Cher Papa !


Mon cher papa
Encore une année où l’on célèbre ta fête et celle des milliers de papas.
Tu vois je ne t’oublie pas, une chance que je sois moi aussi papa et grand-papa, je n’ai aucune excuse d’oublier… Ce métier auquel je n’étais pas préparé, je l’ai endossé lorsque notre Loulou est née, puis les autres, mes super-quatre champions. Que j’aurais aimé que tu les rencontres avant ton départ !Oui, les regrets nous les chérissons parfois faute de les effacer, ou de pouvoir changer le cours imprévu de nos histoires humaines.
Aujourd’hui ils sont venus, pas tous, la grande était grippée, mais les trois autres ont fait sentir leur présence, les rires, les inévitables taquineries et les joks (blagues) plates de papa (moi, tu vois je n’ai pas oublié l’extravagance de mes histoires celles que tu racontais avec gestes et le ton de ta voix, il y avait toujours des fous rires lorsque tu parlais en société… Tu sais quoi ? Mes kids, ont ce don de ne plus réagir lorsque je fais l’effort pour leur raconter une blague, leur expression faciale me dit “écoute Michel, on sait que tu essaies de faire de l’humour, on le sait alors calme toi!” Le pire, mon cher papa, c’est que je me calme, je calme toute ambition de les faire pouffer de rire, mais chut ne dis rien, je sais qu’ils m’apprécient, tel que je suis.
Au menu , Il y avait un apéro, un mimosa, je ne sais pas si tu connais, c’est un jus d’orange noyé dans du mousseux, des croissants nature et au zaatar (thym) des chocolatines, des saucisses du bacon ah oui des fraises, tu aurais aimé mais pas de chantilly… le gâteau pour terminer, un tiramisù… Les petites princesses (oui mon cher papa tu es arrière grand-papa six fois ! Une petite tribu finalement) en début d’après-midi je n’en pouvais plus je somnolais à table, mais interdiction d’aller m’étendre on attendait le gâteau.
Ce soir alors que j’essaie de t’écrire un petit mot je réalise quelle joie que de te revoir dans le visage de chacun d’eux !
Bonne fête papa, j’espère que tu aies passé une belle journée avec tes frères et soeurs qui t’ont rejoint. Mes pensées pour toi sont plus vivantes que jamais, je ne te dirai jamais assez que le temps nous fut compté pour que je puisse te dire suffisamment de fois que je t’aime et t’aimerai toujours !
Quelqu’un m’a demandé aujourd’hui si ta fête ce n’était pas le 21 juin, je me suis retenu de lui dire que la fête des papas c’est tous les jours au fond !
Il y a des dates que l’on oublie pas, celle comme aujourd’hui, ton anniversaire de naissance et le souvenir de ton départ, ce sont ces petits trésors qui m’enrichissent bien plus qu’un billet gagnant de loterie !
Michel ©

Publicités

Avons-nous le libre-choix ?


Pour une des rares fois que le contenu d’une publicité télévisée veuille dire quelque chose de sensé, mais juste le début!
La narratrice dit que de nos jours on nous dit quoi choisir, où aller, qui aimer, comment rencontrer du monde, etc. Je trouvais l’idée fort pertinente. Quant à la suite, elle vantait les particularités techniques d’un véhicule 4×4 où le conducteur “pouvait faire ce qu’il voulait sur des routes enneigées (plus ridicule que cela tu meurs)
Je trouve que ce type de message décrit clairement notre mode de vie de ce millénaire.
On nous dit quand acheter, quoi acheter, qui fréquenter. Tout est dosé, le timing parfaitement ficelé.On ne vous dira jamais d’acheter une maison le mois des déclarations d’impôts ou de renouveler vos meubles avant le temps des vacances,bref on ne vous laisse pas en paix les douze mois de l’année. De plus si l’année en cours est une année d’élection alors là c’est la totale!
Les forums, les panels,les experts, les analystes qui vous abreuvent de leur savoir sans prendre de souffle.
Nous vivons dans une culture de souk. On me dira qu’il faut faire rouler l’économie, oui d’accord, mais entre une pub de voiture et celle de promotion de nouvelles maison on vous refile une ou deux dignes de moron, plus débile que cela ça ne se peut pas:
Il me semble que les stratèges en communication aient trouvé une signification “soporifique” des séquences commerciales et publicitaires. Moi cela me donne le temps d’aller chercher un verre d’eau sinon passer au petit coin, hehe. Je sais que je ne manquerai rien de mon émission favorite (favorite? Heu ! elles sont toutes anciennes, mâchées, réchauffées, souvent vides de toute substance qui respecte l’intelligence des spectateurs)
Bon suffit je vais cesser de chialer au risque de faire comme ceux que je pointe du doigtce matin.
L’ingérence dans la vie des gens n’aura jamais aussi profonde comme nos temps actuels.
Michel ©

Les auteurs de livres c’est comme…


“L’amour sans la pudeur, c’est quoi ? Est-ce que c’est boire de tous les vins et dans la même coupe. Ou bien boire du même vin mais chacun dans sa coupe.”
(Aziz CHOUAKI)


Les auteurs de livres c’est comme un vin, un nouveau cru , qu’il soit traditionnel, millésime, ou fougueux par sa vivacité parfois effrontée, Ces vins qui annoncent l’arrivée d’un nouveau bouquet, d’une nouvelle palette de saveurs et de parfums.

Il y a les vins nouveaux qu’il faut consommer rapidement au risque de les voir se flétrir leur leur valeur, ceux qu’il faut plutôt chambrer, pour certains, les mettre au frais, ces fameuses 15 minutes au frigo et 15 minutes à température ambiante. Il y a ceux dont il faut boire la bouteille une fois le bouchon retiré, au risque de les laisser se transformer en désastre et servir de vinaigre pour accompagner les prochains repas de viandes. Parmi les rares, il y a ceux que nous pourrons jalousement garder dans une cave spécialement conçue pour les préserver de la morsure du temps, prenant soin du lieu de la température, on leur rend visite, sans trop de bruit, on les admire, on les déplace avec respect pour ne pas déranger le précieux nectar. La fierté que l’on ressent de ces visites alors que nos invités curieux de connaître nos secrets nous suivent à pas feutrés à la découverte de nos trésors si bien gardés.

Lorsque je vais acheter du vin, c’est pareil comme lorsque je décide d’aller m’acheter des livres, je me décide pour un vin de table ou pour un repas festif, je me plais de poser question sur question sur les accompagnements, les sauces, et types de viandes qui mettraient en valeur le bouquet du vin choisi. Les livres c’est pareil, on y va pour un roman de gare de train ou un compagnon intime, alors que bien au chaud dans son fauteuil préféré au calme d’une soirée qui s’éternisera dans cette liaison personnelle, celle des mots, de l’auteur, de nos émotions, loin des regards voyeurs du monde curieux qui nous entoure.

Dans ces choix d’acquisition nous faisons face à l’opinion des autres, ces autres qui se disent experts ou critiques en livres ou en vins. Je me demande toujours quelle est cette dose d’objectivité qui leur permet de donner un avis juste et honnête sans être tenté d’aimer peu ou plus le sujet de leur critique ? Il est fort amusant quand on s’y connait un peu pour se faire sa propre idée, de se rendre à l’évidence que l’expert en vin n’arrive point à différencier entre un vin nouveau d’un vin de table, c’est alors un étalage de mots si complexes que l’encyclopédie des vins suffirait à peine pour rassurer notre santé tant mentale qu’intellectuelle. Et pourtant il aurait été suffisant de dire les choses aussi simplement que possible, par exemple, ce vin est bon, je l’ai essayé avec du poisson, ou ce livre est agréable à lire.

Mes choix de livres je les ai fait sans aucune influence extérieure cela m’aura permis de très agréables découvertes d’auteurs devenus mes amis de chevet, qui ont su garder vivante en moi la sensation du merveilleux. Alors que pour d’autres ce fut le long et délicieux processus de lui trouver sa place, la bonne température et une fois prêt, savourer l’essence même du roman aux mille parfums.

Lire un livre ou ouvrir une bouteille de vin, n’auront jamais été que ces choses si particulières du plaisir de la savoureuse découverte des sens!

À la prochaine,

Michel © – Publié en octobre, 2015

Nos parents !


Ce texte est un extrait de mon premier roman publié en juin 2016 (Me chroniques) dans lequel je livre aux lecteurs ces moments précieux passés avec ma mère durant mon séjour il y a environ deux ans.
Nous apprécions de la valeur de la présence de nos parents lorsqu’ils sont absents, trop loin ou pire encore dans un autre monde.
Michel ©
_______________

Je viens d’entamer ma seconde semaine de mon séjour au Liban. Ma maman est assez préoccupée puisqu’elle doit s’absenter trois jours et me laisser tout seul, moi son « petit »
Depuis hier soir ce sont les consignes, quoi faire en cas de coupure de courant, (elles sont nombreuses les coupures de courant au Liban) ramener le disjoncteur, ne pas oublier de vérifier ceci et cela, bref une sorte de détachement du cœur de quelqu’un qui livre ses petits secrets, puisque lorsque je suis chez elle, je ne fais rien du tout. C’est elle qui insiste pour s’occuper de moi, son petit !…
Ma maman adorée ne t’en fais pas je suivrai au pied de la lettre tes consignes et jr ne dérangerai pas ton monde, rassures-toi.
Ah oui j’oubliais, elle a annoncé à l’épicier au bas de l’immeuble que j’étais seul, qu’il soit attentif s’il me manquait quelque chose.
J’écris ces mots et ne peut m’empêcher de sourire tellement ces instants sont uniques et précieux. S’il vous arrive de les vivre et que votre maman soit encore en vie, et qu’elle ait ses sautes d’humeur, alors, pas de soucis, rassurez-vous ce n’est pas la fin du monde et de grâce ne roulez pas les yeux en signe d’ennui exaspéré, profitez de ces instants d’ultime affection, ces personnes nous témoignent un tel grand amour qui n’a pas de prix.
Cette pensée me fait penser à la triste réalité des personnes qui se plaignent du tempérament difficile de leurs parents, moi y compris. .Nous oublions toute la vie qu’ils nous ont donnée, l’attention, les nuits blanches à nous veiller quand nous étions malades ou quand nous tardions pour rentrer d’une soirée en ayant l’auto, ils faisaient semblant de dormir tout en ayant une oreille alerte au son de la porte que nous fermions doucement pour ne pas les réveiller.
Ces parents qui grandissent en âge, que nous trouvons difficiles, et grincheux. Pourtant ils restent toujours « Pa » ou « Ma » qui ont accompagné nos vies jusqu’ici !.
Soyons justes, rappelons-nous qu’eux aussi ont vécu sans jamais s’attendre quoique ce soit en retour, les voici aujourd’hui redevenus ces « petits enfants »; c’est ce moment ou jamais qu’ils ont le plus besoin de nous, un câlin affectueux, un je t’aime maman, je t’aime papa. Chaque seconde est si précieuse pour eux mais aussi pour nous, et si les nôtres ne sont plus de ce monde, et bien ils sont légions les papys et les mamys qui sont seuls dans leur chambre avec les murs à qui parler!
Ce sont les pupilles de notre histoire vécue, pour l’amour de la vie, ne les abandonnons pas en leur fin de vie, les regrets ne seraient que terribles pour eux autant que pour nous lorsque ce serait trop tard!
Je trouve très paradoxal que certains puissent endurer un patron difficile et pointilleux, 8 heures par jour, 5 jours par semaine, alors que vivre avec les petits caprices et les humeurs de leur papa ou de leur maman une heure par semaine devient une sorte d’ennui pour ne pas dire une corvée!
J’aurais pu très bien péter les plombs avec l’attention soutenue de ma mère, lui dire que j’étais un grand garçon et que je savais prendre soin de moi. Mais j’ai préféré chérir ces instants qui pourraient ne jamais se répéter une seconde fois.
Un incident vécu que j’ai trouvé amusant fut lorsque ma mère me voyait prendre mon taux de glycémie les matins et soirs. L’appareil, le glucomètre, se trouvant dans une trousse protectrice, qui ressemblait assez à celle d’un tensiomètre de petit format.
Chaque fois que je vérifiais ma glycémie, ma mère me regardait et demandait : « alors elle est haute ? » et moi de lui répondre « non maman tout est sous contrôle » ce petit dialogue de sourds durait depuis 4 jours déjà, lorsque j’ai enfin compris: maman pensait que cet étui un tensiomètre,de ce fait pensant que je vérifiais ma tension !
Pour éviter de la blesser, je me suis retenu de rire aux éclats, mais lui expliquais que c’était un glucomètre pour mon taux de sucre. Son air déçu me faisait un peu de peine, je ne savais pas si elle était déçue. Était-ce de s’être trompée ou qu’elle aurait souhaité que je lui prenne sa tension artérielle.
Cette scène s’est répétée plusieurs fois depuis jusqu’à hier soir…Chaque fois j’ai pris le temps de lui expliquer calmement ce que cet appareil était, que ma priorité était de m’assurer que mon taux de glycémie restait dans les objectifs recommandés par le médecin, que les mesures que je prenais permettaient d’observer toute tendance anormale, etc.
De plus je lui ai promis que je lui enverrai un des deux tensiomètres que j’avais avec la première personne qui ferait le voyage de Montréal à Beyrouth.
Cela eut l’air de la rassurer, puis me souriant comme si elle avait gagné son propre pari, elle me disait le visage illuminé d’un grand sourire : « Donc tu fais de l’hypertension …! » Ahhhhhhhhh! Non maman! S’il te plait, pas encore l’histoire de l’hypertension!
Ne sous estimez pas la mémoire des personnes âgées, elle me sortait, « lorsque j’étais chez toi à Montréal tu m’avais dit prendre un comprimé pour l’hypertension, alors ne me raconte pas d’histoires! »
Je vous assure que je me suis avoué KO!
J’abandonnais la partie, elle avait gagné!
__________________________________________
© Michel J. Boustani – Montréal 2016 – micheljb@gmail.com
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2016

C’est ma place !


Les journées en salles d’attente se suivent et si elles semblent se ressembler, au fond ce n’est point le cas.
Journée obligée au cours de laquelle j’avais rendez-vous avec mon ophtalmologue avant la fin de l’année. En principe, je ne devais pas trop attendre, mais la salle était pleine ( il n’était pas encore 9 heures du matin)
J’attends debout, espérant qu’un siège se libère. Il faut signaler que dans cette salle l’administration de l’hôpital est prévoyante. Des sièges de taille “normale” mais d’autres pour les personnes “bien enveloppées” de plus en hiver nous “prenons de l’espace si l’on doit compter les pulls, les polars, les manteaux etc.
Un siège”double-largeur se libère” aussitôt assailli par une dame toute menue, petite, fluette à peine perceptible dans une foule. Heureuse de sa conquête, elle regarde autour d’elle avec cet air où l’on pouvait lire “Ah ! Mais je l’ai eu ce siège! Mon siège !” Plusieurs patients se relaient sans trouver de place libre, rien n’y fait, madame s’accroche avec la rage du désespoir. Le manteau, les mitaines, le chapeau, un autre sac. Mais madame commence à se tortiller sur son siège. Et bien vous l’aurez deviné ! Elle souhaitait passer aux toilettes. Mais voilà le truc: lorsque l’on laisse sa place elle se libère, et de ce fait on la perd pour le premier venu. Face à ce dilemme cornélien, madame, regarde autour d’elle, chuchote quelques mots à sa voisine qui éclate de rire, un rire ayant pour effet d’attirer tous les regards vers elle. Madame avait demandé tout simplement si sa voisine pouvait lui”garder le siège”…
Mais l’histoire ne s’arrête pas là, elle avait griffonné sur une feuille de papier le message suivant: “N’y touchez pas ! C’est mon siège !” je n’en pouvais plus car le fou-rire m’avait atteint moi aussi. J’ai voulu immortaliser l’événement en prenant une photo de la scène, mais manque de pot, le billet était tombé par terre. Ne voulant pas me faire faire une remarque je me suis contenté de prendre le sac à main sur le siège!
La technicienne venue m’appeler me demande ce qui se passait, je lui raconte l’incident, mais ajoute aussi que je viendrai plus souvent, il y aurait de quoi écrire un roman, celui des “Gens dans une salle d’attente”
Je trouvais que madame était plus que prévoyante (ou une habituée des alles d’attente) ayant papier et crayon pour marquer son territoire !
Qui avait dit qu’attendre son rendez-vous médical était chose ennuyante !

Michel ©

Le monde est vraiment stone © !


Mon coup de gueule du mercredi !
Dimanche passé je me suis gâté d’écouter pour la je-ne sais-quelle-fois, l’opéra rock Starmania© . La chanson “Le monde est stone” m’a interpelé, parce qu’elle venait à propos avec tout ce qui se passe de nos jours. Entre 1979 et aujourd’hui le monde ne se porte pas mieux !

Les cataclysmes planétaires ont ceci de particulier, que l’on soit à Paris, à Rio ou Mexico, un tremblement de terre restera toujours un tremblement de terre. Ce qui déçoit c’est l’insolente inconscience des médias d’informations qui filtrent et dosent entre une première nouvelle et un fait divers les pertes en vies humaines selon l’audimat, n’oublions pas les internautes des réseaux sociaux.

On a vu des patrons d’entreprises mondiales quitter leur poste parce qu’en désaccord avec leur CA, des premiers ministres aussi… Mais combien de médias ont osé le courage de dénoncer lorsque “cela ne va pas !”…
Tout le monde veut conserver son chèque de paie.

Nous sommes tous responsables d’une manière ou d’une autre. Responsable de ne pas parler, de ne pas dénoncer, de ne pas porter sur la scène publique autre chose que les derniers gadgets que l’on s’est acheté, les derniers meubles ou la dernière robe que l’on affirme être un modèle unique…

Mais pourquoi est-ce que je chiale de bon matin ? Simplement parce que lorsqu’une porte claque trop fort dans une ville, les réseaux sociaux (les membres) s’éveillent, et s’emballent avec leurs cohortes de pleureurs et pleureuses qui se lamentent, si, si, je vous assure que l’on pourrait même percevoir des larmes je vous jure, des fois que l’on accuserait le parti politique au pouvoir d’être responsable des malheurs du monde, question d’évacuer le négatif, mais après, on oubliera, puis on ira au Starbuck’s © du coin ou chez Tim Horton © commander son petit-déjeuner préféré là où la préposée a un si beau sourire pour égayer notre journée…Je chiale aussi parce que les vraies causes sont étouffées prématurément.
Notre monde est aseptisé de tout sentiment humain, comme si déprogrammé, vacciné contre la solidarité sociale et humaine. On s’égare sur un mot dit par une personne publique, on l’accuse de sexisme, de xénophobie, voire de racisme religieux, on ….
Bon ! Je pense que l’image est on ne peut plus claire: notre monde est plus stone que jamais !

Michel ©

L’empathie 2.0


« On peut toujours apprendre ce qu’on ne sait pas,
non ce qu’on croit savoir. »

Gustave Thibon, L’ignorance étoilée. 


On témoigne de l’empathie pour un animal abandonné ou maltraité, alors que l’on semble ignorer le sort de soixante millions de réfugiés à travers le monde (Source: HCR de l’Organisations des Nations Unies).

Pourtant on ne se choque pas de la race ou de la couleur de l’animal en danger, alors que l’on attribue et déverse ressentiments et rejets envers ces personnes réfugiées. Question de couleur, de race ou d’appartenance religieuse, elles paient pour ce qu’elles n’ont pas choisi lors de leur naissance.

Il serait cynique de continuer de décerner des prix Nobel de la paix et autres titres du genre tant qu’il existera une personne qui risque de mourir de faim ou dont la vie serait en danger.

Nous, les humains, oublions parfois (bafouons serait un mot plus juste) les principes humanistes que nous ont inspirés les penseurs de ce monde !

Avoir de l’empathie n’est pas un geste simple tel que de donner un peu de sous en aumône, c’est surtout faire quelque chose immédiatement dans son entourage le plus proche.

Il serait illusoire de penser changer la face du monde, mais un océan est composé d’une myriade de gouttes d’eau, chacune ayant son rôle et son importance.

 

Michel ©