À papa !


Le 18 juin, c’est la fête des pères, la tienne aussi même si tu as quitté cette vie un peu trop vite à mon goût. Tu sais papa ? Je n’attends pas chaque fois le 18 juin pour t’écrire un petit mot. Nous nous parlons 364 jours qui précèdent cette fête afin de nous dire l’essentiel, qui se passe de tout petit détail.

Le monde a bien changé depuis que tu es parti, le monde n’est plus ce qu’il était. Tu savais qu’un jour je serai à mon tour papa et grand-papa. Oui la vie m’a donné d’avoir quatre merveilleux enfants, mes “Magnificent Four” comme j’aime les appeler. Mes trois princesses et fiston. Rassures-toi il est en de bonnes mains entouré de ses soeurs, choyé et gâté. Je sais qu’il me fera les yeux tous ronds en lisant ces mots, mais bon les garçons uniques le seront toujours.
Oui, papa, je suis grand papa, jeddo pour certains, papi pour d’autres, mais heureux au coeur de gamin comme jamais je ne pouvais rêver de l’être.

Je ne t’en veux pas de m’avoir quitté trop tôt, ce n’est jamais le temps de partir, mais peut-on reprocher à la vie ces départs pour lesquels nous n’avons aucun contrôle ?

Ah oui, je n’oublie pas, les petits-enfants. Devine combien ? Tu ne trouves pas ? Je vais t’aider: moins que sept mais plus que cinq. Oui tu as bien deviné, ils sont six… Oui toute une petite tribu tu me diras, il y a l’aînée qui vient de fêter ses 13 ans, une merveilleuse petite adolescente, et la toute dernière dont nous fêterons le premier anniversaire demain le jour de ta fête.

Mes enfants me disent souvent combien ils auraient aimés te connaître, ils n’oublient pas de me dire que tu devais être quelqu’un de différent, tes blagues, ton humour et le don que tu avais de nous raconter tes histoires, des fois impensables, mais toujours plaisantes à écouter. La preuve je m’en souviens depuis.

Il m’est souvent arrivé de t’appeler à mon secours, durant ces moments où je ne savais plus comment faire, quelle décision prendre, et puis tu sais ? Notre famille a fait du chemin. Depuis notre premier départ, ma famille a vu du pays et des continents, il y à un peu moins de trente ans nous quittions le Liban (oui encore un départ), nous avons transité en Europe, en Grèce au pays de mémé Marie, pour ensuite nous diriger vers le Canada, nous y sommes depuis.

Nous allons tous bien papa, rassures-toi, les enfants ont pris leur envol et s’installent chacun selon ses attentes de la vie. Je suis revenu au pays des cèdres, ce pays que tu aimais tant. J’y vais passer du temps avec maman et Camille mon frère.

J’ai dernièrement publié mon premier roman, des chroniques quant à mon retour 30 ans plus tard. Les choses n’ont pas vraiment changé depuis que tu es parti. Abraham a toujours son commerce au bas de l’immeuble, Assaad le coiffeur a pris un coup de vieux mais “check ça” Georges ton coiffeur, celui qui me faisait souffrir le martyr  avec la tondeuse manuelle en m’arrachant les cheveux, et bien il y est encore ! Je ne crois pas qu’il m’ait reconnu. Plein de petits commerces existent encore, la même couche de poussière, les mêmes longues années malgré le temps et ses moments difficiles.

Aujourd’hui je me trouvais dans un centre commercial, il y avait un îlot de cerfs-volants. Que de souvenirs j’ai pu revivre, d’imaginer ces oiseaux de couleurs s’envoler… Te souviens-ti lorsque tu m’emmenais sur la terrasse de notre maison et que tu  m’apprenais comment le faire voler, tenir la ficelle, le relancer, passer des moments uniques. Il faut dire que tu avais le don de les bricoler toi-même ces oiseaux du ciel, du papier journal, des roseaux, de la colle et du temps, un temps que le monde d’aujourd’hui prétend ne plus avoir.

N’oublies pas de me donner ton adresse pour que je t’envoie une copie de mon roman. Je travaille sur le second, je te donnerai des nouvelles aussitôt qu’il sortira en librairie.

Voilà mon cher Papa, j’aurais tant aimé pouvoir prendre une feuille du plus beau papier et avec ma plume t’écrire ce mot. Je n’oublierai jamais combien tu aimais écrire comme on n’écrit plus de nos jours, toujours fidèle à ton stylo à encre, la couleur noire, le papier buvard…

À bientôt,

Bonne fête des pères Papa.

Ton fils qui n’a cessé de t’aimer du premier jour, comme au dernier jour.   

Michel ©

Les vraies causes.

00-people3


 

Si nous mettions autant d’ardeur à défendre de vraies causes au lieu de glorifier les dirigeants, qui nous oublient, une fois rentrés chez eux, nous vivrions dans un bien meilleur monde.

Par ces temps troubles de notre histoire, nous oublions notre passé. Nous n’apprenons pas des leçons ou des enseignements, nous laissons à nos émotions éphémères le soin de gérer nos actes. C’est alors que les passions se déchaînent. Qui n’est pas de notre avis devient un opposant que nous nous appliquons à détruire simplement pour imposer notre vision. Une vision qui n’est pas nécessairement la nôtre, mais celle d’un politicien opportuniste en manque de pouvoir. Plus royaliste que le roi, nous le sommes !

Le populisme est devenu le standard par lequel les politiciens se plaisent pour enflammer de fausses passions.

Le manque de raisonnement souffre de l’endormissement des foules par l’entremise d’illusions prouvées servies au quotidien grâce aux médias. On s’assure que vous soyez suffisamment endettés pour que vous soyez pris dans ce tourbillon d’anxiété, celui de payer vos factures indéfiniment.

AInsi va la vie, une succession de cycles au cours desquels vous êtes sollicités sans répit, pour acheter, prendre une pause et acheter encore plus. Entre les épisodes des scènes bouffonnes, se faufilent les agissements de nos dirigeants.

Il est triste de constater, peu importe la société dans laquelle nous vivons, que notre dénuement humain n’a pas changé depuis l’histoire des temps. Ce ne sont que les moyens qui se sont plutôt améliorés.

 

Michel ©

Vivre le rejet !

00Man3


Je suis reconnaissant à tous ceux qui m’ont dit NON.
C’est à cause d’eux que je suis moi-même.
Albert Einstein


Peut-on être reconnaissant envers les personnes qui, sans crier gare, nous rejettent ?

J’avoue que la réflexion d’Einstein m’apparaît être tout un défi.

Il m’est arrivé au cours de mon existence de vivre de tels moments, sans nécessairement les  comprendre. Mais y avait-il quelque chose à comprendre ?

Sur le vif, j’avoue que cela m’avait blessé, surtout quand cela arrivait à l’improviste, sans que je puisse voir venir ce geste de la part de gens que je croyais suffisamment sincères.

Si certains se sentiront blessés, ou d’autres insultés, il y aura toujours cette question restée sans réponse en soi: : Pourquoi ?

Je ne pense pas que le rejet est dû à notre mode de vie actuel, les technologies n’y seraient pas en cause, le rejet se vit depuis que les personnes vivent ensemble, ou du moins essaient de vivre ensemble.

Un étranger qui se pointe dans une communauté, une personne qui n’est pas de la même race ou qui n’a pas les mêmes croyances religieuses, politiques voire simplement humaines.

Le rejet est, du moins pour moi, plus une attitude égocentrique qu’une conséquence de cause à effet. La peur de s’impliquer, la crainte de devoir donner une part de soi, de son temps, de sa disponibilité.

Un peu comme ceux qui devant leur poste de télé le soir, approuvent les bonnes causes humaines, s’indignent de l’injustice prévalant de nos jours, mais qui remettent leurs masques le jour et ignorent un mendiant qui semble vraiment avoir faim, ou la personne âgée que l’on laisse debout alors qu’on pourrait lui céder sa place dans le métro, avouons que les exemples ne manquent pas, ces derniers parlent d’une manière ou d’une autre de rejet.

J’aimerai bien vous croire cher Monsieur Einstein et faire cet acte de foi en vos mots, remercier celles et ceux qui m’ont dit NON !

À suivre …

Michel ©

 

L’amour de la servitude (A.H.)

000-mode-democratique


La dictature parfaite: une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où, grâce la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude.
Aldous Huxley
(Le meilleur des mondes)


Je me demande des fois si l’on ne nous met pas chaque jour certaines substances dans l’air ou dans l’eau que nous consommons. Lesdites substances s’assurant de l’atrophie progressive de l’organe appelé cerveau qui dans des temps normaux (le temps passé) nous permettait de choisir librement, d’être capable de discernement, de comprendre ou simplement comprendre sans aucune influence ces choses qui se passent autour de nous.

Nous sommes constamment poussés dans le dos, un peu comme dans les métros de Tokyo, nous sommes entraînés à l’activité par excellence: ne plus penser, ne plus réfléchir et bien entendu ne plus choisir.

Nous prenons les pseudo-vérités pour des faits, parce que nous avons perdu la volonté de prendre position, et si l’on risque de le faire les publicités de la méga-consommation boulimique sont là pour vous surendetter, question de vous divertir des questions essentielles, mais rassurez-vous, le peuple sera toujours pris en otage.

Sur les chaînes nationales on nous rabâche les oreilles pour une bourde linguistique que notre premier ministre a faite, on s’attend qu’il fasse amende honorable devant tout le monde, les associations des professionnels de la santé ici chez moi au Québec boycottent le ministre de la santé (heu mais les soins que vous êtes supposé fournir on en fait quoi ? SI vous dépensiez votre énergie à mieux faire votre travail et régler en silence vos problèmes), les gens de lois, les syndicats, bref vous le citoyen serez toujours le dindon de la farce que vous soyez aimé ou pas, “on a besoin de vous” en tous temps.

Lorsque les médias de l’information s’y mettent nous assistons è du grand art, bourrage et débourrage de crâne avec en prime des journalistes qui se sentent la mission d’analyser un fait dont nous n’aurions besoin que de l’énoncé.

Certains me font penser à ces animateurs de match de hockey, qui dans le feu de l’action, nous racontent des histoires sur les joueurs, les détails de leur vie privée, bref de quoi meubler le temps, car commenter un match de hockey c’est “long en titi “

Hier midi j’ai eu droit au maire de ma ville qui m’a servi une leçon sur la puissance  en luminosité des lampes d’éclairage extérieur et la différence entre les lampes dites LED et l’éclairage conventionnel (4000 et 3000 Kelvin), mais quand il était question de parler de la douloureuse (la facture) et bien comme par miracle le son de la retransmission avait baissé.

Si la formule que les empereurs romains avaient adopté avait ce quelque chose de bien, du pain et des jeux, nos romains modernes eux nous créent toutes les conditions favorables pour mieux payer nos taxes qui ne font qu’augmenter sans nous fournir des solutions.

On dit toujours que le client est roi dans le commerce du détail, il serait grand temps que ce client, qui sont surtout les citoyens  exercent leur droit premier, celui de se faire rembourser par ces gaspilleurs de taxes qui nous parlent beaucoup trop chaque jour !

Michel ©  

 

Parlons de santé mentale.

00-coffee-lane


  • De quoi souffrez-vous Monsieur ?
  • Je ne souffre pas, par contre je suis autiste, rassurez-vous je ne suis pas contagieux !

C’est une conversation typique que l’on pourrait entendre dans une clinique, un centre hospitalier ou dans son propre salon. Vivre une condition particulière requiert de nos jours une étiquette, un titre, un “tag”.

On se confond en “trentedouze” variantes lexicales pour éviter de dire qu’un tel est dérangé mentalement,, cela ne se dit pas voyons !

Et puis il y a ce besoin pressant de vous guérir de votre “maladie”, heu mais j’ai rien demandé, je veux juste comprendre ce qui se passe. La panoplie des traitements va des antidépresseurs aux séances avec psychologues, de psychiatres éventuellement.

Sur un des réseaux sociaux professionnels auxquels je participe, il est fort courant de voir défiler des articles qui vous prodiguent conseils, recommandations, trucs et astuces pour dépister, comprendre, approfondir, “vivre avec” ou “ne pas vivre avec”, etc. une “maladie”, on est prompt à vous dire ce que c’est et surtout comment faire, ce mode où l’individu est pris pour tel.

Je lisais avec stupeur que certains pays”sortent” les jeunes autistes de l’école, les internent et amènent l’école au lieu de les intégrer à l’école !

Sans ignorer l’existence de vraies maladies en santé mentale, il est déroutant de constater qu’aussitôt que quelqu’un ne “fitte” pas (cadre pas)  on s’empresse de le “classer”, diagnostiquer bien entendu, voyons on est professionnels ou on ne l’est pas. Oui il y a des patients qui souffrent d’affections mentales, ce serait dérisoire de ma part d’ignorer ce volet, mais les autres, les laissés pour compte, ceux que l’on n’arrive pas à diagnostiquer. Prenons les idées reçues sur la dépression, l’autisme des adultes, et bien d’autres situations.

Être différent n’est plus une option viable de nos jours. Répondre aux normes est devenu ce must incontournable faute de quoi il y va de son avancement professionnel, voire social.

J’ai moi-même vécu, et continue de vivre certaines expériences concrètes, tangibles, mesurables, quantifiables. Comment penser selon un schéma différent, aborder une solution de problèmes différemment du modèle enseigné sur les bancs d’écoles. Le système en place se contredit assez souvent. On enseigne aux apprenants que l’atteinte de l’objectif (le résultat) est chose importante, mais on veut aussi que la personne suive obligatoirement un processus de pensée défini d’avance. Si l’un ne va pas sans l’autre, on sanctionne, on examine ou décortique mais on oublie l’énoncé de départ.

Je reviendrai toujours à la source de nos problèmes de ce troisième millénaire: le modèle éducatif qui ne peut plus s’appliquer de manière uniforme à tous. Quelqu’un me disait un jour que l’éducation “à la carte” était chose impossible voire utopique, et pourtant si l’on jalouse tant le modèle d’autres pays (La Finlande par exemple) et bien, les faits sont là !

Vivre en collectivité de nos jours suppose une acceptation de nos différences. Refuser celles-ci implique d’office l’exclusion de celles et de ceux qui ne correspondront pas à cette rythmique imposée.

Si les spécialistes n’osent plus sortir des rangs pour opérer ce changement, il y a de quoi s’inquiéter, car les aiguilles des secondes de l’horloge de notre histoire avancent sans attendre !

Michel ©  

Les délits d’ignorance.

2016-23-12-12-58-43


Je ne savais pas !


Et bien d’autres expressions que la plupart des gens diront alors que surviennent des événements qui auraient pu être évités moyennant une certaine diligence et un peu d’implication dans leur quotidien.

Je trouvais ironique cette réaction qu’avaient les gens de mon entourage lorsqu’une personne de leurs connaissances souffrait d’un problème, surtout en santé mentale. “Je ne l’avais pas vu venir!” Mais oui bien sûr que l’on ne l’avait pas vu venir dans un monde où avouer et partager un souci ou un état d’âme est devenu signe de faiblesse, signe de “diminution sociale”, comment voir ceci venir si l’on ne se donne pas le temps de s’informer ?

Les gens qui parlent dérangent, on s’éloigne d’eux pour maintes raisons, une belle excuse pour ensuite dire “Je ne le savais pas !”

Il semble tellement plus facile de “déléguer” un souci social sur les lois, les systèmes politiques ou civiques. On oublie que ces lois et systèmes sont issus de personnes qui l’habitude venant, se laissent prendre dans cette déshumanisation profonde de toute empathie qu’aucune loi et qu’aucun régime ne sauraient éprouver.

Il semble aussi, que l’on s’éveille lorsque survient un incident, une catastrophe ou pire, un attentat, une guerre. Nous fonctionnons en mode réaction immédiate tout en oubliant les causes profondes qui marquent autant de violences et d’injustices.

Personnellement j’userai d’un exemple simple pour illustrer ce qui se passe de nos jours.

L’eau que nous consommons, on en veut tout le temps, pour tout ou presque tout ce qui est essentiel mais aussi le superflu. On se soucie si peu que cette denrée précieuse est disponible et durable selon nos gestes posés en amont de nos comportements. La protéger, la consommer de manière responsable, puis lorsqu’elle vient à manquer on s’indigne contre ceux qui en ont, la vendent ou en profitent. La compassion, l’empathie et bien d’autres attitudes souffrent autant que la crise de l’eau dans ce monde !

Toutes les bonnes intentions deviennent caduques si l’on continue de se cacher derrière ce “Je ne savais pas”

Bonne année !

Michel ©    

Certaines traditions dites de Noël

winter-abc


Si les fêtes de fin d’année, s’identifient à une communauté religieuse en particulier, l’histoire des origines de ces pratiques de plus en plus controversées par des gouvernements qui prétendent faire bonne figure en changeant les mots (mais est-ce que l’esprit a changé) afin de ne pas paraître désobligeant envers d’autres communautés religieuses. Pourtant si l’on se donnait la peine de découvrir et lire quelle est l’histoire de ces objets ou pratiques, nous serions bien loin de nous scandaliser, nous choquer et monter aux barricades pour montrer notre attachement aux dévotions souvent superficielles de notre pratique religieuse ou spirituelle.

Après avoir lu ces quelques histoires et légendes que je partage comme cadeau de Noël auprès de vous, je ne serai jamais choqué ou scandalisé de voir ces pratiques de fêtes suivies par tous les peuples du monde peu importent l’obédience religieuse.

Oui les bons repas, les mets, les gâteaux, la bûche et les cadeaux sont importants, mais n’oublions pas l’esprit des fêtes. Que le champagne coule à flot, que les mets les plus raffinés soient outrageusement en abondance, tout ceci n’est rien devant l’oubli de l’origine de ces traditions que nous faisons nôtres en oubliant leurs origines.

Nos ancêtres avaient beau être païens, ou animistes, il reste qu’ils donnaient bien plus de valeur aux célébrations d’aujourd’hui qui sont devenues, de nos jours, synonymes de bombance démesurée !

Banc de quêteux :(comme on dit au Québec)

Meuble dont le siège et la façade se rabattent par terre et forment une boîte dans laquelle on étend une paillasse qui servira à l’occasion de lit au quêteux de passage ou aux enfants de la maisonnée.

Une petite histoire de quêteux.

Les mendiants de l’époque étaient reconnus pour leur discrétion sur eux-mêmes, leur provenance et leur destination; ils étaient identifiés le plus souvent par un surnom. Ils se présentaient presque toujours dans un accoutrement qui suggérait la misère et la privation. Quelquefois, des rumeurs plus ou moins fondées sur l’un ou l’autre parlaient de fortunes cachées et de dons spéciaux parfois maléfiques. Plus d’un a été reconnu pour sa qualité de conteur d’histoires et de légendes et l’un d’eux était notamment populaire pour sa grande dextérité à réparer les parapluies.

Source : blogue de  Michel Prince http://www.michelprince.ca/en/tips-and-tricks/une-petite-histoire-de-queteux.-1120.html

La place du pauvre à Noël (tradition)

Traditionnellement, à Noël la « place du pauvre » ou « part du pauvre » ( ou encore « part à Dieu »), est, comme son nom l’indique, destinée aux pauvres, ou encore au passant, à l’étranger, au visiteur inattendu :Source : Le guichet du savoir http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=2&t=55773

Les légendes de Noël:
Source: Le site Les Passeurs
http://www.lespasseurs.com/Les_Legendes_de_NOEL.htm

Histoire de la Fête de Noël
Les peuples préhistoriques adoraient la lumière  et ils avaient construit des temples qui aidaient à comprendre l’arrivée des saisons pour les premiers agriculteurs européens, les hommes du néolithique. Dans le temple mégalithique de New grange en Irlande, la lumière du soleil ne rentre que le jour du solstice d’hiver, le 25 décembre.
De même dans le temple de Stonehenge en Angleterre,  le soleil ne se lève dans une pierre percée que le 21 juin, jour du solstice d’été. Les Égyptiens adoraient à cette période, le fils du Dieu Osiris, Aïnou surnommé le soleil renaissant et marqué au front d’une étoile d’or.
Les Celtes faisaient de grands feux aux solstices pour lutter contre les ténèbres.
Ils avaient très peur de ces périodes sombres avec le jour plus court
mais en même temps, ils savaient que le soleil allait réchauffer le sol et les plantes.

La Bûche
Il est dit que la bûche protège la maison du danger.  C’est une des traditions païennes répandues en Europe depuis la nuit des temps pour fêter le solstice d’hiver. On allumait des feux de joie, symboles modestes mais significatifs de la nouvelle chaleur du soleil.
Cette traditions païenne est encore vivante dans de nombreuses régions de l’Italie et dans plusieurs pays.
En Ombrie et en Emilie, dans les Marches et dans les Abruzzes, on fait brûler une grosse bûche d’olivier jusqu’aux premiers jours de janvier. A ce moment, les cendres sont répandues dans les champs et les vignes, comme augure de bonnes récoltes.
En Sardaigne, on jeûne devant le feu jusqu’à minuit.
Une belle tradition toscane veut que les portes de la maison restent ouvertes aux hôtes de passage, tant qu’une souche brûle dans l’âtre.

Le Sapin
La coutume de décorer le sapin est née en Égypte.  En effet, l’arbre était en réalité une petite pyramide de bois qui imitait les gigantesques pyramides et qui était un symbole culturel.
Un voyageur rapporta cette idée de la terre des pharaons en Europe. Une partie des populations germaniques, scandinaves et russes l’adoptèrent pour célébrer le solstice d’hiver, le retour du soleil et la chaleur dont l’Égypte est le symbole.
Un disque solaire surmontait la pyramide.  Plus tard, les arêtes de cette figure géométrique furent garnies de bâtonnets auxquels on mettait le feu. Si le feu atteignait la pyramide,l’année serait non seulement heureuse mais très fructueuse.

Michel ©