Histoires racontées (Storytelling)

Five Steps to a Successful Blog Giveaway (The Motherhood):

Crédit de l’image: Five Steps to a Successful Blog Giveaway (The Motherhood)

Je suis en pleine réflexion au sujet du Storytelling, plus je m’aventure et plus ce domaine m’impressionne tout en m’effrayant un peu car depuis l’histoire des temps depuis les grottes de Lascaux jusqu’à nos jours que de contes, que de légendes, que d’histoires racontées par le geste, le dessin et la parole.

J’avoue prendre conscience du pouvoir d’influence de ces raconteurs d’histoires qui prennent un héritage,  le mémorisent et le transmettent à d’autres… Les limites humaines étant ce qu’elles sont aussitôt un trou de mémoire, aussitôt un « ajustement » de la part du raconteur, voici donc l’histoire qui continue, qui des fois repart, ainsi vont de générations aux suivantes les histoires « réellement vraies » de notre passé, notre héritage judéo-chrétien et j’en passe. Cette conscience de notre passé modelée parfois « arrangée » mais toujours perçue et crue comme vérité immuable, ou dirai-je comme vérité dogmatique..?

Avons-nous eu la vérité? La savons-nous notre vraie histoire? Alors Adam, Ève, la pomme..? Les songes ? les contes, les légendes anciennes, celles qu’on perpétue, d’autres que l’on sort et certaines que l’on cache… Un nouveau monde de vérités se crée chaque jour par les moyens qui sont entre les mains des conteurs d’histoires modernes.

Qu’importe le doute sur la question, force est d’admettre que trouver la vraie vérité aujourd’hui ne garantirait pas un monde meilleur, alors on laisse aux conteurs d’histoires de continuer de faire certains aspects de l’histoire de notre humanité …

 Oser ouvrir cette porte et s’engager sur ce sentier..?

Remuer les couches de fines poussières venues à la rescousse du conteur pour adoucir les sentiments de l’heure … une histoire devrait-elle finir bien ou triste ou joyeuse… Le sentiment d’invincibilité, la magie devant sortir du commun ce qui devrait ancrer comme certitude immuable les lois futures (et actuelles) du code de vie socioreligieuse et morale?

Les conteurs, sont-ils, des faiseurs de magie, des faiseurs de légende, voire des faiseurs de divinités cachées ou visibles dans toutes leurs splendeurs et leur invincibilité..? Les conteurs, ont-ils été des faiseurs de dieux?

Étonnants les conteurs des premiers temps, ils narraient leur histoire en regardant souvent vers le haut, l’intouchable, le très lointain, proférant à leurs propos cette notion de croire en ce qu’ils disaient faute de leur prouver le contraire, le très haut étant quasi-inaccessible…

Je pensais que raconter une histoire oralement n’était que pour les enfants sages avant d’aller se coucher… il semble que sages ou pas, nous les humains, nous nous faisons raconter des histoires depuis l’histoire des temps! Et c’est ce qui me dérange dans toute cette « histoire »…

D’une part nous héritons d’une richesse sociale, familiale, émotionnelle et intellectuelle, mais d’autres parts certains exigent de nous une adhésion quasi-dogmatique et sans recours… « Tu y crois ou tu es hors la norme »

Mais quel rapport me diriez-vous entre ce billet et ce doute, et le monde de l’éducation de la culture du partage, du savoir?

Mais n’avez-vous pas oublié combien d’histoires nous racontaient nos professeurs? Les petites histoires de la grande histoire, les faits amusants, captivants mais si difficiles à contredire. Et pourtant la magie opérait son charme, nous rêvions et continuons de le faire, tant mieux.

Je reste émerveillé lorsqu’un Gilles Proulx me conte l’histoire de Montréal, me raconte l’histoire de telle rue, de tel quartier, du « d’où vient tel nom? Et pourquoi appelle-t-on tel quartier ainsi? » et tant d’autres belles histoires qui me font connaitre et aimer ma ville, Montréal…Être conteur est un don, ce don est celui d’emballer les gens, les gens perpétuent l’histoire. Puissent ces artistes de l’imaginaire oral nous séduire encore longtemps.

Je suis moi-même un peu « conteur d’histoire orale » lorsque je m’adresse à mes collègues ou mon audience, lors de mes communications sur un sujet particulier, ou bien quand il s’agit de concevoir une formation qui s’adresse aux gens qui viendront recevoir une formation, alors la magie opère, s’installe, prend son envol. Rien que de voir le visage des personnes présentes, le courant passe, mais mon souci aussi, celui d’être ce conteur transparent qui n’est rien d’autre que le messager de ce en quoi je crois et souhaite partager…

Alors oui, conteur du 21ème siècle, j’aime me croire un parmi tant d’autres car ce que j’aime vous raconter, j’y crois…

Michel – 6 août 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s