Lorsque nos comportements nous dévoilent si bien !

(c) - Michel J. Boustani


Le problème du romancier, c’est qu’il passe son temps à décrire des comportements, sans jamais les expliquer ; le lecteur veut être captivé, or, les explications, bien qu’importantes, sont rarement captivantes.
Mémoire vive [Robin Cook]


J’avoue que le sujet est un peu particulier, mais rassurez-vous ce n’est pas mon intention de sombrer dans une explication pas mal compliquée; bien au contraire c’est plus une petite pichenette taquine que je fais à certaines personnes que je croise dans mon quotidien sur les réseaux sociaux. Nous ne nous connaissons pas forcément, dailleurs la plupart sont des personnes amies à mes personnes amies ce qui me permet d’avoir un regard, à la limite voyeur non-compulsif, sur leur idées transmises sur ces lieux, à savoir les réseaux virtuels au grand public.

Je me souviens lorsque je suivais ma formation pour obtenir mon accréditation en éducation et formation aux adultes (dans le temps on appelait ceci andragogie, aujourd’hui on a changé, demain qui sait ?) notre instructrice nous parlait des types de participants (lire les apprenants) que nous pourrions avoir dans nos classes. Cette partie du cours m’avait tellement amusée et intéressée que je m’en rappelle depuis.

Selon sa théorie, que je finis par découvrir et voir dans le concret de toutes ces années d’enseignement, ces trois types se définissent comme suit :

  • Les amis : les amis viennent au cours parce qu’ils veulent tout apprendre, ont mille questions, savent que le professeur va leur donner des trucs et que le lendemain ils espèrent mettre en pratique ce qu’ils ont appris aujourd’hui. Ils rentrent de bonne heure, se mettent souvent devant après vous avoir salué, vous regardent, en d’autres termes sont bien là. Soyez certains que les amis seront vos meilleurs alliés durant tout le cours (voire ce qui suit)
  • Les ennemis : alors eux ne rentrent qu’à contrecœur, n’ont pas besoin de savoir quoique ce soit, mais sont obligés de suivre le cours et se promettent de vous rendre la vie pas mal difficile. Certains vont même parier avec les autres qu’ils vont vous planter de la plus belle manière avec une série de questions ! Ils s’installent souvent sur les bords des rangées, contact visuel oblige, eux oui, mais vous serez occupé à couvrir du regard toute la classe, ils sont perchés et vous attendent. N’espérez pas une contribution de leur part sauf si, miracle, vous parlez de tout ce qui n’est pas vraiment le contenu du cours. Les sujets perdre du temps avant la pause.
  • Les touristes : ah ces chers touristes, eux ne savent pas pourquoi ils sont là, on leur a demandé de se présenter, ils sont venus et se demandent de quoi nous parlerons de la journée. Ils se rangent au fond de la salle, vont discrètement soulever le panneau de l’ordinateur portable, et se cacher derrière. Ils espèrent passer inaperçus, mais s’ils portent des lunettes vous verrez qu’ils sont en train de surfer sur la toile!

 

Dans ce « melting pot » humain votre tâche est fort complexe en partant mais bon cela fait partie des choses de la vie en éducation aux adultes. Qui disait que les plus petits sont difficiles !

En fait une simple classe représente pas mal notre vie sociale de tous les jours, si vous êtes un usager des transports en commun, amusez-vous de regarder autour de vous, vous pourriez facilement reconnaitre ces types de personnes, et puis pour pousser l’amusement un peu plus loin essayez de dénombrer chaque groupe de personnes.

Les réseaux sociaux ne sont pas si différents; à quelques nuances près, et dans le cas d’une publication d’intérêt quelconque. Vous aurez les inconditionnels amis qui vous laisseront un petit mot, un remerciement ou leurs pensées suscitées par ce que vous avez bien voulu partager.

Les touristes eux viennent, regardent, et s’évaporent sans laisser de traces, parfois ils doivent se demander pourquoi ils ont un compte, mais bon si le voisin ou la collègue ont pignon sur rue, eux aussi ont ce compte on ne sait jamais.

Les autres, ah les autres, ils sont là, amis d’amis de leurs amis qui sont amis avec un ami de l’ami d’un autre ami! (Ouf !) Ces personnes ont un malin plaisir de dire non quand il est de bon aloi de dire le contraire, la contradiction est une essence pure qui circule dans leurs veines. Ils ont toujours quelque chose sur lequel ils ne sont pas d’accord et attendent une fois leur pointe dardée sur vos propos, ils attendent votre réaction pour maintenir cette pseudo discussion qui s’avère plus être un monologue du parfait solitaire. Oui vous avez bien compris, lorsqu’ils sont là, les gens ne réagissent plus et semblent ignorer les remarques pour finalement avoir la paix.

J’essaie de trouver le mot, ou disons le qualificatif qui définirait nos comportements sociaux dans la réalité digitale, je pense que le terme mimétisme[i]en serait un. Nous aimons retrouver non pas nos habitudes mais le confort (ou l’idée d’un tel sentiment) qui accompagne celles-ci. Nous ne sommes si imprévisibles finalement ce qui change c’est plus la manière de vivre ces comportements.

Je vous avoue que mes amies et amis virtuels sont devenus de vrais amis, voire même plus nombreux que si j’aurai mis tous les efforts dans la vie réelle, bien plus, certaines personnes rencontrées m’ont confirmé aussi que quel que soit le moyen que nous utilisons dans nos rapports humains et sociaux nous dénotons nos vraies personnalités, à nous de savoir les reconnaitre et apprécier celles-ci !

À la prochaine

Michel 6 novembre, 2015


[i] Mimétisme : Reproduction involontaire des comportements, des attitudes d‘autrui (Imitation) – Source l’internaute

 

Publicités