Le monde est vraiment stone © !


Mon coup de gueule du mercredi !
Dimanche passé je me suis gâté d’écouter pour la je-ne sais-quelle-fois, l’opéra rock Starmania© . La chanson “Le monde est stone” m’a interpelé, parce qu’elle venait à propos avec tout ce qui se passe de nos jours. Entre 1979 et aujourd’hui le monde ne se porte pas mieux !

Les cataclysmes planétaires ont ceci de particulier, que l’on soit à Paris, à Rio ou Mexico, un tremblement de terre restera toujours un tremblement de terre. Ce qui déçoit c’est l’insolente inconscience des médias d’informations qui filtrent et dosent entre une première nouvelle et un fait divers les pertes en vies humaines selon l’audimat, n’oublions pas les internautes des réseaux sociaux.

On a vu des patrons d’entreprises mondiales quitter leur poste parce qu’en désaccord avec leur CA, des premiers ministres aussi… Mais combien de médias ont osé le courage de dénoncer lorsque “cela ne va pas !”…
Tout le monde veut conserver son chèque de paie.

Nous sommes tous responsables d’une manière ou d’une autre. Responsable de ne pas parler, de ne pas dénoncer, de ne pas porter sur la scène publique autre chose que les derniers gadgets que l’on s’est acheté, les derniers meubles ou la dernière robe que l’on affirme être un modèle unique…

Mais pourquoi est-ce que je chiale de bon matin ? Simplement parce que lorsqu’une porte claque trop fort dans une ville, les réseaux sociaux (les membres) s’éveillent, et s’emballent avec leurs cohortes de pleureurs et pleureuses qui se lamentent, si, si, je vous assure que l’on pourrait même percevoir des larmes je vous jure, des fois que l’on accuserait le parti politique au pouvoir d’être responsable des malheurs du monde, question d’évacuer le négatif, mais après, on oubliera, puis on ira au Starbuck’s © du coin ou chez Tim Horton © commander son petit-déjeuner préféré là où la préposée a un si beau sourire pour égayer notre journée…Je chiale aussi parce que les vraies causes sont étouffées prématurément.
Notre monde est aseptisé de tout sentiment humain, comme si déprogrammé, vacciné contre la solidarité sociale et humaine. On s’égare sur un mot dit par une personne publique, on l’accuse de sexisme, de xénophobie, voire de racisme religieux, on ….
Bon ! Je pense que l’image est on ne peut plus claire: notre monde est plus stone que jamais !

Michel ©

Publicités

Nous sommes tous des migrants !


Depuis quelques jours le quotidien La Presse a fait paraître certains articles à propos des demandeurs d’asiles Haïtiens venant ici au Québec.
Bien que ces articles soient très bien intentionnés (on ne pourrait en daouter), il y a par contre, ce que j’estime être un conflit entre les règles fondamentales de l’orthographe et le style qui, à mon humble avis, provoque et induit certains commentaires (oui je les ai tous lus ces commentaires, juste pour prouver ma théorie simpliste…. La journaliste avait visé juste: faire réagir le lecteur d’ici !)

N’est pas journaliste celle ou celui qui fait un “sans fautes de frappe” ou quelqu’un qui a des idées, ou qui devrait répondre aux lignes éditoriales décidées par la direction de son quotidien. Écrire via les réseaux de l’information est un pouvoir, celui d’informer mais aussi de faire réagir les lecteurs. Il est fort possible d’anticiper une réaction face à une nouvelle donnée juste en employant les mots qu’il faut.

J’avoue que je me suis fait prendre moi aussi face à une telle démonstration parfois teintée de sophisme inconscient (je l’espère).
Vous me diriez que c’est l’audimat, les ventes, les ratios, les statistiques, mais on ne dira jamais assez sur les conséquences des émotions provoquées…
L’article en question parlait de la réaction de certaines organisations et de certains particuliers, quant aux modalités qu’utilisent les organismes officiels envers les demandeurs d’asiles. Si je m’étais arrêté au texte tel quel, j’aurais eu la même réaction que les 120 et quelques commentaires qui allaient tous (ou à de très rares exceptions) vers une réaction clairement négative envers ces personnes.
Oui la sacro-sainte liberté d’expression , oui notre “État de droit” ou notre démocratie, oui sur toute la ligne. Mais non sur l’induction parfois sournoise de réactions anticipées.
Plus on maîtrise une langue plus on en découvre son pouvoir et les outils pour en user (abuser), j’en sais quelque chose j’écris moi-même et je sais combien le choix de certaines expressions peut faire sourire, pleurer ou réfléchir mes lecteurs.
La tentation est forte d’user d’un tel procédé, nous en savons quelque chose lorsqu’un dirigeant politique ou un officiel se met sur la tribune publique et commence. à parler.
SI nous critiquons nos politiciens parce que nous les pensons peu ou pas assez crédibles, les médias d’informations ne devraient pas tomber dans cet illusoire désir de nous mener en bateau !
Quelqu’un me dirait “mais alors, c’est quoi le rapport avec le titre de cet article ?” et bien voilà ! Tout se trouvait quant au choix du titre et l’image que l’on souhaite mettre dans l’esprit du lecteur. N’est-ce pas le cas de ce que font plusieurs journaux chaque jour ? 🙂

Michel ©

À papa !


Le 18 juin, c’est la fête des pères, la tienne aussi même si tu as quitté cette vie un peu trop vite à mon goût. Tu sais papa ? Je n’attends pas chaque fois le 18 juin pour t’écrire un petit mot. Nous nous parlons 364 jours qui précèdent cette fête afin de nous dire l’essentiel, qui se passe de tout petit détail.

Le monde a bien changé depuis que tu es parti, le monde n’est plus ce qu’il était. Tu savais qu’un jour je serai à mon tour papa et grand-papa. Oui la vie m’a donné d’avoir quatre merveilleux enfants, mes “Magnificent Four” comme j’aime les appeler. Mes trois princesses et fiston. Rassures-toi il est en de bonnes mains entouré de ses soeurs, choyé et gâté. Je sais qu’il me fera les yeux tous ronds en lisant ces mots, mais bon les garçons uniques le seront toujours.
Oui, papa, je suis grand papa, jeddo pour certains, papi pour d’autres, mais heureux au coeur de gamin comme jamais je ne pouvais rêver de l’être.

Je ne t’en veux pas de m’avoir quitté trop tôt, ce n’est jamais le temps de partir, mais peut-on reprocher à la vie ces départs pour lesquels nous n’avons aucun contrôle ?

Ah oui, je n’oublie pas, les petits-enfants. Devine combien ? Tu ne trouves pas ? Je vais t’aider: moins que sept mais plus que cinq. Oui tu as bien deviné, ils sont six… Oui toute une petite tribu tu me diras, il y a l’aînée qui vient de fêter ses 13 ans, une merveilleuse petite adolescente, et la toute dernière dont nous fêterons le premier anniversaire demain le jour de ta fête.

Mes enfants me disent souvent combien ils auraient aimés te connaître, ils n’oublient pas de me dire que tu devais être quelqu’un de différent, tes blagues, ton humour et le don que tu avais de nous raconter tes histoires, des fois impensables, mais toujours plaisantes à écouter. La preuve je m’en souviens depuis.

Il m’est souvent arrivé de t’appeler à mon secours, durant ces moments où je ne savais plus comment faire, quelle décision prendre, et puis tu sais ? Notre famille a fait du chemin. Depuis notre premier départ, ma famille a vu du pays et des continents, il y à un peu moins de trente ans nous quittions le Liban (oui encore un départ), nous avons transité en Europe, en Grèce au pays de mémé Marie, pour ensuite nous diriger vers le Canada, nous y sommes depuis.

Nous allons tous bien papa, rassures-toi, les enfants ont pris leur envol et s’installent chacun selon ses attentes de la vie. Je suis revenu au pays des cèdres, ce pays que tu aimais tant. J’y vais passer du temps avec maman et Camille mon frère.

J’ai dernièrement publié mon premier roman, des chroniques quant à mon retour 30 ans plus tard. Les choses n’ont pas vraiment changé depuis que tu es parti. Abraham a toujours son commerce au bas de l’immeuble, Assaad le coiffeur a pris un coup de vieux mais “check ça” Georges ton coiffeur, celui qui me faisait souffrir le martyr  avec la tondeuse manuelle en m’arrachant les cheveux, et bien il y est encore ! Je ne crois pas qu’il m’ait reconnu. Plein de petits commerces existent encore, la même couche de poussière, les mêmes longues années malgré le temps et ses moments difficiles.

Aujourd’hui je me trouvais dans un centre commercial, il y avait un îlot de cerfs-volants. Que de souvenirs j’ai pu revivre, d’imaginer ces oiseaux de couleurs s’envoler… Te souviens-ti lorsque tu m’emmenais sur la terrasse de notre maison et que tu  m’apprenais comment le faire voler, tenir la ficelle, le relancer, passer des moments uniques. Il faut dire que tu avais le don de les bricoler toi-même ces oiseaux du ciel, du papier journal, des roseaux, de la colle et du temps, un temps que le monde d’aujourd’hui prétend ne plus avoir.

N’oublies pas de me donner ton adresse pour que je t’envoie une copie de mon roman. Je travaille sur le second, je te donnerai des nouvelles aussitôt qu’il sortira en librairie.

Voilà mon cher Papa, j’aurais tant aimé pouvoir prendre une feuille du plus beau papier et avec ma plume t’écrire ce mot. Je n’oublierai jamais combien tu aimais écrire comme on n’écrit plus de nos jours, toujours fidèle à ton stylo à encre, la couleur noire, le papier buvard…

À bientôt,

Bonne fête des pères Papa.

Ton fils qui n’a cessé de t’aimer du premier jour, comme au dernier jour.   

Michel ©

Avons-nous besoin de tant d’experts ?


Avons-nous besoin de tant d’experts ?

 

Une porte claque aux îles Galapagos. On amène une panoplie d’experts sur les chaînes d’informations qui vont se pencher sur la question le plus religieusement du monde, se perdre en conjectures et nous sortir des non-réponses plus circonspectes que jamais.

Si un robinet fuit sur une place publique d’une grande ville, on dépêche aussitôt envoyé spécial sur envoyé spécial pour couvrir l’événement.

Le drame (comique et désopilant) se joue entre le ou la chef d’antenne et l’envoyé spécial.

  • Alors Untel dites-nous quelle est la situation sur le terrain
  • Et bien voilà le robinet fuyait, l’eau coulait,la municipalité a fait appel aux autorités compétentes. Une enquête aura lieu
  • Oui, mais comment réagissent les citoyens de la place
  • Effectivement (remarquez le “effectivement”)  ils se posent plusieurs questions et ne savent pas à quoi s’en tenir
  • Oui, mais pourriez-vous nous dire comment se sentent les citoyens de la ville, ce qu’ils éprouvent…
  • … (Un moment de silence, l’instant est solennel, l’envoyé spécial doit se demander “mais c’est quoi le rapport entre un robinet qui fuyait et le ressenti des habitants de la ville”)
  • Voilà mesdames, messieurs c’était notre envoyé spécial et expert sur le terrain

Mais minute l’histoire ne se termine pas là, car au moment des “primes” (Heure de grande, très grande écoute) on nous sert un “Spécial”, un melting-pot de deux ou trois experts que l’on a pu rejoindre dans différentes capitales du monde, l’heure est grave, le moment important… Tour de table, parfois le décalage entre les capitales ajoute du punch à l’événement, nous y voici.

Nos experts se suivent et se ressemblent presque tous. Le profil, le regard, les mots, l’habillement et la touche finale de la maquilleuse. La voix est posée, il faut hausser le volume, certains parlent si bas qu’il faut faire silence dans son salon, d’autres ont le débit verbal digne d’une finale du 100 mètres de vitesse, si vous osez mettre les sous-titres c’est hilarant, le robot de traduction vous invente de nouveaux mots, certains sympas, d’autres gros (hein les gros mots !!!) mais l’expert a parlé.

Le journal du soir est consacré en grande partie sur l’affaire du robinet, et puis un “Flash de dernière minute” l’affaire est réglée. L’envoyé spécial surgit sur nos écrans, le chef d’antenne interrompt les experts, mais une pub de 15 secondes aura eu le temps de passer:

  • ALors dites-nous ce qui se passe …
  • Effectivement ! (Encore!!! Lui et son “effectivement”) un dénouement inattendu. Un enfant qui regardait la scène, s’est approché du robinet qui fuyait, à tout simplement tourné la manette, ce qui a fait que l’eau s’est arrêtée de couler ! (Il leur faut parfois plus de mots que ne contiendrait un roman, tant l’émotion est profonde ! Je fais de l’ironie, mais vous aurez deviné !)
  • Fantastique ! Mais les gens du village qu’ont-ils ressenti quand l’eau s’est arrêtée de couler ?

Je pourrais vous saouler pendant des pages au sujet des experts, des envoyés spéciaux et de la qualité linguistique des contenus auxquels nous avons droit chaque jour, de chaque semaine, vingt quatre heures sur vingt quatre et sept jours sur sept…

Deux spots publicitaires plus loin, de retour au panel des experts, on boucle la séquence, on les remercie, finalement, ils n’ont pas dit grand chose, c’est le petit enfant qui est fautif, il a tourné la manette du robinet… (Cela me fait penser à la chanson de Gilbert Bécaud: L’orange du marchand !)

Je me demande souvent si nous avons vraiment besoin de tant d’expertise dans notre quotidien, mais oui certainement, car face à l’ennui débilitant des publicités, nos experts nous amusent juste assez en attendant la prochaine émission !   

Michel ©

Les vraies causes.

00-people3


 

Si nous mettions autant d’ardeur à défendre de vraies causes au lieu de glorifier les dirigeants, qui nous oublient, une fois rentrés chez eux, nous vivrions dans un bien meilleur monde.

Par ces temps troubles de notre histoire, nous oublions notre passé. Nous n’apprenons pas des leçons ou des enseignements, nous laissons à nos émotions éphémères le soin de gérer nos actes. C’est alors que les passions se déchaînent. Qui n’est pas de notre avis devient un opposant que nous nous appliquons à détruire simplement pour imposer notre vision. Une vision qui n’est pas nécessairement la nôtre, mais celle d’un politicien opportuniste en manque de pouvoir. Plus royaliste que le roi, nous le sommes !

Le populisme est devenu le standard par lequel les politiciens se plaisent pour enflammer de fausses passions.

Le manque de raisonnement souffre de l’endormissement des foules par l’entremise d’illusions prouvées servies au quotidien grâce aux médias. On s’assure que vous soyez suffisamment endettés pour que vous soyez pris dans ce tourbillon d’anxiété, celui de payer vos factures indéfiniment.

AInsi va la vie, une succession de cycles au cours desquels vous êtes sollicités sans répit, pour acheter, prendre une pause et acheter encore plus. Entre les épisodes des scènes bouffonnes, se faufilent les agissements de nos dirigeants.

Il est triste de constater, peu importe la société dans laquelle nous vivons, que notre dénuement humain n’a pas changé depuis l’histoire des temps. Ce ne sont que les moyens qui se sont plutôt améliorés.

 

Michel ©

Éducation, mode d’emploi.

000-education_mode-demploi


«L’objectif des écoles ne doit pas être de former des« citoyens productifs »pour remplir des cubicules d’entreprise; il devrait être d’inspirer à chaque enfant de trouver une « vocation » qui va changer le monde.  »

Clark Aldrich


Une école publique du primaire dont certaines classes n’ont aucune fenêtre à la lumière du jour est presque un fait divers qui mérite 52 secondes aux nouvelles du matin. Si un parent s’en plaint, on risque de le regarder comme un empêcheur de tourner en rond. La responsable des études s’étale en raisons justificatives pour un peu plus de 52 secondes sur la même chaîne !

Il y aura toujours des personnes qui pensent que ce papa ou cette maman devraient être reconnaissants que leur enfant puisse “de nos jours” aller à l’école!
Et bien, c’est la mauvaise réponse !

Lorsque certains experts, en manque d’innovation créative (mais surtout d’imagination pédagogique) , nous sortent, toujours sur cette même chaîne, par contre pour plus de 52 secondes, qu’enseigner les finances et l’économie dans les classes primaires est une bonne chose, de plus l’entrevue des écoliers et les commentaires de la spécialistes qui vante les bienfaits de cette matière, et bien sincèrement mesdames, messieurs c’est toujours la mauvaise réponse !
(Il fallait voir ces petits réciter des principes en comportement responsable que bien d’adultes auraient de la misère à mettre en application. Tout était bien fait, bien huilé, de jeunes enfants qui parlaient de dettes, d’économies, d’emplois, mais savaient-ils ce qu’était une ferme, une vraie forêt, etc. ?

Et si l’on demandait aux jeunes écoliers le pourqui d’aller à l’école ? Je gagerais que la réponse, aujourd’hui, serait fort confuse, mais où le mot emploi reviendrait souvent. Combien vous dirons en répétant les mots de papa, de maman ou ceux de la maîtresse d’école que c’est pour:
“Apprendre, réussir, obtenir un diplôme pour trouver un emploi !”

Non je vous assure que ceci n’est pas de la musique à mes oreilles: encore une fois, mauvaise réponse !

Chers parents, demandez aux enseignants ce qu’est la raison d’être pour vos enfants d’aller à l’école. Si vous entendez un professeur vous parler de découvertes, de merveilleux, de fun et d’émerveillement, alors je vous conseille de lui souhaiter longue vie et bonne santé, ils deviennent une race en voie d’extinction.

Les faits que je viens de partager, sont tirés de reportages, d’articles ayant paru récemment (la semaine passée) dans certains médias Canadiens et Montréalais.

Vous ne pensez pas qu’il serait plus que grand temps de réécrire le mode d’emploi de l’éducation ?

Michel ©   

Pourquoi écrire ?

AA Web.png


Le plaisir est une herbe folle qui pousse entre les pierres. Le bonheur est un lac très calme qui brille sous le soleil. La joie est une tempête qui tombe du ciel pour nous élever vers lui. Le plaisir est un instant qui passe, il nous excite. Le bonheur est un état qui s’efforce de durer, il nous apaise. La joie est une grâce venue d’ailleurs, Elle éclaire. Elle nous transporte. Elle nous ravit au-dessus de nous mêmes.
Jean D’Ormesson (Guide des égarés)

“Pourquoi écrire ?”, c’est la question que je me pose lorsque l’envie d’écrire se trouve au rendez-vous. Serait-ce pour amuser, entretenir mes lecteurs en leur apportant un certain répit, ou leur dire ces choses qu’ils n’ont plus le temps de voir ? J’avoue n’avoir pas trouvé de réponse claire jusqu’ici.
Il y a moins d’une semaine, j’ai commencé la lecture d’un de mes cadeaux de Noël, merci les kids : “Guide des égarés” de Jean D’ormesson.
Je suis tombé sous le charme de ce court essai (125 pages) dans lequel l’auteur m’a emmené au fil de ses courtes conversations vers ces rivages et ces questions que chaque âge de nos vies se fait un plaisir de nous faire poser. J’ai aimé partager avec vous la citation que j’ai choisie en début d’article qui illustre en grande partie, cette réponse, du moins la mienne.
Que de livres sont publiés, certains avec un bandeau rouge, d’autres avec le label “Coup de coeur”, selon l’éditeur qui en fait la promotion à grande échelle, mais il y a aussi les anonymes, les inconnus.
Tous sont pareils; ils s’adressent au public, peu importe l’auteur et sa notoriété. Peut-on dire alors qu’aucun livre n’a besoin de rester dans l’ombre ?
Pourquoi écrire ?
Montrer notre connaissance linguistique, parfois épater la galerie en usant de termes riches, beaux mais combien complexes des fois ?
Parler de thèmes si chers aux yeux du public selon son propre regard. Nous leur parlons de plaisir, or ce dernier semble être devenu la question la plus commercialisée de nos jours : le sexe. On emprunte aux fondements d’un héritage religieux, moral ou philosophique pour parler du bonheur ou de la joie.
Bien que cela ne soit pas faux, il nous manque parfois ce petit détail: parler aux lecteurs, les intéresser, les séduire, les toucher au plus profond de leurs émotions certes, mais leur parler voilà tout le secret.
Si le propre de l’auteur est d’atteindre le plus grand public, il lui incombe aussi de s’adresser à ses lecteurs, qui seraient eux aussi en droit d’en “avoir pour leur argent”. Avoir quoi ? Une petite part de plaisir, de bonheur et de joie selon le regard de l’auteur, du moins c’est ma définition personnelle.
Lire un auteur complexe n’est pas une nécessité, lire un texte où la grandiloquence lexicale domine sur ce que l’on dit n’est pas non plus un besoin. On connaît bien le sort que l’on fait à ce genre d’ouvrage.
Pourquoi écrire, surtout si nous avons le don de la plume ? Laissons-la parler du bonheur, de la joie et du plaisir , le monde en a tant besoin. Écrire c’est exister aussi sans trop de prétentions dans le coeur des lecteurs qui chériront et garderons un livre le plus longtemps possible.
N’est-ce pas le rêve de tout auteur ? L’éternité !
Michel ©