La magie des mots, réinventée..!

magie des mots

Crédits de l’image: http://www.paroissestjoseph.org/communiques/communiques.htm

Je suis très souvent fasciné, vraiment, par l’usage des mots au fil du temps.
Lorsque j’étais jeune scolaire je fus pris de passion pour les mots, leurs sens, leurs saveurs, leurs musicalités, je voulais « sentir » chaque mot, le laisser bondir et rebondir dans une phonétique, en d’autres termes m’approprier le mot pour en apprendre l’usage et de là apprendre à l’utiliser…

De mon temps il nous fallait apprendre les mots des pères de la langue, la langue française bien entendu. Et de ce fait avoir tant le respect que la crainte d’une utilisation empreinte de rigueur  disciplinée. Osait-on mettre un mot dans une phrase sans que cela justifie le bon usage? Jamais, car nous étions mis au pas par le professeur qui nous regardant de haut de son estrade, nous « éduquait  comme il se devait »…

On ne pourra jamais dire qu’ils (les enseignants de ce temps) avaient à cœur la pédagogie moderne, qui devait à eux aussi leur faire défaut…

Si je me suis « éduqué » dans les rudiments profonds de la langue de Molière, c’est parce que je trouvais en lui et les pairs de son temps un enjouement réel de toucher dans ses pièces de théâtre les gens du peuple en usant des mots (adaptation des mots) des gens de la haute société! Quel régal de l’esprit!

Avoir une belle plume est un honneur mais un don de la vie, car l’on s’est peut-être donné le temps d’apprendre, alors que l’on aurait pu rêvasser aux vacances, aux jours de congés aux jeux… Moi je m’évadais dans le monde étymologique, dans les pages nombreuses d’un petit Larousse, dans les lectures des pamphlets de Diderot, les rêveries de Rousseau et la rigueur linguistique de Racine!

Cette promenade continuelle depuis ce temps m’a permis de me lancer dans le domaine de la communication, communication du savoir mais aussi de la passion des choses dont on aime parler. De là le pont vers la formation fut court et le passage des plus agréables.

Après 25 ans de formation et d’enseignement je suis resté fidèle au plaisir des mots, mais ceci ne m’a pas empêché de rester dans cette fascination des mots « nouveaux » qu’on aime inventer pour faire bien ou pour impressionner ou parfois aussi parce que l’on n’ose pas utiliser un autre mot encore inconnu dans notre inventaire linguistique!

Alors aujourd’hui ce qui a en quelques sortes motivé ce billet, c’est de découvrir au gré de mes « promenades solitaires » dans la nature virtuelle la découverte d’un mot rare jusqu’ici inconnu pour moi : Une personne s’identifiait comme « Idéatrice… » dans sa présentation, sur son profil Twitter!

Je ne savais pas si je pouvais en rire ou pas, j’ai simplement fait un gros sourire virtuel à l’émergence de ce dernier-né!

@+

Michel – 16 août 2013

Publicités