosophique pour parler du bonheur ou de la joie.
Bien que cela ne soit pas faux, il nous manque parfois ce petit détail: parler aux lecteurs, les intéresser, les séduire, les toucher au plus profond de leurs émotions certes, mais leur parler voilà tout le secret.
Si le propre de l’auteur est d’atteindre le plus grand public, il lui incombe aussi de s’adresser à ses lecteurs, qui seraient eux aussi en droit d’en “avoir pour leur argent”. Avoir quoi ? Une petite part de plaisir, de bonheur et de joie selon le regard de l’auteur, du moins c’est ma définition personnelle.
Lire un auteur complexe n’est pas une nécessité, lire un texte où la grandiloquence lexicale domine sur ce que l’on dit n’est pas non plus un besoin. On connaît bien le sort que l’on fait à ce genre d’ouvrage.
Pourquoi écrire, surtout si nous avons le don de la plume ? Laissons-la parler du bonheur, de la joie et du plaisir , le monde en a tant besoin. Écrire c’est exister aussi sans trop de prétentions dans le coeur des lecteurs qui chériront et garderons un livre le plus longtemps possible.
N’est-ce pas le rêve de tout auteur ? L’éternité !
Michel ©